Humeur : des espoirs et déceptions #6

Retour du billet d’humeur râleuse et grinçante avec une (longue) lettre ouverte à Ridley Scott, en réaction à ses récents délires sur la saga ALIEN…

Fais pas l’con, Ridley !

Cher Ridley,

Je me permets de vous appeler Ridley, depuis le temps que je suis votre parcours, tout en gardant le vouvoiement de rigueur. C’est vrai après tout, on a pas gardé les Xénomorphes et les Nexus 6 ensemble ! En une quarantaine d’années, vous êtes devenu un cinéaste modèle pour beaucoup de cinéphiles, apportant votre incroyable talent pour l’image à de nombreux films phares, sans parler des chefs-d’œuvre. Quel réalisateur peut se vanter aujourd’hui de compter 2 monuments du cinéma de SF dans sa carrière, d’avoir réalisé l’un des plus beaux road movie du 7ème art et d’avoir redonner ses lettres de noblesse au péplum ?

Lorsque votre premier long métrage, DUELLISTES, fut distribué sur les écrans, je me souviens de l’exaltation de mon frangin à la sortie de la séance. C’était un temps où, lorsque je ne voyais pas un film en salles parce que j’étais trop jeune pour y être autorisé ou parce que j’allais voir le dernier Disney à la place, mon frère ainé m’en parlait avec des yeux brillants, emballé par ce qu’il comparait à une pierre précieuse dans le dédale de sorties ciné du moment.

Plus tard, le phénomène ALIEN s’est répandu sur la planète. Ce film que certains nommeront « la sale guerre des étoiles ». Pas dans le sens péjoratif bien sûr mais en comparaison au raz-de-marée STAR WARS sorti 2 ans plus tôt. Il m’a là aussi fallu attendre d’avoir les 13 ans requis pour voir le film et me prendre l’un des plus grands chocs émotionnels de mon parcours de Movie Freak. La Science-Fiction horrifique prenait soudainement une ampleur jamais vu sur grand écran. Et une œuvre de genre pouvait aussi s’apparenter à un grand classique du 7ème art.

Mais à vrai dire, mon premier véritable contact avec votre filmographie se produisit en 1982, avec votre 3ème film, une autre pépite de SF nommée BLADE RUNNER. Un envoutement total et un bijou que j’ai revu je ne sais combien de fois. LE film ultime qui ne supporte pas la diffusion sur une tablette numérique. Un film noir d’anticipation, mélancolique et sombre, subtil mélange de polar et de réflexion philosophique qu’il faut avoir vu ne serait-ce qu’une fois sur écran géant pour toucher du bout des yeux – à défaut de la comprendre – la magie du cinéma.

scott_weaver_alien
Sigourney Weaver et Ridley Scott sur le plateau d’ALIEN LE 8ÈME PASSAGER (1979).

Dans une moindre mesure mais tout aussi envoutant, LEGEND fut pour vous l’occasion d’aborder le genre « fantasy », d’y prouver à nouveau votre incroyable don pour l’image, de réaliser un projet à la fois personnel et ouvert à un plus large public. Un échec commercial non mérité qui vous a fait redescendre sur Terre pour tourner des œuvres ancrées dans un urbanisme contemporain (TRAQUÉE, BLACK RAIN), toujours aussi soignées mais sans l’impact révolutionnaire de vos premières réalisations.

Auteur talentueux de spots publicitaires avant de vous orienter vers le cinéma, vous êtes souvent retourné à vos premiers amours, dans les années 80 et 90, avec des incontournables comme la pub Macintosh d’Apple ou celle, plus glamour, pour le N°5 de Channel avec Carole Bouquet, sur le « My Baby Just Cares For Me » de Nina Simone.

Le magnifique THELMA ET LOUISE, en 1990, a fait taire vos détracteurs qui ne voyaient en vous qu’un habile technicien, dénué de sensibilité. Superbe road-movie désespéré porté par son talentueux duo d’actrices, Susan Sarandon et Geena Davis, toutes deux en état de grâce dans ce qui restera probablement l’un des plus beaux et puissants films « féministes » sans démagogie ni revendication populiste.

Le passage d’un siècle à l’autre vous a vu redorer le blason du péplum et de la jupette romaine avec le superbe GLADIATOR, révélant au passage un Russel Crowe accédant enfin à la tête d’affiche. Puis, depuis le début de ce siècle, vous enchaînez les films avec plus ou moins de bonheur et le goût de la diversité, passant de la suite bancale (HANNIBAL) au polar 70’s (AMERICAN GANGSTER) sans oublier un plantage en provence (UNE GRANDE ANNÉE) ou une épopée historique en terre sainte (KINGDOM OF HEAVEN)…

ridley-scott-noomi-rapace-prometheus-2
Ridley Scott et Noomi Rapace sur le tournage de PROMETHEUS (2012).

Finalement, c’est avec PROMETHEUS que les choses ont mal tourné. Oh je sais ! Rien d’original dans ce que je viens de dire. Je fais parti de ceux qui ont été déçu par cette préquelle d’ALIEN… qui n’en n’était pas une en fait… tout en ayant des connexions avec votre chef d’œuvre d’il y a 36 ans. Bref…

Je ne vais pas m’étaler sur ce que je pense de votre retour à la SF, film visuellement éblouissant mais bancal à force d’avoir navigué ouvertement entre scénario original et fan service qui ne s’assume pas. Je ne parlerai pas non plus du récit confus et mal ficelé, ni de l’interprétation peu crédible, ni des incohérences scénaristiques… Ce sera pour une autre fois si vous le voulez bien.

Non, ce qui m’a fait prendre mon clavier pour vous faire part de mon « agacement », cher Ridley… c’est que vous semblez en remettre une couche avec les suites programmées de PROMETHEUS ! J’ai cru, du moins j’ai voulu croire, que vous n’étiez pas complètement responsable de la communication faîte en amont sur PROMETHEUS. Que tout ceci était en partie du aux stratégies marketing actuelles, consistant à en mettre plein la vue des mois avant la sortie d’un film. Que mon impatience à mesure que les teasers de teasers de trailers tombaient en masse pour me faire baver m’avait fait tomber de haut, et que je ne devais m’en prendre qu’à moi-même…

C’était pas si simple. L’annonce de plusieurs suites à PROMETHEUS vous a fait retomber dans le grand « portenawak » du scoop pour réseaux sociaux. À trop vouloir en dire, on ne sait plus vraiment qui fait quoi ni comment. Entretemps, l’annonce d’un ALIEN 5, directement relié lui à la saga et dirigé par Neil Blomkamp (DISTRICT 9, ELYSIUM), se voit repousser jusqu’en 2018 ! Nécessité de planning ou petit caca nerveux de votre part, cher Ridley ? Ok, après tout, si c’est pour un mieux pour vos PROMETHEUS 2, 3 ou 48, et si cela permet à Blomkamp de faire un 5ème volet impeccable, moi je dis pas non…

Mais voilà, tout cela commence sérieusement à me les briser menu, comme le disait si bien le grand Lino. Terminé le « vous » de politesse, les suites qui n’en sont pas ou qui sont des préquelles de reboot sans en être réellement tout en faisant de l’œil du pied gauche …… Raaaahh !! Pourrait-on juste foutre la paix au public en cessant de le prendre pour un con ? Tu me déçois, monsieur Scott. Je l’aimais bien moi, ton cinéma et même si tes récents films valent mieux, dans l’ensemble, que la plupart des blockbusters récents, je finis par croire que la vieillesse est bien un naufrage, tout compte fait.

Reprends-toi Ridley ! Arrêtes de déconner quoi ! On s’en tamponne les amygdales de tes sacs de nœuds, nous on veut que tu nous ponde un grand beau film, comme avant. Tiens, il paraît que THE MARTIAN promet du lourd. En voilà une nouvelle qu’elle est bonne ! Pour ce qui est des suites de PROMETHEUS, promets-nous juste que les films seront bons. C’est vrai quoi, à force de péter un câble, on va finir par douter…

Bien à toi.

Publicités

3 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. niolynes dit :

    C’est encore plus compliqué que ça concernant Alien 5 même. Comme ils le disent pour la sortie repoussée dans ton lien, ça, c’est clair. Après il y a le fait que ce « 5ème volet » se rattachera au second de James Cameron et éjectera Alien 3 et Resurrection. Les timelines parallèles, on a vu ce que ça a donné avec Terminator Genysis, alors ça ne me rassure pas, mais alors pas du tout. Ensuite personnellement (bon là c’est que mon avis) je considère que Blomkamp n’a probablement pas les épaules assez solides pour un film de cette envergure. District 9 c’était sympa mais pas un immense film non plus. Elysium et Chappie, il y a de bonnes idées mais mouais bon… Blomkamp est fan mais à notre époque, le fan semble parfois mélanger ses désirs avec les impératifs de cinéma qu’ils soient artistiques ou/et commerciaux (On voit comment le réalisateur de Chronicle s’est bataillé avec la Fox sur le nouveau Les 4 fantastiques et comment il a été éjecté du truc. Le pire c’est qu’avec un peu de jugeotte, il se serait renseigné et aurait vu que c’est pas la première fois que la Fox tient un réal en laisse sur un gros projet. Qu’on se rappelle justement David Fincher avec Alien 3 pour revenir à la saga Alien 😉 ). J’aurais plus vu quelqu’un comme Duncan Jones toutes proportions gardées dans les nouveaux talents actuels à la réalisation. Quelqu’un de fan mais avec une vraie passion cinéphile et science-fictionnesque qui a des références cinématographiques dans ses films mais n’en fait pas trop étalage non plus. Enfin c’est mon avis. 🙂

    Pour The martian, je ne vais pas trop m’avancer mais contrairement à Prometheus (que Potz et moi on aime comme tu le sais 😀 ) tu ne seras pas déçu, ou pas trop. A la différence de celui-ci, le nouveau Scott se base quand même sur un scénario solide tiré d’un bon livre de Hard-SF (d’ailleurs assez plausible dans le fond). Prometheus partait d’une base connue (la saga alien de loin) mais dans une direction inconnue (excepté les emprunts du derelict au disc-jockey + esthétique Giger) qui ne devait rien à un scénario novateur en soi mais plus proche de thématiques liées à la carrière de Scott (cf ma chronique du film ^^) avec pas mal de mauvais choix dès le départ (Lindelof en étant clairement un. Le monsieur a été gentiment remercié et ne participera pas au second volet d’ailleurs). Tandis qu’ici on a déjà un best-seller pas mal qui peut former une bonne charpente à un film martien. 😉

    J'aime

    1. Oui Nio, je suis au courant pour ALIEN 5 et sa « direction parallèle » à la série, en suivant les opus 1 et 2… Je ne sais pas pour Blomkamp mais il a une certaine pâte comparé au tacheron de Terminator Genisys. Après, d’accord avec toi, le fait qu’il soit fan de la saga ne veut rien dire. Et ça n’est pas non plus parce qu’il a fait de beaux dessins préparatoires que son film sera meilleur. Mais il suffit d’un rien pour enflammer la toile…

      Pour PROMETHEUS, on ne va pas rentré dans un débat comme pour LES GARDIENS DE LA GALAXIE. Tu as ton avis, j’ai le mien. Ce qui m’a déçu chez Scott, c’est son incapacité à gérer son projet comme il semblait l’avoir fait sur ALIEN et BLADE RUNNER. Il a vendu et réalisé PROMETHEUS en promettant tout et son contraire. Et ça recommence avec PROMETHEUS 2 ! Le bonhomme se contredit à chaque nouvelle info… Si bien que ça n’a plus de sens. Et au final, ça va n’intéresser que les affamés du scoop.

      Mon billet de faux râleur se voulait avant tout une façon de dire combien j’admirais le bonhomme avant ses récents dérapages moisis. Je ne pense pas être le seul à le penser, il faut qu’il prenne des vacances ! Après, ma chronique n’a rien de trop sérieux, du moins il ne faut pas la prendre trop au sérieux.

      Pour THE MARTIAN, j’attends de voir mais j’en ai déjà entendu beaucoup de bien. Wait and see…

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s