NIGHT GALLERY Saison 1 – 1 DVD / 1 article avec Cinétrafic

Une première pour cette nouvelle chronique DVDTrafic, avec le site Cinétrafic, puisque l’objet de cet article n’est pas un film mais la première saison d’une série TV américaine, dans le genre fantastique, diffusée dans les années 70 : NIGHT GALLERY de Rod Serling.

Les histoires

NIGHT GALLERY est une série télévisée américaine diffusée au début des années 70. Dans cette anthologie présentée par son créateur, Rod Serling, plusieurs récits fantastiques, abordant le surnaturel et l’épouvante et représentés par une angoissante peinture, se suivent mais ne se ressemblent pas : après avoir assassiner son oncle mourant, un jeune homme sans scrupules voit un tableau s’animer et le hanter; une richissime femme acariâtre et aveugle est prête à tout pour recouvrer la vue le temps de quelques heures; caché sous une fausse identité, un nazi en fuite est irrémédiablement attiré par la toile d’un musée; une jeune femme est fascinée par une demeure hantée qu’elle visite régulièrement en rêve; un Colonel de l’Armée des Indes est la proie d’une horrible poupée vengeresse…

nightgallery5

La critique

Si le fantastique à la télévision ne vous est pas inconnu, le nom de Rod Serling vous dit probablement quelque chose. Auteur et producteur renommé, ce surdoué démarra sa carrière de scénariste télé au début des années 50, après une courte carrière de boxeur amateur dans sa jeunesse puis un engagement en tant que parachutiste durant la seconde Guerre Mondiale. Ses talents d’écriture lui valurent 2 Emmy Awards en 1955 et 1957.

Humaniste et soucieux de transmettre un message dans ses récits, Serling a l’idée de contourner la morale bien-pensante et la censure des années 50/60 en mêlant réflexion, philosophie et messages politiquement engagés à une anthologie (soit une série d’histoire n’ayant aucun lien entre elles si ce n’est une ambiance ou un « maître de cérémonie » commun) teintée de science-fiction et de fantastique. Il créé ainsi de 1959 à 1964 la série THE TWILIGHT ZONE, diffusée chez nous sous le nom LA 4ème DIMENSION.

Ce joyau a marqué de nombreuses générations d’enfants de la télé par le brio de ses scripts, son noir et blanc envoutant, ses twists saisissants et son générique d’intro inoubliable. Rod Serling y créa de nombreux scénarios, entouré d’une pleïade d’auteurs réputés comme Richard Matheson, Ray Bradbury ou Charles Beaumont. La légende raconte que le timide Rod Serling, très anxieux à l’idée de devoir introduire chaque épisode face caméra, trempait de peur – et au sens propre – ses chemises pour chaque séquence mise en boîte !

night-gallery-season-2-billboard-rod-serling-600x300

En 1964, Rod Serling fut le scénariste de 7 JOURS EN MAI de John Frankenheimer. Puis en 1968, il écrivit le script de l’adaptation de Franklin J. Schaffner de LA PLANÈTE DES SINGES. Dans ce dernier récit, on retrouve entre autres sa prédilection pour les scènes finales renversantes qu’il avait si bien imposé dans LA 4ème DIMENSION.

À la fin des années 60, la chaîne NBC diffuse le pilote d’un nouveau projet d’anthologie de Serling intitulé NIGHT GALLERY. Composée de 3 épisodes et toujours présentée par l’auteur, cette nouvelle introduction au fantastique se tourne plus vers l’épouvante, le gothique et le surnaturel. Le décor d’une mystérieuse galerie d’art où Rod Serling présente d’inquiétantes et effrayantes peintures sert de liens entre chaque histoire.

Ce pilote de 3 épisodes est diffusé en 1969 puis la série démarre à la fin de l’année suivante. Serling, qui entretemps a pris goût à la présentation, demeure le « Monsieur Loyal » de cette anthologie de l’étrange. Le créateur de NIGHT GALLERY a souhaité prendre moins de responsabilités directes afin de consacrer plus de temps à la création, devenant ainsi le principal responsable des scénarios.

Night-Gallery_3

Ce recul volontaire de Rod Serling n’est pas sans effets négatifs : face aux multiples rejets de plusieurs de ses récits, il se retire en totalité de la troisième saison. S’ensuit une baisse de qualité, puis une baisse d’audience qui conduit à l’arrêt de la série en 1973. Amer, Serling finira par renier NIGHT GALLERY avant de disparaître en 1975.

40 ans plus tard, ELEPHANT FILMS a l’excellente idée de distribuer NIGHT GALLERY en DVD, série pratiquement inédite en France, mis à part l’épisode pilote et 2 épisodes diffusés sur la chaîne SyFy sous l’appellation L’ENVERS DU DÉCOR. Si son aspect méconnu a contribué à la rendre culte auprès de nombreux amateurs de fantastique, une autre facette en fait un indéniable objet de convoitise : Steven Spielberg y fit ses premiers pas de cinéaste, réalisant 2 épisodes de la première saison dont l’un des segments du pilote nommé THE EYES avec Joan Crawford en guest star !

Étalée sur 3 DVDs, cette 1ère saison est composé de 14 récits, segmentés en 1 pilote et 6 épisodes, regroupant chacun 2 à 3 histoires. Outre Joan Crawford dans un épisode réalisé par Spielberg, NIGHT GALLERY – Saison 1 est aussi l’occasion de retrouver Diane Keaton dans l’une de ses toutes premières apparitions à l’écran ainsi que Joseph Wiseman (Dr NO), Agnès Moorehead (MA SORCIÈRE BIEN-AIMÉE), Tom Bosley (HAPPY DAYS), John Williams (LA MAIN AU COLLET), Burgess Meredith (ROCKY) ou Roddy McDowell (LA PLANÈTE DES SINGES)…

ngdoll07

Au vu de cette première saison, il est clair que NIGHT GALLERY a tous les avantages et les inconvénients d’une anthologie, à la manière d’un recueil de nouvelles littéraires. Si les 3 segments du pilote représentent une introduction alléchante et globalement réussie, le reste des épisodes s’avère d’une inégale qualité, faisant quelque peu retomber l’engouement ressenti initialement.

Avant de découvrir ces épisodes, il faut être conscient que la série a plus de 40 ans au compteur et que la façon de filmer ou de traiter une histoire n’a rien à voir avec ce que l’on produit aujourd’hui. Si les aspects angoissant et étrange sont bien présents, la peur que devait susciter les épisodes lors de leur diffusion dans les années 70 n’est plus vraiment de mise. L’usage de la couleur contribue également à amoindrir l’angoisse que provoquait le noir et blanc de THE TWILIGHT ZONE.

Il n’empêche que cette première poignée d’épisodes contient quelques belles surprises. THE EYES, l’épisode de Steven Spielberg, nous montre déjà son goût prononcé pour la mise en scène, son talent pour les initiatives originales et la création d’une ambiance. THE DOLL, avec son affreuse poupée diabolique, provoque encore des frissons. Et THE LITTLE BLACK BAG, réalisé par le français Jeannot Swarc (QUELQUE PART DANS LE TEMPS), évoque les meilleurs heures de LA 4ème DIMENSION.

NIGHT GALLERY reste, en ce qui me concerne, une agréable découverte permise grâce à l’initiative conjointe de Cinétrafic et Elephant Films.

night_gallery_3d

Les suppléments

Le coffret de cette saison 1 de NIGHT GALLERY se compose de 3 DVDs. Le premier disque regroupe les 3 parties de l’épisode pilote ainsi que des bonus. Puis le deuxième disque réunit les épisodes 1 à 3, et le dernier disque est composé des épisodes 4 à 6, chaque épisode regroupant 2 ou 3 parties. Seul l’épisode pilote comprend les pistes VF et VOSTF. Tous les autres épisodes sont présentées en version originale sous-titré.

Sur les bonus du premier DVD, plusieurs bandes-annonces de l’éditeur Elephant Films et surtout une intervention de 18 minutes de Alain Carrazé, « Monsieur Séries TV », grand expert en matière de séries télévisés des années 50 à nos jours et auteur de nombreux ouvrages remarquables sur de grandes séries comme LE PRISONNIER, CHAPEAU MELON ET BOTTES DE CUIR ou STAR TREK. Avec sa passion communicative habituelle, Alain Carrazé revient sur les origines de la série et sur quelques anecdotes quant à sa production. C’est court mais excellent, comme toujours !

NIGHT GALLERY-Saison 1 est sortie le 15 octobre 2015 chez ELEPHANT FILMS

À suivre également la page Facebook ELEPHANT FILMS pour se tenir informé des dernières nouveautés de l’éditeur…


NIGHT GALLERY – Saison 1 (1969 – 1970/1971) : Épisode pilote + 6 épisodes.
Réalisés par Steven Spielberg, Boris Sagal, Don Taylor, Jeannot Swarc, Richard Benedict…
Avec Roddy McDowell, Joan Crawford, Diane Keaton, John Williams, Henry Silva, Jospeh Wiseman…

Crédits photos : © Universal.

2 BONUS

• Une bande-annonce promotionnelle :

• Une angoissante vidéo regroupant toutes les peintures réalisées pour la série :

Publicités

4 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. niolynes dit :

    Ohlàlà ça fait envie tout ça. Et dire que je n’ai toujours pas fini mon visionnage de Twilight Zone (je dois avoir 2 à 3 des 5 coffrets de la série du sieur Serling). Il faut dire que comme pour Au delà du réel, j’y vais tranquillement, je picore, je prend un épisode de début de saison, un plus éloigné, 4,5 épisodes plus loin, en fonction du scénario, si il m’attire suffisamment. Mais je suis bon public, peu de déception pour l’instant pour l’une ou l’autre série. Bref, je ne serais pas déçu non plus avec Night Gallery, je me dis ! 😀

    Tu ne le mentionnes pas mais apparemment certains épisodes seraient sous forte influence Lovecraftienne, tu confirmes ? 😉

    Aimé par 1 personne

    1. Oui Nio, je confirme ! La série a été influencé par les nouvelles de Lovecraft et certains épisodes sont même inspirés de certains de ses écrits. Après, pour être franc, je ne suis ni un expert ni un amateur de Lovecraft… mais pour NIGHT GALLERY, il reste effectivement une influence.

      AU DELÀ DU RÉEL / THE OUTER LIMITS reste aussi une excellente anthologie, même si je lui préfère THE TWILIGHT ZONE. Je te recommande surtout la saison 1 qui contient plusieurs pépites. La série repassait dans les années 70, le samedi après-midi, et, comme chaque épisode était axé sur « le monstre du jour », j’étais tétanisé de peur en la regardant 😀

      Pour TWILIGHT ZONE, j’ai les 5 premières saisons et là aussi il y a de nombreuses pépites, et de grands noms côté histoires. C’est vrai que cela a pris un peu de bouteille mais c’est toujours un plaisir de la revoir.

      J'aime

  2. potzina dit :

    Je n’avais jamais entendu parler de cette série mais je pense que ça pourrait me plaire. J’ai vu quelques épisodes de Twilight Zone qui m’avait bien fait flipper quand j’étais gosse et j’aime bien les ambiances kitsch des « vieilles » séries 🙂

    Aimé par 1 personne

    1. Oui, ça devrait te plaire Potzi. Mais je te préviens, certains épisodes restent encore bien angoissant 🙂

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s