Revoir C’ÉTAIT DEMAIN

Plusieurs bonnes raisons m’entraînent à évoquer C’ÉTAIT DEMAIN (TIME AFTER TIME en VO) de Nicholas Meyer. Cette réjouissante et formidable course-poursuite à travers le continuum espace / temps – si cher au Doc Brown – est devenu, avec le temps, l’un de mes films de chevet pour son originalité toujours d’actualité et son regard critique (mais jamais pesant) sur notre monde moderne. C’est à mes yeux l’un des meilleurs récits, littéraires et cinématographiques, de SF et de voyage temporel. Et il me semblait évident de vous proposer ma participation au Ciné-Club de Potzina de septembre avec ce brillant – et quelque peu oublié – film fantastique et romantique.

Prenez le temps d’une pause et plongez avec H.G. Wells au cœur du temps, à la poursuite de Jack l’Éventreur !

c_etait_demain

NB : Le titre du film n’est pas à confondre avec SI C’ÉTAIT DEMAIN, mini série et roman, ni avec C’EST ARRIVÉ DEMAIN, classique du Hollywood des années 40 signé René Clair. En ce qui concerne les divers liens Wikipedia placés dans cet article, ils ne sont présents qu’à titre indicatif, afin de clarifier les références placées ici et là. Rien n’empêche de pousser plus loin vos recherches, bien au contraire… 


Tout commence par un livre… ou deux !

À l’origine du film C’ÉTAIT DEMAIN, il y a un roman du même nom de Karl Alexander… et LA MACHINE À EXPLORER LE TEMPS, le roman de Herbert George Wells. Le célèbre romancier britannique, considéré comme le père de la Science-Fiction moderne, commença l’ébauche de ce classique de la littérature fantastique en 1888, 7 ans avant sa première publication sous le titre THE TIME MACHINE : AN INVENTION et près de 40 ans avant son ultime remaniement ! Car il existe bien plusieurs versions de cette critique sociale et fantastique jusqu’en 1924.

000849778En 1979, le romancier américain Karl Alexander publie TIME AFTER TIME. L’idée de base du roman et de mêler la fiction et la réalité, associées toutes deux à une analyse critique de la socité contemporaine (on est alors à l’aube des années 80…). Alexander confronte deux « personnalités » clées de l’Angleterre Victorienne de la fin du XIXème siècle, en les plaçant dans un récit fantastique. Il imagine qu’en 1893 le jeune Wells a réellement construit la machine à explorer le temps décrite dans son roman. Un soir, alors qu’il tient à présenter son invention à plusieurs de ses amis, il ignore que l’un d’entre eux, un médecin au dessus de tout soupçon, est le tueur en série connu sous le nom de « Jack l’Éventreur ». Ce même soir, poursuivi par la police londonienne pour un ultime meurtre, le criminel s’enfuit dans le temps grâce à la machine de Wells et débarque à San Francisco en 1979 ! Par culpabilité et parce qu’il se croit capable de le ramener à la raison, H.G. Wells prend le même chemin spatio-temporel et pourchasse l’Éventreur dans un monde qui leur est totalement inconnu…

Du roman au film…

La même année, le roman de Karl Alexander est adapté par ses soins avec l’aide de Steve Hayes, puis scénarisé par Nicholas Meyer, brillant auteur à qui l’on doit THE SEVEN PER-CENT SOLUTION, devenu au cinéma SHERLOCK HOLMES ATTAQUE L’ORIENT-EXPRESS, et les scénarios et réalisations de STAR TREK II et VI. Le film reste fidèle au roman d’Alexander, jouant sur un beau mélange de suspense, de décalage humoristique et « d’analyse » de la société contemporaine.

c-etait-demain-1979-04-g

Propulsé dans l’Amérique de la fin des années 70, Wells n’est pas uniquement confronté aux voitures, à la restauration rapide portant un nom écossais (là où ça se passe comme ça…) où à sa propre personnalité d’auteur devenu célèbre, au centre d’une exposition. En près de 100 ans, le monde a profondément changé. Dans son environnement technologique, certes, mais aussi et surtout dans les rapports humains. Et dans notre échelle des valeurs.

S’inspirant de la réelle personnalité humaniste de l’écrivain, utopiste de gauche convaincu, C’ÉTAIT DEMAIN nous montre comment ce voyage dans le temps devient un véritable voyage initiatique pour l’auteur de LA GUERRE DES MONDES. À l’opposé d’un Jack l’Éventreur se glissant avec une évidente aisance dans la violence de cette fin du XXème siècle, Welles subit un choc énorme, lui qui était persuadé d’une inévitable évolution positive de l’espèce humaine.

« Il y a 100 ans, j’étais un monstre. Aujourd’hui, je ne suis qu’un amateur » dit, satisfait, Jack l’Éventreur à H.G. Wells devant des image de guerres, famines, manifestations de colères et autres réjouissances diffusées à la télévision. Rude constat qui procure encore son petit effet à notre époque chaotique et incertaine…

c-etait-demain-1979-03-g

Mais l’autre choc de Wells sera, lui, d’ordre sentimental. Réputé pour son amour des femmes, ce cher Herbert va découvrir, avec plaisir, que la révolution des mœurs a modifié la place de la Femme au sein de la société. Je préviens par avance les plus féministes d’entre vous : il ne s’agit pas dans le film de faire un rapport détaillé et scientifique sur le long chemin parcouru depuis le temps des suffragettes… et restant encore à faire dans un monde imparfait.

Au cours de son périple dans le futur (enfin, notre présent déjà un peu passé, si vous me suivez…), Wells s’éprend de la belle Amy Robbins, conseillère dans une grande banque. Charmante, intelligente et résolument indépendante, la jeune femme va retourner le cœur de l’écrivain. Au point de devenir un inévitable enjeu crucial lorsque l’Éventreur découvrira les sentiments de son compatriote temporel…

c-etait-demain-1979-02-g

Casting royal

Au delà de son récit captivant et original, C’ÉTAIT DEMAIN doit sa réussite à son casting 5 étoiles. En évitant, à l’époque et encore aujourd’hui, un choix de vedettes trop célèbres et identifiables, la production s’est orientée vers de solides acteurs, crédibles tant dans leur jeu que dans leurs attitudes et gestuelles.

Révélé en 1963 dans TOM JONES aux côtés d’Albert Finney puis vu depuis dans LA MALÉDICTION, TRON ou TITANIC, le britannique David Warner s’est imposé le plus souvent dans des personnages froids et manipulateurs, que sa diction héritée du théâtre classique a magnifié. Il joue ici un Jack l’Éventreur « supposé », puisque le mystère quant à l’identité du tueur de White Chappel reste encore entier en 2016. Mais si l’allure du comédien, à la fois racée et glaçante, paraît évidente pour le rôle, son interprétation faîte de cynisme et de cruauté larvée en fait l’une des plus marquantes au cinéma.

c-etait-demain-1979-01-g

La piquante américaine Mary Steenburgen faisait pratiquement ses débuts dans le rôle d’Amy Robbins. Découverte dans EN ROUTE VERS LE SUD de et avec Jack Nicholson en 1978, elle a promené sa longue silhouette dans COMÉDIE ÉROTIQUE D’UNE NUIT D’ÉTÉ de et avec Woody Allen, PORTRAIT CRACHÉ D’UNE FAMILLE MODÈLE avec Steve Martin, GILBERT GRAPE avec Johnny Depp, PHILADELPHIA avec Tom Hanks, NIXON avec Anthony Hopkins… Le film lui a fait rencontrer Malcom McDowell avec qui elle vécut une dizaine d’années. Mais on la connait surtout pour être le « coup de cœur » de Doc Brown dans RETOUR VERS LE FUTUR III. Amusant de constater qu’il s’agit à nouveau, en10 ans d’écart, d’un récit sur l’amour et le temps…

Le pivot de ce casting royal reste Malcom McDowell. Découvert dans IF… de Lindsay Anderson en 1968 et irrémédiablement associé au Alex du ORANGE MÉCANIQUE de Stanley Kubrick en 1971, McDowell s’est depuis imposé dans une série de personnages malfaisants : tyran romain dans CALIGULA, frère incestueux de Nastassja Kinski dans LA FÉLINE (version Paul Schrader), ennemi juré et sadique de Roy Scheider dans TONNERRE DE FEU, assassin du capitaine Kirk dans STAR TREK : GENERATIONS, gourou de secte manipulateur dans la série tv MENTALIST… l’acteur anglais « trainait » déjà avec lui, en 1979, un lourd CV !

c-etait-demain-1979-05-g

Mais contre toute attente, Malcom McDowell livre avec ce personnage à la fois brillant et candide l’une de ses plus belles interprétations. Son H.G. Wells, à la naïveté et l’enthousiasme d’un enfant, s’impose rapidement comme l’alter-ego du spectateur. La performance et le talent de l’acteur nous font oublier son sourire sardonique et ses yeux inquiétants, maintes fois utilisés par des réalisateurs en manque d’innovation.

Aucune erreur de casting, donc, tant McDowell fait d’H.G. Wells l’explorateur rêvé. Celui qui nous permet de re-découvrir le monde contemporain avec ce mélange d’émerveillement et de dégoût au fur et à mesure que l’intrigue avance…

Un divertissement référencé et intelligent

À sa sortie, C’ÉTAIT DEMAIN ne fait pas l’unanimité de la critique. Soutenu par ses prix au Saturn Awards et au Festival d’Avoriaz en 1980, le film de Nicholas Meyer a pris cette « patine » que l’on assimile aujourd’hui à un effet « culte ». Juste retour des choses pour un pur divertissement, intelligent et rempli de clins d’œil malicieux (Wells et sa casquette de Sherlock Holmes ou le nom de l’Éventreur, Stevenson, référence à l’auteur de Dr JEKYLL ET Mr HYDE…).

La réalisation classique de Meyer, loin de l’esbroufe de certaines mises-en-scène actuelles, met subtilement en valeur le récit et ses interprètes sans prendre les spectateurs pour des idiots. Linéaire, la trame de C’ÉTAIT DEMAIN ne perd jamais son public, piège dans lequel certains films du même genre tombe parfois.

time_after_time_c_warner

Pas question non plus de verser dans une débauche écœurante d’effets spéciaux. Les effets visuels et sonores, le jeu des acteurs, les accessoires délicieusement vintage – avec, en premier lieu, la fameuse machine « steampunk » – suffisent à nous persuader du transfert temporel.

Si le film n’eut pas de suite, Karl Alexander écrivit un second épisode des aventures temporelles d’H.G. Wells en 2010, JACLYN THE RIPPER (!?), dont je ne peux vous parler, faute de l’avoir lu même si le sujet apparaît comme une « mise-à-jour » 2.0 du roman d’origine. Était-ce bien nécessaire ? Je n’en suis pas sûr…

Sachez toutefois qu’une série tv créée par Kevin Williamson, scénariste de SCREAM, est prévue pour l’année 2017 et que les premières images témoignent d’une très (trop ?) grande fidélité à l’œuvre d’origine…

c-etait-demain-1979-08-g

Enfin, il est étonnant de constater – mais cela reste mon interprétation – que C’ÉTAIT DEMAIN jette un regard amer et sombre sur notre société. Au delà de l’histoire prenante et en apparence légère, le film porte un constat sincère et désabusé sur notre devenir. Face à l’utopie de Wells et ses lendemains qui chantent, le film de Nicholas Meyer  nous dit en substance que l’Homme de Demain ne peut, hélas, ignorer ses instincts primitifs, malgré l’évolution des mœurs et des technologies.

Si le constat paraît triste mais réaliste, C’ÉTAIT DEMAIN reste avant tout un vrai et savoureux divertissement, à (re)découvrir d’urgence.

aff_time_after_time_2


C’ÉTAIT DEMAIN (1979) de Nicholas Meyer.
Avec Malcom McDowell, David Warner, Mary Steenburgen, Charles Cioffi…
Scénario : Nicholas Meyer d’après le roman TIME AFTER TIME de Karl Alexander.
Musique : Miklós Rózsa.


BANDE-ANNONCE

Publicités

7 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. manU dit :

    Un film vu il y a fort longtemps et que ton billet me donne drôlement envie de revoir !

    Aimé par 1 personne

    1. Merci Manu ! Oui, il ne passe pratiquement jamais à la télé et le DVD existant est assez médiocre en qualité. Bien dommage tant le film mérite plus d’intêret…

      J'aime

  2. rp1989 dit :

    Merci pour la découverte!
    Tu m’as donné très envie de voir ce film :).
    Bisous à toi et à plus sur nos blogs respectifs!

    Aimé par 1 personne

    1. Merci Rose ! Ça devrait te plaire… du moins je l’espère 😉 Comme je disais à Manu, dommage qu’il ne soit pas plus et mieux diffusé. En attendant une vraie belle édition vidéo ! Bisous.

      Aimé par 1 personne

  3. My Goodness! Je n’avais même jamais entendu parler de ce film que je dois absolument trouver. Rien que le casting fait baver d’envie. Quelle belle ouverture au ciné-club de ce mois!

    Aimé par 1 personne

    1. Grand merci Girlie ! J’avais très envie d’en parler depuis un moment sur le blog et c’était l’occasion rêvée 🙂

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s