5 raisons de revoir CHARADE

Éléguant cocktail de comédie romantique et de thriller, CHARADE, réalisé en 1963 par Stanley Donen, est devenu avec le temps un classique raffiné au charme vintage indéniable. Voici 5 bonnes raisons de le découvrir ou de le redécouvrir sans modérations.


Pour son intrigue mêlant polar ET COMÉDIE ROMANTIQUE

Tiré du roman policier « The Unsuspecting Wife » de Marc Behm et  Peter Stone, CHARADE débute dans le Paris des années 60. À peine rentrée des sports d’hiver, Regina « Reggie »  Lampert (Audrey Hepburn) retrouve son appartement parisien vidé de ses meubles et apprend par la police que son mari Charles – qu’elle s’appretait à quitter – est mort dans d’étranges conditions.

Rencontré à Megève, un américain, Peter Joshua (Cary Grant), propose de lui venir en aide, alors que la jeune femme découvre bientôt les troubles méfaits de son défunt mari et de ses anciens complices menaçants. Sous le charme de Joshua, Reggie réalise vite que ce dernier lui cache bien des choses…

Dès la séquence d’introduction et le générique signé Maurice Binder – le designer qui créa les génériques des James Bond des années 60/70 – nous sommes bel et bien plongés dans un thriller aux multiples rebondissements. La belle Reggie (divine Audrey Hepburn) comprend qu’elle avait épousé un homme dont elle ignorait tout. Et la menace qui lui tombe dessus est bien présente.

Mais dans une brillante alchimie, Stanley Donen insuffle à l’intrigue de subtiles éléments de comédie et de romance, venant alléger l’ensemble avec un excellent sens du rythme. « Un peu de tout, trop de rien » s’est probablement dit le cinéaste. Avec un style à la foix classique et classieux, Donen, avec CHARADE, se place à la croisée d’Alfred Hitchcock et de Blake Edwards, offrant un véritable bijou de polar et de comédie romantique.


POUR SON Couple glamour

L’un des atouts majeurs de CHARADE demeure son duo de stars. Peut-on imaginer couple plus glamour à l’écran qu’Audrey Hepburn et Cary Grant ?

Star incontestée, Cary Grant tournait alors l’un de ses derniers films avant de décider de se retirer des plateaux de cinéma. Quant à Audrey Hepburn, vedette du grand écran depuis une dizaine d’années au moment du tournage, elle entamait avec les années 60 la décennie la plus fertile et brillante de sa carrière.

De façon évidente, Grant est un clin d’œil à Hitchcock, pour qui il fut la vedette de plusieurs grands succès. Et le personnage interprètée par Hepburn, véritable icône de la mode 60´s, apparaît comme une sœur de la célèbre Holly Gollightly du film de Blake Edwards.

Leur complicité ne fait aucun doute et leur jeu du chat et de la souris, mené tout au long du récit, contribue grandement au plaisir suscité par le film. La légende dit qu’après avoir tourné CHARADE, Cary Grant affirma : « Tout ce que je veux pour Noël, c’est un autre film avec Audrey Hepburn ! ». Son vœux ne fut pas exaucé mais on veut bien y croire…


Pour l’élégance de Stanley Donen

Le cinéaste Stanley Donen est principalement connu pour ses comédies musicales, comme CHANTONS SOUS LA PLUIE ou UN JOUR À NEW YORK et ses comédies sentimentales telles INDISCRET ou AILLEURS L’HERBE EST PLUS VERTE. Il avait débuté adolescent par une carrière de danseur avant de travailler pour les grands studios hollywoodiens.

Stanley Donen, Cary Grant et Audrey Hepburn sur le tournage…

Avec CHARADE, il s’immisce pour la première fois dans le polar et s’en sort avec les honneurs. Insufflant à son film une certaine nonchalance entre deux séquences de pur thriller (les scènes du toit ou du meurtre dans l’ascenseur, par exemple), Donen apporte à CHARADE une touche d’élégance et d’ironie indéniable, véritable « griffe » personnelle.

Il réitérera dans cette veine 3 ans plus tard avec ARABESQUE (qui n’a rien à voir avec la série tv) avec Sophia Loren et Gregory Peck, autre couple glamour, et plusieurs membres du casting de CHARADE dont Henry Mancini pour la bande originale.


Pour la bande originale de Henry Mancini

1963 marque une date importante dans la carrière d’Henry Mancini. D’origine italienne, ce compositeur de bandes originales s’est fait connaître dès les années 50 en signant les musiques de nombreux westerns ou films de science-fiction comme L’ÉTRANGE CRÉATURE DU LAC NOIR.

La célèbre BO de HATARI! de Howard Hawks marque une étape dans son parcours mais c’est sa fructueuse collaboration avec Blake Edwards qui l’imposera auprès du public. Après sa participation à DIAMANTS SUR CANAPÉ – avec l’émouvant « Moon River » – Mancini signe la même année 63 les BOs de LA PANTHÈRE ROSE d’Edwards et de CHARADE de Stanley Donen.

La 1ère, chaloupée et ironique, le rendra mondialement célèbre. Quant à la seconde, elle lui donnera l’occasion d’explorer, sur un même thème principal, des tonalités plus angoissantes et mystérieuses, tout en affirmant sa maîtrise des ambiances « lounge » et romantique.

Cliquez ici pour écouter la BO du film sur Deezer.


pour son charme vintage

Si CHARADE conserve un charme indéniable depuis 55 ans, c’est en grande partie du à son côté « carte postale » évident.

Décor principal du film, Paris y est magnifié et, parallèlement à l’intrigue et au suspense prenant, Donen semble nous inviter à une véritable promenade touristique, ne se refusant aucune évidence comme la ballade nocturne en bâteau mouche ou ces lieux indissociables de Paris tels les bouquinistes.

Il s’agit sans nul doute d’une volonté du cinéaste. Le décor devient ainsi l’un des personnages du film, contribuant lui aussi au charme vintage de CHARADE et témoignage d’une époque révolue agrémentée de Taxiphones et de poinçonneurs dans le métro.

On s’y promène sur les quais de la Seine. On y prend son café en terrasse avant de grimper sur la plateforme d’un bus… Si l’on se dit bien sûr que tout ceci s’adressait en priorité au public américain de l’époque, l’ironie de Stanley Donen rend le spectateur complice des clichés. Et l’incontournable séduction que CHARADE opère encore aujourd’hui doit beaucoup à ce décor fantasmé.


CHARADE (1963) de Stanley Donen.
Avec Cary Grant, Audrey Hepburn, Walter Matthau, George Kennedy, James Coburn, Ned Glass, Jacques Marin…
Scénario : Peter Stone d’après « The Unsuspecting Wife » de Peter Stone et Marc Behm. Musique : Henry Mancini.

Crédits photos : © Universal Pictures.


BANDE-ANNONCE
Publicités

9 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. Isa Poitou dit :

    Je suis fan de ce film :)! Le tandem est génial :)!

    Aimé par 1 personne

    1. Oui, pareil pour moi ! Je le revois régulièrement avec le même plaisir 😉

      Aimé par 1 personne

  2. manU dit :

    Revu il y a quelques mois, j’ai adoré !
    En même temps, j’aime les deux acteurs et le réalisateur, ça aide… 🙂

    Aimé par 1 personne

    1. C.est vrai Manu, mais comment résister 😉 C’est un film que j’adore et que je ne me lasse pas de revoir !

      J'aime

  3. Lavieenrouge dit :

    Je l’ai revu à Noel et je dois dire que j’ai beaucoup appris en lisant cet article. Je n’avais pas fait le rapprochement avec Singing in the rain et Charade.

    Aimé par 1 personne

    1. Merci ! Oui, on est pourtant loin de la comédie musicale avec Charade. Mais il reste l’élégance de Stanley Donen.

      J'aime

  4. oth67 dit :

    Grand fan d’Audrey Hepburn, magnifique film !

    Aimé par 1 personne

    1. Oui, pareil pour moi ! Grand fan de cette très belle et douée actrice. Quant au film, je l’aime beaucoup également !

      J'aime

      1. oth67 dit :

        Un grande dame de coeur, Audrey Hepburn.

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s