THE TWO FACES OF JANUARY de Hossein Amini

L’histoire

1962, en Grêce. Un couple d’américains, Chester MacFarland (Viggo Mortensen) et sa jeune épouse Collette (Kirsten Dunst), fait la connaissance de Rydal (Oscar Issac), jeune étudiant yankee et escroc à la petite semaine. Attiré par l’appât du gain, fasciné par la jeune femme solaire et son mari charismatique, Rydal ne se doute pas que les MacFarland fuient un passé trouble…

tumblr_mc0j70nOnS1qz9qooo1_1280

Plein soleil sur Janus

Derrière le mystérieux titre du film se cache à l’origine un roman de Patricia Highsmith. Célèbre auteur de polars psychologiques souvent adaptée au cinéma (L’INCONNU DU NORD-EXPRESS, PLEIN SOLEIL d’après Mr RIPLEY, EAUX PROFONDES, LE CRI DU HIBOU…), la romancière s’était spécialisée dans les récits vénéneux, prenant plaisir à décortiquer les rapports humains basés sur le mensonge et la manipulation. Avec THE TWO FACES OF JANUARY, Patricia Highsmith se référait à la Grèce antique et au mythe de Janus à la double personnalité.

Désireux de réaliser lui-même cette adaptation pour le grand écran, le scénariste Hossein Amini (DRIVE, BLANCHE-NEIGE ET LE CHASSEUR, 47 RONINS…) passe donc pour la première fois derrière la caméra avec un casting de haut vol. À sa tête, Viggo Mortensen, élégant et ambigu, tigre de papier au vernis fissuré, campe avec brio un escroc dépassé par ses actes. Face à lui, Oscar Isaac (révélé par INSIDE LLEWYN DAVIS des frères Coen), jeune homme trop propre sur lui et Kirsten Dunst (SPIDERMAN, VIRGIN SUICIDES…), lumineuse et dévouée épouse, complète efficacement ce trio impossible.

the-two-faces-of-january03

C’est pourtant sur le rapport père-fils entre Chester et Rydal que le film repose, donnant son explication au titre. Les deux hommes apparaissent progressivement comme les deux facettes d’un même personnage, l’un tourné vers l’avenir quand l’autre tente de fuir tragiquement son passé. Entre eux, Collette représente une certaine idée de l’innocence et  d’un bonheur inaccessible.

Sous le soleil des îles grecques, Hossein Amini nous entraîne dans une lente descente aux enfers. La beauté de la photographie, évoquant parfois un peu trop le charme suranné des cartes postales, fait indéniablement penser au PLEIN SOLEIL de René Clément. Et le scénario trouble n’est pas sans évoquer Alfred Hitchcock.

TTFOJ

Mais voilà, Amini n’est ni Hitchcock, ni René Clément. Comme assomé par la chaleur et le poids de ses aînés, le réalisateur ne parvient pas vraiment à faire décoller son intrigue mollassonne et joue la même partition qu’Anthony Minghella pour LE TALENTUEUX Mr RIPLEY. Si la trame linéaire se suit sans encombre et le début du film nous intrigue grâce au charme et au talent de ses acteurs, THE TWO FACES OF JANUARY est loin d’être captivant.

Face à une histoire sans surprise, on peut reprocher au film son excès de classicisme, là où la flamboyance était nécessaire pour nous le rendre inoubliable. Une déception rattrapée en partie par la prestance du casting et la beauté des images…

The-two-faces-of-january-photo-11

THE TWO FACES OF JANUARY (2013) de Hossein Amini.
Avec Viggo Mortensen, Oscar Isaac, Kirsten Dunst, Daisy Bevan…
Scénario : Hossein Amini d’après un roman de Patricia Highsmith. Musique : Alberto Iglesias.

Crédits photos : © StudioCanal

EXTRAIT :

 

Publicités

2 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. potzina dit :

    On avait parlé de ce film sur FB quand tu avais partagé la bande-annonce. J’avais l’impression de tout avoir vu dans la BA et ton beau papier ne me donne pas envie de me jeter à l’eau, Fête du cinéma ou pas 😉

    J'aime

    1. J’ai préféré voir ce film plutôt que des films français peu emballants comme L’ex de ma vie ou Sous les jupes des filles 🙂 Sans relancer l’éternel débat autour de la tristoune production française, ça ne donne vraiment pas envie…
      Pour ce qui est de THE TWO FACES…, on avait effectivement discuté du mauvais trailer (d’où le fait que j’ai préféré mettre un extrait à la place…) qui en disait trop. L’histoire me tentait (j’aime bien Patricia Highsmith) et les acteurs aussi. Mais bon… c’est beau mais c’est bien mou, malgré tout. Celui-là, tu peux attendre la vidéo pour te faire une opinion…

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s