CAPTAIN AMERICA – LE SOLDAT DE L’HIVER de Anthony et Joe Russo

L’histoire :

Deux ans après les évènements du film AVENGERS, Steve Rogers, alias Captain America (Chris Evans) se retrouve impliqué dans un complot international, remettant en cause ses propres valeurs patriotiques. Dans le chaos, un redoutable ennemi, surgit du passé, lui fait face : le mystérieux Soldat de l’Hiver…

theyll-be-fending-off-this-guy-the-winter-soldier

Les 3 jours du Captain.

Divertissant, spectaculaire mais pas bourrin pour autant. De façon générale, les studios Marvel parviennent régulièrement (mais pas toujours) à nous offrir des adaptations réussies de leur catalogue de super-héros. Que ce soit le premier IRON MAN, X-MEN 1 et 2 et X-MEN FIRST CLASS, les  2 premiers SPIDER MAN de Sam Raimi ou le AVENGERS déjà nommé, le dépaysement est total, sans pour autant nous rendre rachitique du bulbe. Du blockbuster roller-coaster soigné, fun et spectaculaire. CAPTAIN AMERICA 2 s’inscrit dans cette veine.

Je l’aime bien ce Captain. Avant de me jeter des pavés en me traitant de patriote capitaliste, laissez-moi vous exposer mon point de vue. Il faut le replacer dans son contexte ou revoir le premier opus CAPTAIN AMERICA : FIRST AVENGER, pour saisir pleinement le personnage. Crée en 1940, le Super Soldat débarque dans les comics en pleine seconde Guerre Mondiale, comme un soutien dans le combat contre la menace nazie. À cette époque, le Captain, comme ses collègues Superman et Batman de chez DC, est « réquisitionné » au propre comme au figuré et doit participer à l’effort de guerre. Devenu obsolète après 1945, il réapparaît en 1964, après l’assassinat de Kennedy, pour rehausser le « moral des troupes ». Toutefois, et même si cela peut prêter à sourire, le personnage peut s’interpréter de cette façon : boy-scout peut-être mais surtout défendant la justice plutôt qu’une simple bannière étoilée. Un chic type, droit dans ses bottes, patriote certes mais non dépourvu de valeurs humaines.

Le premier film de Joe Johnston (déjà réalisateur en 1991 d’un brillant ROCKETEER) avait fidèlement retranscrit ses origines. Cette suite, réalisé par les frères Russo (Toi, Moi et Dupree en 2006), replace habilement le super-héros d’un autre âge dans un contexte trouble, où il n’est plus si simple de comprendre pour qui et pour quoi on doit agir : notre 21ème siècle. S’adaptant comme il peut à notre époque (et s’appliquant à noter dans un petit carnet les évènements, films, musiques ou personnalités qu’il a manqué en 70 ans…), Steve Rogers comprend que rien n’est aussi simple qu’en 1940. On ne lui dit pas tout et il ne faut faire confiance à personne. Damned ! Dans un monde où rien n’est tout blanc ou tout noir, quelle attitude adopter ? Être soi-même, tout simplement, et défendre ses idées quitte à en payer le prix.

Un comics movie au message philosophique ? N’exagérons rien. CAPTAIN AMERICA – TWS reste avant tout un pur divertissement, rondement mené, comportant d’impressionnantes scènes d’action tout en évitant la caméra parkinsonienne pour nous embarquer dans l’aventure. Reste que le film fait plus d’une fois référence aux thrillers politiques des années 70 pour évoquer le contexte actuel, encore imprégné de parano post 11 septembre. On pourra se plaindre d’un message qui n’est pas des plus subtils. Il a le mérite d’exposer un personnage rebel aux idées nauséabondes, plus héroïques dans ses engagements que dans ses actions musclées.

captain-america-le-soldat-de-l-hiver-captain-america-the-winter-soldier-26-03-2014-8-g

Autour de Chris Evans, parfait dans le rôle du Super Héros jet lagué, on retrouve les familiers Scarlett Johansson et Samuel L. Jackson, mais aussi de nouvelles têtes comme Anthony Mackie (8 Mile, Million Dollar Baby, Démineurs…) dans le rôle du Faucon. Si sa participation au film peut surprendre, là où on attendait le personnage de Hawkeye (Jermey Renner), la sobriété de son jeu et la sympathie immédiate que son personnage dégage font rapidement oublié toute déception. Cerise sur le gâteau : Robert Redford, dans un rôle détonant dans sa filmographie mais déterminant dans l’histoire.

Ajoutez au cocktail une poignée de référence à l’univers Marvel, un humour bienvenu mais bien dosé (la scène d’intro et sa réplique « Sur votre gauche » est déjà culte…) et une mise en scène soignée et linéaire à défaut d’être révolutionnaire. Et vous obtenez un pur divertissement, sans prise de tête mais pas si bête, respectueux des fans comme des non-initiés. Même si quelques connaissances du personnage et de son univers s’avèrent nécessaires…

CAPTAIN AMERICA – LE SOLDAT DE L’HIVER est un blockbuster réussit dans son genre et l’un des meilleurs opus du Marvelverse.

Captain-America-le-soldat-de-l-hiver-1_reference

BONUS : À ne pas manquer les désormais classiques scènes « easter egg » (c’est de saison) pré et post générique, mais aussi le début du générique lui-même, petit bijou de graphisme épuré !

CAPTAIN AMERICA – LE SOLDAT DE L’HIVER (2013) de Anthony et Joe Russo.
Avec Chris Evans, Scarlett Johansson, Anthony Mackie, Sebastian Stan, Samuel J Jackson, Robert Redford…
Scenario : Christopher Markus et Stephen McFeely. Musique : Henry Jackman.

Credits photos © Marvel / Disney.

 

 

Publicités

5 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. potzina dit :

    Encore une bien belle chronique !

    Je suis plutôt d’accord avec toi même si j’ai préféré le premier volet qui avait un charme suranné avec ses tons sépias et ses beaux décors. Et puis on prenait le temps de faire connaissance avec le héros 🙂
    Dans ce second volet, je regrette que l’action prenne le pas sur le fond mais ça reste un bon film. J’ai passé un bon moment également et j’ai beaucoup aimé la composition de Robert Redford.

    J'aime

    1. Merci Potzi !
      J’ai moi aussi beaucoup aimé le 1er. Personnage touchant et belle reconstitution d’époque avec un petit côté Indiana Jones. Dans la même veine, Joe Johnston avait réalisé un très bon ROCKETEER que je te recommande si tu ne l’as pas déjà vu…
      C’est vrai, il y a de l’action, beaucoup d’action… Difficile d’y échapper avec un tel personnage mais j’ai été agréablement surpris par la maîtrise de ces scènes et par leur grande linéarité… malgré le chaos qui y règne 🙂
      Quant à Robert Redford… sans trop en dévoiler, il a du prendre un malin plaisir à jouer un tel personnage, aux antipodes de ses rôles les plus célèbres…

      J'aime

      1. potzina dit :

        Oui c’est vrai que c’est étonnant de le voir dans un tel rôle et dans un tel film. J’avais été très étonnée d’apprendre qu’il avait rejoint le casting. Mais il a bien fait 🙂

        Je prends note pour Rocketeer que je n’ai jamais vu. Merci du tuyau 😉

        J'aime

      2. Ah oui, si tu as aimé le 1er CAPTAIN AMERICA et les 1ers Indy, ça devrait te plaire. Un charme vintage très agréable 🙂

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s