Séance de rattrapage : SICARIO

L’histoire

L’idéaliste Kate Macer (Emily Blunt) est une jeune agent du FBI. Récemment divorcée, elle s’investit totalement dans son travail, à la frontière Mexicaine en Arizona. À la suite d’une opération à laquelle elle participait et qui s’est soldée par un drame, elle est contactée pour intégrer l’équipe de Matt Graver (Josh Brolin), un agent de la CIA cynique et macho. Aidé d’Alejandro (Benicio Del Toro), son “conseiller” au passé trouble, Graver use de tous les moyens pour arriver à démanteler un gros cartel de drogue…

Ultime frontière

Denis Villeneuve fait partie de ces cinéastes dont on parle de plus en plus pour la qualité et l’intégrité de ses œuvres… que je n’ai pas encore vu ! Honte sur moi, je sais. PRISONERS et ENEMY ont été encensés et salués par la critique et les cinéphiles comme des films rudes mais marquants. À n’en pas douter, SICARIO suit cette ligne de façon réaliste et très efficace.

Le sujet n’est certes pas des plus nouveaux : une plongée sans concession dans l’univers des agents américains en lutte contre les cartels de drogue mexicains. Voilà qui a déjà été traité sur grand écran comme dans le TRAFFIC de Soderbergh par exemple. On pourrait même imaginer un reportage télé digne d’un Zone Interdite… Mais SICARIO, s’il garde cet aspect vif dans sa manière de suivre les personnages et les évènements du film, n’est pas un simple documentaire au ton manichéen.

Plaçant les spectateurs dans la peau de la déterminée et fragile Kate (touchante Emily Blunt), personnage trop pur confronté à une véritable guerre urbaine au quotidien, Villeneuve dresse un amer et brutal constat d’une situation impensable mais bien réelle. Dans une zone de non droit à la frontière entre Mexique et États-Unis, les règles ont été jetées depuis bien longtemps. Quel que soit le “camp” auquel vous appartenez.

Au contact d’hommes se comportant comme dans un Western – Josh Brolin, entre autres, parfait en salopard goguenard – la jeune agent du FBI encaisse les coûts au propre comme au figuré, tétanisée de peur devant tant de violence et d’actions illégales. Réalisme des scènes et de son personnage principale, loin d’une guerrière “Lara Croftienne” mais à laquelle nous pouvons tous nous identifier.

Dans ce récit prenant, alternant des plages de réflexion et des moments intenses, le personnage d’Alejandro demeure une fascinante énigme, même après les révélations finales. Incarné avec une grande force intérieure par un impressionnant Benicio Del Toro, tout en puissance rentrée, il révèle une personnalité complexe, mélange de froideur, de brutalité sourde et de compassion désabusée. Regards lourds et gestuelle posée, l’acteur trouve ici l’un des ses meilleurs rôles, si ce n’est le meilleur.

SICARIO fait penser à ce cinéma carré et engagé des années 70. L’immersion vers une ultime frontière, à double sens, où la solution sans issue à la barbarie reste une violence “tolérée” par les hautes institutions. Un film fort et essentiel.


SICARIO (2015) de Denis Villeneuve.
Avec Emily Blunt, Benicio Del Toro, Josh Brolin, Daniel Kaluuya, Victor Garber…
Scénario : Taylor Sheridan. Musique : Jóhann Jóhannsson.

Crédits photos : © Lionsgate / Metropolitan Filmexport


BANDE-ANNONCE

Publicités

7 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. potzina dit :

    Je l’avais beaucoup aimé celui-là même si je lui avais trouvé quelques petits défauts. Je te conseille vivement Prisoners et Incendie que tu devraient beaucoup aimé. Pour Enemy, attend peut-être un peu parce que c’est dans une veine bizarre à la Under the Skin 😉

    Aimé par 1 personne

    1. potzina dit :

      Aaahhhh !!!! Désolée pour les fautes, j’aurais dû me relire avant de publier 😦

      Aimé par 1 personne

      1. Merci Potzi (et pas de soucis pour les fautes, j’en fais tout le temps !!). SICARIO m’a bien plus et je me souviens que tu avais aimé PRISONERS. Donc je vais suivre ton conseil avisé 😉

        Aimé par 1 personne

      2. potzina dit :

        Prisoners est un très bon thriller. Jack Gyllenhaal et Hugh Jackman sont impressionnants. Paul Dano est excellent aussi. Il y a une atmosphère terrible, très angoissante. Je l’ai en DVD et je ne m’en lasse pas 😀

        Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s