Proders : le grenier du Movie Freak #1

Retour aux produits dérivés du mercredi, jour des (grands) enfants oblige. Avec une première chronique d’une série axée sur ma collection personnelle d’objets tirés de films. Et qui dit proders dit Star Wars, bien sûr ! Impossible d’évoquer la saga de George Lucas sans penser au merchandising issu d’une galaxie lointaine, très lointaine, avec ses créations immanquables et ses excès que tout le monde préfèrerait oublier. Mais ce qui est sûr, c’est que pour un fan de la première heure tel que votre serviteur (comment ça vous ne vous en étiez pas encore douté ?), le « culte » est avant tout source de plaisir sans se ruiner pour autant !

Décollage en douceur avec de la novellisation vintage, des photos d’exploitation, du jouet collector… et du bain moussant 🙂

« LA GUERRE DES ÉTOILES », UNE NOVELLISATION D’ÉPOQUE

SWM_1

Adaptation écrite du premier film (et épisode IV) sorti en 1977, cette première édition, parue aux Presse de La Cité à la même époque, est devenue une pièce rare. Dénichée chez un bouquiniste de Lille pour une dizaine d’euros, elle a pour principale curiosité d’être une quasi retranscription du premier script de George Lucas, avant qu’il ne coupe certaines séquences au cours du montage final. Désignant sur la couverture, et dans les pages de garde, le papa de la saga comme auteur du livre, on sait pourtant aujourd’hui qu’Alan Dean Foster, romancier de science-fiction et grand habitué des novellisations de films SF (STAR TREK, ALIEN, OUTLAND…), en est le véritable responsable.

Sans être de la grande littérature, Alan Dean Foster connaît son métier et le roman se lit très agréablement, les images et musiques du film fondateur venant immanquablement à la mémoire au fil des pages. Outre la nostalgie de tenir une œuvre encore estampillée LA GUERRE DES ÉTOILES, l’ultime curiosité du livre provient de son adaptation française : ainsi, les chevaliers Jedï deviennent ici des « Djedaïs » (pourquoi pas des jets d’aïl, tant qu’on y est ?) de la même manière que Chewbacca se disait « Chiquetaba » dans la VF du film. Le charme du vintage… Enfin, inséré en milieu de récit, un beau cahier de photos présente les scènes principales du film, dans l’ordre du déroulement du récit, et avec quelques croquis préparatoires de Ralph McQuarrie en bonus. De quoi ravir un grand nombre de geeks !

PHOTOS D’EXPLOITATION « L’EMPIRE CONTRE-ATTAQUE »

SWM_2

Dans les années 70 et 80, sur Lille (comme dans la plupart des grandes villes, je pense), il était encore possible d’acquérir directement auprès d’un fournisseur attitré les affiches et photos de films, accompagnant leur distribution en salles. Je ne vous parle pas ici des posters que l’on peut trouver en grand surface, ou en librairies spécialisées, mais des véritables affiches d’environ 1m20 de haut placées à la devanture des cinémas. Je me souviens très bien de la petite boutique, toute en longueur, et de l’air imperturbable du vendeur. Placé derrière un comptoir blanc, il avait dans son dos des centaines de casiers dans lesquels se trouvaient les affiches des films faisant l’actualité ou non. Une véritable caverne d’Ali Baba où je dégotais un jour ce jeu de photos d’exploitation de L’EMPIRE CONTRE-ATTAQUE.

SWM_3

D’un format proche du A4 et tirés sur papier photo glacé, cette série de visuels d’époque contient quelques clichés plus rares parmi d’autres très connus car exploités sans limite par les médias. Ils étaient fournis dans une grande enveloppe de papier craft que j’ai égaré entretemps, mais qui m’a permis de les conserver en très bon état pendant de longues années. Encore une touche de nostalgie quand je pense au trésor que représentaient ces photos à mes yeux,  à l’époque, du fait de leur rareté et du nombre limité de possibilités pour les acquérir. Elles sont toujours aussi précieuses aujourd’hui, pour leur grande qualité et leur valeur sentimentale…

R2D2 « MOUSSE DE BAIN » & C3PO FIGURINE MIRO MECCANO

SWM_4

Le duo de droïdes en direct-live dans mon salon ? Ou presque. Il s’agit ici d’une « reconstitution maison » du couple mécanique le plus célèbre du cinéma : soit un R2D2 « bain moussant » et un C3PO action figure d’une trentaine de cm. Les deux produits dérivés ont chacun leur propre origine mais ils ont en commun un soucis du détail dans leur création qui force le respect. Car il s’agit ici de jouets, ou apparentés comme tels, et non de reproductions Attakus (magnifiques, c’est vrai), destinés à des passionnés fortunés.

SWM_5

Le R2D2 date des proders créés à l’occasion de la sortie de LA MENACE FANTÔME, en 1999. L’aspect cylindrique du petit robot s’y prêtant à merveille, son « corps » est un réceptacle à bain moussant, accessible si l’on retire sa tête comme un simple capuchon. Distribué par la société Grosvenor UK, la reproduction du droïde est articulée au niveau de ses « jambes » et sa tête amovible s’allume si l’on presse un bouton discret situé sur le dessus. Le tout fonctionne encore avec la même pile… probablement parceque je n’ai jamais utilisé le bain moussant ! Pas parano, le garçon, mais pas fou non plus !

SWM_6

En ce qui concerne le C3PO, il s’agit d’un action figure – l’équivalent d’un GI Joe ou d’un Big Jim – réalisé en plastique et articulé simplement à la base du cou, en haut des bras et des jambes. Datant de 1978 et créé par la société Kenner, détentrice des droits de la première trilogie dès 1976, il fut distribué en France sous licence Miro-Meccano, tout comme les petites figurines d’une dizaine de centimètres de l’époque. Très détaillé, comme son collègue de salles de bains, le seul reproche à faire à cet objet devenu collector est probablement sa carrure, loin de l’image frêle du C3PO du film et plus proche de celle de Darth Vader. C’est cependant une pièce recherchée des collectionneurs d’aujourd’hui. Et comme le dirait le Dr Jones, « sa place est dans un musée » (du proders, bien sûr).

SWM_8

Le grenier du Movie Freak se referme pour aujourd’hui. En espérant que cette promenade vintage et collector vous aura plu autant qu’à moi, à très bientôt pour une nouvelle incursion au pays des proders 😉

 

Publicités

2 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. potzina dit :

    Le « jet d’ails », j’ai adoré ! 😀 Je ne savais pas pour les traductions. J’avais remarqué qu’ils s’étaient parfois embrouillés avec les noms mais je n’imaginais pas que ça avait été à ce point !
    Les figurines sont très belles et je crois que tu as bien fait concernant le bain moussant, on ne sait jamais 😉
    Vivement la prochaine visite de ton grenier !

    J'aime

    1. Merci ma Potzi ! Pour le bain moussant, je crois que là c’est trop tard pour faire trempette 😉
      Pour le livre Star Wa… je veux dire, LA GUERRE DES ÉTOILES, à l’époque, le « canon » de la saga n’était pas encore mis en place. Et je pense que Lucas lui-même n’était pas trop sûr des termes qu’ils voulaient employer pour sa création (comme Starkiller longtemps envisagé à la place de Skywalker). Mais aujourd’hui, avec le recul, c’est une curiosité souriante…

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s