Séance de rattrapage : LA VILLE ABANDONNÉE / YELLOW SKY

L’histoire

Au temps du Far West, une bande de malfrats, mené par “Stretch” Dawson (Gregory Peck) et Dude (Richard Widmark), prend la fuite dans un désert de sel, après le hold-up d’une banque. Terrassés par la chaleur, ils trouvent refuge dans une petite ville fantôme, Yellow Sky, où vivent isolés un vieux chercheur d’or et sa fille, véritable garçon manqué surnommé “Mike” (Anne Baxter). De multiples tensions – l’appât de l’or, le désir suscité par la jeune femme, la crainte d’être retrouvés par les forces de l’ordre…- vont amener les membres de la bande à se diviser…

lavilleabandonnee6042-tt-width-604-height-405-lazyload-0-crop-0-bgcolor-000000

Western noir

On parle souvent de “film noir” pour désigner un polar des années 40, où les personnages principaux sont imbriqués dans les fils d’un huis-clos âpre et inextricable. LA VILLE ABANDONNÉE, connu aussi sous le nom de NEVADA en VF, pourrait apparaître comme un Western noir, véritable thriller tendu et étouffant sous le soleil écrasant de la Vallée de la Mort.

Petite pépite du genre (hé hé, oui je suis bien content de cette trouvaille facile…), ce joyau noir et blanc signé William Wellman – connu alors pour avoir réalisé WINGS / LES AILES et la toute première version de A STAR IS BORN en 1937 – est basé sur un récit du scénariste et romancier W. R. Burnett, auteur entre autres des scripts de LITTLE CAESAR, SCARFACE (la version de 1933), THE ASPHALT JUNGLE / QUAND LA VILLE DORT de John Huston et LA GRANDE ÉVASION. La Fox avait alors acheté à Burnett les droits d’adaptation d’un roman qui ne fut publié qu’en 1950.

Sublimé par le noir et blanc et la beauté des décors naturels, LA VILLE ABANDONNÉE emprunte au polar psychologique sa trame linéaire et efficace, avec une modernité visuelle et scénaristique surprenante pour l’époque.

1267984939

Le scénario de LA VILLE ABANDONNÉE reste classique mais son traitement, parsemé de trouvailles visuelles (une vue à travers le canon d’une arme, le temps d’un plan; les visages transpirant, alignés à la manière d’un western spaghettis…) et d’allusions tantôt ironiques, tantôt glaçantes, font tout le sel de ce western méconnu.

Son cadre – la Vallée de la Mort – sublimé par la photo noir et blanc du chef opérateur Joseph MacDonald, offre au film un décor paradoxalement étouffant. Écrasés par la dimension infinie du ciel, les personnages vont être à la merci de toutes les convoitises et se déchirer pour l’appât de l’or et de la chair. Dans ce contexte de tensions, les choix de Gregory Peck et de Richard Widmark peuvent apparaître faciles pour incarner un gentil vaurien et une ordure vicelarde. Mais cette opposition du Bien et du Mal sous le soleil nécessitait, à mon humble avis, cette identification évidente pour aller à l’essentiel.

yellow-sky-herrin-der-toten-stadt-koch-blu-ray-0h43m41s

Le scénario de W. R. Burnett fait également allusion aux conséquences néfastes de la Guerre de Sécession. Situé 2 ans après la fin du conflit, le film évoque cette période sombre à travers le personnage de “Stretch” Dawson / Gregory Peck, ancien officier tombé dans le banditisme par dépit.

La situation de plus en plus tendue avec ses partenaires, le vieux chercheur d’or et sa fille va amené Dawson à choisir son camp et à se racheter une conduite. Même si l’on se doute un peu du dénouement du film, Gregory Peck apporte à son personnage la justesse nécessaire pour rendre crédible cette évolution, du truand au chic type.

Usant des contrastes du noir et blanc, des impressionnantes roches de la Vallée de la Mort et du décor abandonnée de la ville fantôme, l’affrontement final se produit avec un décalage étonnant, où les ultimes coups de feu sont échangés dans un hors-champ ajoutant volontairement au suspense instauré.

critique-la-ville-abandonnee-wellman4

Considéré aujourd’hui comme l’un des Westerns essentiels des années 40, LA VILLE ABANDONNÉE est une très belle séance de rattrapage en ce qui me concerne. Tardive, certes, mais que je vous recommande vivement si, comme moi, vous êtes un amoureux du genre ou si, tout simplement, vous aimez le cinéma.


LA VILLE ABANDONNÉE / YELLOW SKY (1948) de William A. Wellman.
Avec Gregory Peck, Anne Baxter, Richard Widmark, John Russell, Charles Kemper…
Scénario : Lamar Trotti d’après le roman de W. R. Burnett. Photographie : Joseph MacDonald.
Musique : Alfred Newman.

Crédits potos : © 20th Century Fox.

la-ville-abandonnee1


BANDE-ANNONCE

Publicités

2 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. potzina dit :

    Je ne le connais pas mais je me ferais bien une séance rien que pour Gregory Peck 😀

    Aimé par 1 personne

    1. Coucou Potzi ! Oui, le film vaut le détour… entre autres pour « Greg le magnifique » mais aussi pour la belle Anne Baxter et « Richard le salopard » 😉 Un côté polar au delà du western et une photo noir et blanc à couper le souffle ! Une belle séance de rattrapage en ce qui me concerne que j’ai découvert au détour du câble… Mais le film doit pouvoir se trouver en vidéo.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s