Humeur : des espoirs et déceptions #2

Nouvelle humeur en ce dimanche gris-pluvieux de nov… juillet. Si l’erreur est humaine, si la culture se fait avec le temps, s’il faut que jeunesse se passe… doit-on pour autant tout excuser ? À l’heure ou le web est devenu un bel outil de culture… et de désinformation totale, comment éveiller la bonne curiosité ? Comment partager au mieux sa cinéphilie aigue et sa passion du grand écran quand l’appel du smartphone désamorce toute concentration ? Et surtout, oui surtout… où se cache cet enfoiré de soleil ?

Le ciné file sans crier gare

Scène de la vie de tous les jours sur les réseaux sociaux. Il y a quelques temps, une simple blague sur Facebook a suscité les réponses outrées d’internautes en mal de combats (voir le lien). Face à la photo de Steven Spielberg, posant près d’un faux tricératops durant le tournage de JURASSIC PARK, il y a plus de 20 ans, certains, choqués, l’ont comparé à un criminel ! Des réponses dans le ton de la blague initiale, me direz-vous ? « Peu importe qui il est, il n’aurait pas du tuer cet animal ! » s’offusque un participant au débat. Humour ? Pas si sûr…

10385545_796242320407475_4699968639431015422_n-524x540
L’objet du « scandale » : Spielberg et son trophée.

Tout le monde n’est pas censé connaître ce classique du cinéma fantastique, c’est vrai après tout. Mais savoir que les dinosaures ont disparu il y a bien longtemps maintenant, n’est-ce pas une évidence ? Pour certains de nos congénères, il semblerait que non.

Même temps, autre lieu. Une salle de classe d’un établissemnt où je donne des interventions auprès d’apprentis graphistes. Depuis 8 ans maintenant, à raison de quelques cours par an, j’en profite pour tenter de leur transmettre ma passion des films et, qui sait, leur donner l’envie. Un réalisateur, un film… et voilà la base à des travaux d’illustrations, d’affiches ou de dossiers de presse. La semaine dernière, l’erreur d’une étudiante m’a fait sourire : je découvrais avec amusement que Robert de Niro avait tourné en 1980 dans RAGING BALL de Martin Scorsese. Pas de quoi avoir les boules, ce genre de boulette peut arriver à tout le monde. C’est par la suite que je grinçais des dents : une petite vingtaine d’autres apprenants avaient fait la même erreur ! Le taureau enragé s’était mué en ballon rond, tout autant furieux !

Mauvaise pioche sur une page du web montée par un ignorant ? Erreur collective due à un travail trop collectif ? Ou bien encore simple rectification devant un mot que l’on ne connaît pas ? Cela laisse à réfléchir… Ce qui est certain, c’est la régularité de ce genre d’erreur. À chaque TD donné correspond son pesant de bévues toutes plus énormes les unes que les autres ! Comme le disait Émile, « on peut tromper 1 fois 1000 personnes mais pas 1000 fois 1 personne ».

Sur un autre devoir, il y a quelques années, une future designer de choc, « agacée d’apprendre des trucs qu’elle connaissait déjà » (elle se reconnaîtra, la petiote…) me soutenait mordicus que Spielberg (encore lui) avait réalisé TRON en 1982. Le même tonton Steven qui, pour un autre étudiant, était à la barre du TITANIC quelques années plus tard… Se tromper sur Krzysztof Kieślowski, sur Jean Rouch voire sur Bergman, j’veux bien. Mais sur le réalisateur des plus gros cartons planétaires du cinéma depuis une quarantaine d’années, y’a de quoi se poser quelques questions, non ?

Salman&Stanley
Salman et Stanley, frères de lunettes pour les générations futures.

Faut-il blamer le net ? Petite observation : donnez un sujet d’étude à de jeunes apprenants et vous verrez leurs petits doigts galoper sur le clavier à la recherche de l’info ou de la photo perdue. Sans même prendre le temps de comprendre le sujet, ni de vérifier leurs sources. En parlant de photo, l’une des plus belles erreurs qu’il m’est arrivé de corriger dans mon job d’intervenant fut celle produite à propos de Stanley Kubrick. Illustrant le dossier de presse d’un futur graphiste sur le réalisateur de 2001 et d’ORANGE MÉCANIQUE, une superbe photo… de Salman Rushdie, l’auteur, entre autres, des VERSETS SATANIQUES !!

Pas de doute, en plaçant les visuels des deux hommes côte à côte, on peut reconnaître qu’il y a une certaine ressemblance. Mais voilà, il suffit d’une erreur d’un webmaster et la gaffe se propage à la vitesse d’une connexion. Même tête, même silhouette et peu importe la véracité des propos. Si le net le dit, pourquoi en douter ? Pas si grave mais inquiétant tout de même.

Étudiant, j’ai du passé par le même type de recherche, moi aussi, comme tant d’autres à la même époque et même avant moi. L’humeur du vieux con comme étendard, je vous dirais que je n’avais ni internet, ni smartphone, ni encyclopédie wiki pour me désinformer dans l’insouciance la plus totale. Des journaux, des bouquins, des dicos… Pas de robinets à infos continues mais, j’ose l’espérer, des sources fiables que je n’hésitais pas à recouper pour m’assurer d’être dans le vrai. Il fallait fournir un peu plus d’efforts mais le résultat ne s’évaporait pas comme par magie, quelques minutes plus tard.

Ça n’est pas le net qui rend bête mais l’usage que l’on en fait. Faudrait-il enseigner ou conseiller son utilisation, à tout âge, pour éviter les colères virtuelles contre un méchant tueur de tricératops ou limiter la confusion des cinéastes ? C’est bien probable… Comprenez-moi, je ne m’érige pas en donneur de leçons. Juste désappointé par ces accumulations de petites bêtises.

Une dernière pour la route et je vous laisse tranquille. Toujours dans mon envie exaltée de partager ma passion du cinéma, je décidais, il y a quelques années, de projeter à mes étudiants l’un des chefs d’œuvres du 7ème Art et de la SF. BLADE RUNNER, le film culte de toutes une génération de cinéphiles, un des derniers bijoux sans images de synthèse, véritable objet de pensée et éblouissement visuelle pour de jeunes graphistes en herbe. Un must en résumé. Le film projeté, je me tournais vers eux, cherchant leurs avis à chaud… Devant leurs mines déconfites, je commençais alors à réaliser mon erreur. « Ben… ça manque d’action, quoi ! » Comment vous résumer une perle en quelques mots balancés à la volée. Verdict implacable et choc des générations. Ce jour funeste, j’ai pris 30 ans dans la tronche. Ma cinéphilie aussi.

Publicités

10 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. potzina dit :

    Relaxe, tu n’es pas encore un papy ou alors c’est que je suis une mémé 😉 J’ai vu le truc sur Spielberg, être aussi con ça devrait être interdit. L’internaute qui a balancé la photo ne manquait pas d’humour puisque c’était suite à l’affaire de la blonde tueuse sur FB mais les réponses étaient vraiment dingues. Le pire c’est le mec qui dit  » c’est Spielberg, le mec qui a réalisé Jurassik Park » et l’autre qui lui répond « on s’en fout, il n’avait pas à tuer cet animal ». Là, j’ai failli m’étouffer.
    On a quand même affaire à un paquet de demeurés, tu as vu les réactions lors du Bac français sur V. Hugo ? Le pauvre a dû faire la toupie dans sa tombe ! On a l’impression qu’ils veulent tout sans faire d’effort. En même temps, on leur donne raison : il a suffi d’une pétition en ligne pour se plaindre de la difficulté de l’épreuve de maths du Bac S pour qu’on demande aux profs de relever les notes. Ce n’est pas un service à leur rendre, ça leur apprend la paresse et le manque de curiosité.
    Espérons qu’en prenant de l’âge, ils se réveillent un peu parce qu’on risque de se retrouver avec une génération de décérébrés.
    Bon, ben voilà, je crois que je suis passée du côté obscur des vieux cons moi aussi 😉

    J'aime

    1. Ben non, je sais, pas encore papy (ou alors pas au courant). Disons qu’entendre ce genre de réfléxions te fiche un coup… J’ai vu BLADE RUNNER le jour de sa sortie. J’étais bien plus jeune qu’eux à cette époque et j’aimais bien aussi des films comme L’ARME FATALE ou même LE FLIC DE BEVERLY HILLS. Mais ça ne m’a pas empêché d’être ébloui par le film de Ridley Scott… Tu peux me croire, sur le moment, tu te pose quelques questions quand même !

      J’ai vu aussi pour Hugo et le Bac. Effectivement, on ne leur rend pas service… Dans le même esprit, je fait les jurys de fin d’année à l’école où je donne des cours. Pendant des années, on m’a mis en binôme avec un intervenant à 2/3 ans de la retraite qui surnotait les résultats pour que tout le monde ait son examen. Je me suis pris la tête avec lui, lui expliquant que ça n’était pas L’école des fans. Je n’ai jamais su si c’était une demande de la direction ou un ras-le-bol de sa part… voire les deux. Mais cela te donne un autre état des lieux…

      Là où je n’excuse pas l’erreur, quand elle est énorme, c’est lorsque’il y a eu du temps (beaucoup de temps) pour effectuer un travail. Le même genre d’erreur, pas bien grave parfois c’est sûr, arrive aussi (et souvent) dans la presse : Première qui parle de JAWS sorti durant l’été 74, tel peudo journaliste d’un site qui donne le nom du photographe à l’actrice Maria de Medeiros… Bon, on ne va pas refaire le monde, il y a plus important c’est vrai mais c’est tout de même affligeant.

      Je passe beaucoup de temps, pendant mes cours, à leur rappeler ces choses. Sans les mépriser, sans les humilier, avec recul. Je râle pas mal, je m’énerve souvent… Mais le déclic doit se faire chez les intéressés, pas d’autres issus possible…

      J'aime

      1. potzina dit :

        Je n’ai pas vu Blade Runner à sa sortie, j’étais beaucoup trop petite 😉 Mais je l’ai vu à 15/16 ans et j’ai tout de suite adoré. Je l’avais vu au départ pour Harrison et j’en suis ressortie chamboulée. C’est bizarre de vouloir de l’action alors que le film est hyper intense. Dommage pour eux ! 😉

        C’est vrai que même dans les mags, on voit des énormités. Autant sur le net, j’excuse parce qu’il y a la recherche de la rapidité et qu’il n’y a pas forcément une personne qui va relire l’article mais dans la presse écrite, ça craint 😦

        Je viens de lire les échanges que tu as eu avec The Cinemaniac, j’ai bien fait de venir 😀

        J'aime

      2. Oui, pour BLADE RUNNER, je t’avoue que ça a été une sacrée claque 😀 Je ne m’ens suis toujours pas remis… Je pensais que la beauté du film les interpellerais. Mais pas du tout ! J’ai heureusement de réguliers cinéphiles chaque année, et, de façon plus large, des personnes qui s’intéressent à ce qui se passe autour d’eux, que ce soit en terme de cinéma, de musique, d’expos … Mais bon, là, ça m’a servi de leçons !

        Une autre année, j’ai donné Kubrick comme thème, tout en me disant « mon pote, tu y es peut-être allé un peu fort… » Et bien j’ai été servi : une nana m’a demandé si, à la place, elle pouvait pas faire Harry Potter 🙂 Bon, j’ai rien contre Harry Potter, mais j’ai répondu « non ».

        Pour ce qui est des « boulettes », pour te situer le contexte, je laisse facilement un mois aux apprenants pour qu’il puisse donner le meilleur sans être trop stressés. Ils n’auront jamais ce genre de délais dans la réalité. Mais je préfère voir de beux boulots que des trucs bâclés… D’où mon intransigeance sur les erreurs du genre Rushdie à la place de Kubrick ou Spielberg qui a réalisé Titanic 🙂

        Quand aux boulettes de la presse… C’est vrai, la pression d’un bouclage peut parfois entraîner des erreurs. Mais venant d’un mag spécialisé, ça craint un peu beaucoup !

        Et pour Blade Runner, ben oui, j’étais en âge de le voir à l’époque. Pas papy le Freak, comme tu le dis, mais avec du bagage quand même 😉

        J'aime

  2. Pardonnez moi pour l’intrusion (et si mon français est mauvais–je suis simplement un étudiant de la langue). J’aime votre blog, mais si vous pouvez changer le nom de ce blog, je l’appreciérais beaucoup. Je la demande simplement parce que je suis le fondateur d’un blog nommé Cinemaniac Reviews, mais il commencé en utilisant le nom The Movie Freak Blog. Je utilisai ce nom pour mon blog pour longtemps avant le changeant au le nom Cinemaniac Reviews, et tandis que je seulement ne utilisé pas le nom The Movie Freak Blog pour mon blog, le majorité de mes adeptes utilisent le nom The Movie Freak Blog en référence à mon blog, et de plus, mon blog est themoviefreakblog.com. Ainsi j’encore utilisé le nom qui vous avez nommé votre blog. S’il ne demande pas beaucoup, j’apprécierais beaucoup si vous pouvez changer le nom de ce blog.

    J'aime

    1. Bonjour.
      Je ne comprends pas votre demande.
      « Movie Freak » est une expression qui est souvent utilisée. Et mon blog se nomme « The Movie Freak » et non « The Movie Freak Blog ».
      Les deux adresses se ressemblent, c’est vrai. Mais elles ne sont pas les mêmes. Donc, ne m’en veuillez pas mais je ne vois pas pourquoi je devrais changer le nom de mon blog.
      Votre nom « Cinemaniac » est lui aussi souvent utilisé pour des sites et des blogs ciné : regardez le nombre d’adresses qui existe dans le lien que je vous envoie ! Si je vous demande de ne plus appeler votre blog « Cinemaniac », allez-vous le changer ? Je ne pense pas. Si vos adeptes se trompent, je n’en suis pas responsable, navré !
      Bonne journée.

      Voici le lien à la recherche « Cinemaniac », pour vous donner un aperçu :
      https://www.google.fr/search?client=safari&rls=en&q=the+cinemaniac&ie=UTF-8&oe=UTF-8&gfe_rd=cr&ei=qgHFU6SlJMLN5AbdiYCAAw

      J'aime

      1. Pardonnez-moi pour l’intrusion. Je suis très embarrassé maintenant, et je suis désolé pour ma hypocrisie. Bonne journée, et bonne chance avec ton blog. C’est très bien, d’après des articles que j’avais lu.

        (Encore, s’il vous plaît, excusez-vous des erreurs j’avais fait en effort à parler français. Je suis en étudiant.)

        J'aime

      2. Non, pas de soucis ! Il n’y a pas d’hypocrisie.

        I can undesrtand you worried for the name’s blog but the most important is the web adress : .com or.fr or .net… I hope you’ll understand that i can’t change my name’s blog. But you don’t have to worry for that, it’s just a blog 😉

        By the way, thanks for your appreciations !
        I’ll follow your blog too 😉

        J'aime

  3. niolynes dit :

    L’affaire du tricératops m’avait fait sourire, surtout devant la bêtise des gens. Ou la bêtise du net. Il faut dire que depuis que je suis sur le net, j’ai pris le parti dorénavant d’en rire, sinon oui, comme toi, je me prends 30 ans dans la tronche avec des réactions similaires à celle pour Blade Runner. Cela dit, je ne suis pas à l’abri d’un coup de gueule perso (le dernier en date, se plaindre qu’il y a pas de personnages auxquels s’attacher dans 2001 l’odyssée de l’espace donc, décrêter que le film est franchement pas terrible pour ça. Ouais là j’ai bondi, c’était sur mon blog il y a peu, tu as dû le lire et heureusement que Potz est là pour heu… arrondir les angles on va dire), ce qui montre bien que quelque part, je me sens plus concerné que je ne peux l’être. Comme toi je déplore de toutes façons la crétinisation en cours vis à vis de la culture, et notamment du cinéma. Dur. 😦

    J'aime

    1. Tu as raison pour ce qui est d’en rire, Nio. Je pense que c’est la voie de la sagesse de prendre du recul par rapport à tant d’absurdité… Mais en ce qui concerne les régulières boulettes plus ou moins énormes que je dois supporter chaque année avec les étudiants, ça n’a plus rien de virtuel. Il ne s’agit plus de débats sur des forums de discussion ou des posts idiots sur des réseaux sociaux. Là aussi on m’a conseillé de prendre du recul. Ce que je fais de plus en plus… J’essaie aussi de prendre du recul pour la bêtise cotoyée régulièrement sur le net, même s’il m’arrive de ne plus supporter l’assurance de certains idiots, comme dans l’échange tendu avec cet abruti persuadé de son intelligence et de son érudition à coups d’articles pompeux et de phrasses lapidaires, dans le style : « Trance, c’est une merde » 😉

      C’est bien vrai, tout cela n’est pas bien grave, ni même important 🙂
      Je m’implique trop, on me le reproche souvent… Pour ce qui est du net, la seule solution viable, je pense, est de s’y promener moins souvent. Ce que je vais probablement appliquer à la longue. La difficulté dans mon cas précis… c’est que le net fait parti de mon job ! Un peu difficile de couper tous les ponts…

      Mais il n’y a pas plus de bêtise sur le net qu’ailleurs. C’est juste un reflet de notre société actuelle, avec ses belles choses et ses aspects immondes. J’aime bien cette phrase qui dit « ça n’est pas l’arme qui tue, c’est le doigt qui presse la détente ». Je ne sais plus qui a dit ça… peut-être Clint Eastwood 😀 Bref, les bons et mauvais aspects du net, c’est ce que les gens qui l’utilisent en font, rien d’autre. L’affaire du Triceratops… c’est effectivement plus drôle que méchant mais un peu inquiétant tout de même je trouve.

      Pour conclure (je suis long, je sais), ces petites chroniques sur mon blog ne sont que des coups de gueule occasionnels, quand un sujet me fat réagir. Rien de bien sérieux, encore moins à prendre au sérieux 🙂

      Quant à 2001, j’ai eu un étudiant un jour qui m’a balancé ironiquement : « Ça a quand même très mal vieilli le film de Kubrick. Les effets spéciaux, les maquettes… même la musique fait ringarde ! » Venant d’un jeune coq incapable de faire correctement un photomontage digne de ce nom dans Photoshop, après 3 ans de formation, j’ai préféré ne pas répondre et le balancer par la fenêtre… dans ma tête 😉

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s