(Re)Découvrir Superman

C’est un oiseau ? C’est un avion ? Non, c’est Superman ! Grand patriarche des super-héros, crée en 1938 par Jerry Siegel et Joe Shuster, souvent considéré à tort comme un boy-scout sans intérêts aux couleurs d’une Amérique triomphante, le personnage aux références christiques évidentes mérite pourtant d’être mieux abordé par les néophytes comme par les amateurs de comics. Iconisé sur grand écran en 1978 par un Christopher Reeve qui nous a fait croire qu’un homme pouvait voler, maladroitement remis au goût du jour en 2006 puis en 2013, les aventures du dernier fils de Krypton sont pourtant la source d’une récente série d’albums remarquables, tant sur le plan graphique que scénaristique. Petit tour d’horizon non exhaustif, et dans le désordre, avec 5 albums à (re)découvrir…

SUPERMAN : LES ORIGINES (SUPERMAN BIRTHRIGHT) de Mark Waid et Yu Leinil Francis

capture_d_eI_cran_2013-02-27_aIEUR_18.45.45

L’un des soucis chez DC Comics, c’est le nombre incroyable d’“origins stories” de leurs héros phares. Prenez Superman : après sa première apparition en kiosques puis la bible de son univers établie dès le début des années 40, le personnage a été remis au goût du jour de multiples fois, entre le MAN OF STEEL de John Byrne en 1986 jusqu’à la refonte générale des 52 titres de l’éditeur en 2011/2012. Ce SUPERMAN LES ORIGINES demeure l’une des plus belles et récentes réactualisations de l’Homme d’Acier. Basé sur un canevas dont le MAN OF STEEL de Zack Snyder s’est largement inspiré, LES ORIGINES, après nous avoir présenté les parents biologiques et le monde d’origine de Kal El, nous ammène directement au Clark Kent jeune journaliste, parti faire le tour du monde pour y apprendre son métier. Au cours d’une escale dans un pays d’Afrique, le jeune Clark va devenir l’ami d’un contestataire à la dictature en place et découvrir, dans la douleur, une finalité à ses dons hors du commun.

La belle idée de cette version des débuts de Superman est d’avoir habilement dosé les élements incontournables de ses origines (la double culture du personnage à la fois si éloignée et si proche de notre monde, les personnages clés de son univers…) avec des éléments réactualisés et plus accessibles pour un nouveau public (la prise de conscience des inégalités de notre Terre, loin de son pays d’adoption). Modernisant Superman sans le trahir, le scénariste Mark Waid nous présente un héros prenant conscience de l’importance de ses pouvoirs, plus sensible à la notion de justice qu’à celle d’un patriotisme pro-américain de mauvais goût. Soutenu par le dessin nerveux et afuté de Yu Leinil Francis, soulignant le côté imposant du personnage et magnifiant les scènes spectaculaires, ce « reboot » s’impose comme l’une des plus marquantes et récentes versions de l’Homme d’Acier.

SUPERMAN : RED SON de Mark Millar, Dave Johnson et Killian Plunkett

superman-red-son

Quel aurait été le parcours de Kal El, futur Superman si son vaisseau spatial avait atterri… en URSS et en plein Stalinisme ? L’amorce originale de ce récit de Mark Millar prend à rebrousse-poil la critique principale faîte au célèbre super-héros : son excès de patriotisme envers les Etats-Unis. Changez l’environnement et l’époque et vous obtenez ce Fils Rouge, fidèle à la ligne du Parti, défenseur d’un régime et d’idéaux qu’il croit être justes. RED SON est à prendre comme une fable passionnante, jouant avec nos connaissances de Superman et notre Histoire contemporaine pour mieux les détourner : Batman, fils de dissidents assassinés, devient un rebel au système soviétique; Lex Luthor, à la tête des forces américaines, se présente comme l’opposant direct du régime défendu par Superman… C’est brillant, intelligent dans cette façon de nous renvoyer à la rapide récupération du super-héros par les Etats-Unis durant la seconde Guerre Mondiale.

Magnifiée par un dessin évoquant la puissance de la propagande Russe (les plus célèbres poses de Superman s’y prêtent à merveille), RED SON est une belle version décalé du super-héros, devenu depuis un classique du comicverse.

SUPERMAN : IDENTITÉ SECRÈTE de Kurt Busiek et Stuart Imonen

Superman_Secret-Identity_Art21-300x521

Monsieur et madame Kent ont un fils… Cela pourrait commencer comme une simple blague. Doté de parents joueurs (et peu conscients des inconvénients à venir) le fils Kent, un simple garçon né sur Terre de parents terriens, se voit affubler du prénom Clark. Car, dans cette réalité pas si étrangère à la notre, Superman et son univers sont connus comme une bande dessinée à succès. Rien de plus ! Le jeune Clark Kent, après avoir essuyé les mises en boîte régulières de ses congénères, va rapidement découvrir qu’il possède les mêmes pouvoirs que le super-héros de papier ! Quelle attitude adopter devant tant de responsabilités et dans un monde qui n’est pas prêt à accepter l’impensable ?

Partant d’un canevas simple, Kurt Busiek propose une habile variation du héros, ancré dans un univers contemporain et réaliste. Pas de trahison dans cette histoire de héros malgré lui mais un décalage subtile de Superman et des codes imposés depuis plus de 70 ans. Dans notre monde paranoïaque et cynique, il devient pratiquement impossible pour le célèbre personnage de proposer ses services sans être pris pour une menace potentielle. Difficile également de cacher la vérité à ses proches alors que l’armée vous a pris pour cible et que le gouvernement cherche à vous manipuler… Encore une belle association « scénario/dessin », où la finesse d’écriture de Busiek est épaulée par le réalisme et la justesse du trait de Stuart Imonen.

SUPERMAN – FOR ALL SEASONS par Jeph Loeb et Tim Sale

tumblr_m9i2hdIB191rf4vluo1_500

Le duo Jeph Loeb / Tim Sale est devenu, depuis plusieurs années, source d’excellence en matière de comics. On leur doit, entre autres, les superbes BATMAN : LONG HALLOWEEN et SPIDERMAN BLUE. Pour ce SUPERMAN – FOR ALL SEASONS, leur idée n’était pas de remodeler une énième fois les origines du personnage mais d’évoquer les débuts du héros. Pour mieux nous rappeler que, si il est dôté de pouvoirs inimaginables, faisant de lui un Dieu parmi les hommes, il reste avant tout un personnage aux origines humaines modestes, le fils d’un couple de fermiers du Kansas.

SUPERMAN – FOR ALL SEASONS s’impose comme une véritable bouffée d’air frais dans le comicverse. Teintée de poésie, de références visuelles à Franck Capra, John Ford ou Norman Rockwell, la trame présente les débuts de Superman en tant que héros et justicier. La référence aux saisons qui s’écoulent est une métaphore des premières impressions du personnage, découvrant l’âpreté du monde en tant que héros mais aussi en tant qu’homme. Superbe réalisation humaniste prouvant que les comics peuvent s’adresser à un public bien plus large qu’on ne peut l’imaginer. Un bijou d’émotion et de beauté graphique.

KINGDOM COME de Alex Ross et Mark Waid

1604204-kingdom_come1

Véritable référence pour l’intelligence du scénario et la beauté des illustrations, KINGDOM COME n’est pas uniquement axé autour de Superman mais nous présente un futur proche où les principaux héros de l’univers DC ont pris, de grès ou de force, leur retraite, et laissé la place à une nouvelle générations d’êtres aux super pouvoirs. Ces derniers, dénués de moral et de respect pour un monde qui les craint plus qu’il ne les respecte, vont forcer Superman et les principaux membres de la Ligue de Justice (Batman, Wonder Woman…) à reprendre les armes…

À la base, KINGDOM COME fut envisagé comme une réponse contre des comics toujours plus sombres, aux personnages torturés et violents. Sublimé par les véritables toiles de l’artiste Alex Ross, le récit rend pleinement hommage aux héros légendaires, les présentant sous leurs aspects les plus impressionnants tout en les rendant plus fragiles et en proie aux doutes face à leurs rôles dans une société sans repères. Superman y est un surhomme fatigué, assombri par la perte de ses proches. Face à une série de catastrophes tragiques, il prend conscience du sens moral de ses actions et d’une évidence : il ne peut tout résoudre seul. Profond, spectaculaire et sensible, la trame de Mark Waid divertit autant qu’elle laisse à réfléchir. Quant à Alex Ross, ses créations donnent véritablement vie au dernier fils de Krypton comme à ses comparses. Souvent comparer à des Dieux et des Titans modernes, les Super-Héros s’imposent, sous ses crayons et pinceaux, comme les nouvelles interprétations de la mythologie grecque.

mur_sup

Avec la sortie en 2013 du MAN OF STEEL de Zack Snyder, tous ces titres, sortis depuis 10/15 ans, ont été réédités chez URBAN COMICS, nouveau distributeur des comics en France.

L’autre avantage de ces « one shots » est qu’il ne s’agit pas de sagas à rallonge auxquels nous ont habitué DC Comics et Marvel, semant la plupart du temps une grande confusion auprès des fans hardcore – et encore plus chez les néophytes – et nécessitant l’acquisitiont de dizaines de tomes ! Avec ces 5 titres, vous pouvez vous faire une belle idée sur le personnage, sur la qualité et la variété de production des comics depuis ces dernières années.

Bien sûr, d’autres titres, concernant Superman, mériteraient probablement d’être soulignés pour leurs grandes qualités. Il faudrait y consacrer de nombreux articles. Il ne s’agit ici que de ma propre sélection d’amateur éclairé.

Une remarque pour conclure ce panorama : avec de telles histoires et illustrations, véritables story-boards pour certaines d’entre elles, je ne m’explique toujours pas pourquoi MAN OF STEEL n’a pas su rendre justice à Superman, déséqulibrant la profondeur du personnage avec une succession ininterrompue de scénes de destruction. Si le personnage mérite effectivement une mise en situation dantesque, et que l’époque semble plus propice à un type de blockbuster décérébré parfumé au jeu vidéo, l’attrait de Superman vient aussi de son humanité, pas uniquement de sa force. En attendant le futur BATMAN vs SUPERMAN d’ici 2016, on peut croiser les doigts et se (re)plonger avec plaisir dans les meilleurs versions comics de l’Homme d’Acier.

Crédits photos : © DC Comics.

Publicités

5 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. potzina dit :

    Comme je te l’ai déjà dit, je ne suis pas une fan de Superman même si je n’ai pas pu m’empêcher d’aller voir Man of Seel (maudite bande-annonce ! 😉 ) aussi je n’irai pas jusqu’à lire les comics. N’empêche que ton article est sympa, ça donne des idées de cadeaux tout ça 😀

    J'aime

    1. Oui, c’est certain qui si l’on est déjà fan de comics, ça aide quand même un peu 🙂
      MAN OF STEEL m’a moi aussi déçu même si je trouve que tout n’est pas à jeter … En tous cas, je pense sincèrement que certains comics peuvent être appréciés sans être un expert. Si tu as l’occasion de feuilleter cette sélection…

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s