5 raisons de (re)voir UN FRISSON DANS LA NUIT

Pour ce nouveau regard sur un « classique » du passé, je vous invite à une progressive descente en enfer. Un thriller psychologique précurseur en son temps – le tout début des années 70 – et première réalisateur d’un acteur devenu célèbre pour ses rôles de dur-à-cuir… et sa grande sensibilité de metteur-en-scène.

UN FRISSON DANS LA NUIT (PLAY MISTY FOR ME en VO) de et avec Clint Eastwood est devenu une référence pour bon nombre de films d’angoisse. Et, s’il y de nombreuses raisons de le découvrir ou de le revoir, voilà déjà 5 points qui méritent votre attention.

 

POUR SON RÉCIT NOVATEUR POUR L’ÉPOQUE

Tourné et distribué en 1971, UN FRISSON DANS LA NUIT se déroule aux États-Unis, sur la côte californienne où Dave Garver (Clint Eastwood) est un animateur radio à succès. Bel homme et séducteur, Garver tente de reconquérir Tobie (Donna Mills), une jeune artiste qui l’a quitté, lasse de ses multiples conquêtes. Un soir, il fait la connaissance d’Evelyn (Jessica Walter), une auditrice qui lui demande régulièrement de diffuser « Misty », le standard du pianiste de jazz Erroll Garner.

Dave et Evelyn passe la nuit ensemble. Mais ce qui n’est qu’une aventure sans lendemain pour Garver est une preuve d’amour pour la jeune femme. Rapidement, elle s’impose dans la vie « organisée » de l’animateur radio. Mais derrière cet attachement soudain et possessif, Evelyn révèle bientôt une personnalité déséquilibrée…

Avec un sujet novateur pour l’époque, UN FRISSON DANS LA NUIT est un véritable thriller à l’angoisse progressive implacable. Démarrant comme une simple romance, témoignant de la libération des mœurs de son époque, le film s’enfonce dans les allées sombres d’un véritable cauchemar tétanisant et réaliste.

Le « héros » de l’histoire n’est ni un cow-boy solitaire et silencieux, ni un flic aux méthodes expéditives, rôles qui ont imposé Eastwood au cinéma, mais un homme pris à son propre piège face à une menace inattendue et sans limites.

 

POUR LES DÉBUTS DE RÉALISATEUR DE CLINT EASTWOOD

Quand il s’apprête à tourner UN FRISSON DANS LA NUIT, Clint Eastwood a acquis une belle notoriété grâce aux westerns spaghettis de Sergio Leone. Revenu aux États-Unis, il enchaîne plusieurs grosses productions, comme LA KERMESSE DE L’OUEST ou QUAND LES AIGLES ATTAQUENT.

Mais son envie profonde n’est pourtant pas d’enchaîner les rôles qui l’ont rendu célèbre, ni de s’enfermer dans un cadre trop restreint. Désireux de passer à la réalisation tout en s’écartant du « confort » étouffant des grands studios pour conserver son autonomie de cinéaste, Eastwood monte sa propre société de production, The Malpaso Company, et choisit de tourner en décors naturels, en vogue en cette période du « Nouvel Hollywood ».

UN FRISSON DANS LA NUIT va ainsi se démarquer par cette façon de cadrer l’espace et de filmer la nature – le film est principalement tourné à Carmel dont Eastwood deviendra le maire durant quelques temps – et certaines ruptures de ton qui lui donnent des aspects de documentaire – les séquences du festival de jazz de Monterey – donnant à Eastwood l’occasion d’évoquer son amour de la musique en général et du jazz en particulier.

 

Pour L’INTERPRÉTATION GLAÇANTE DE JESSICA WALTER

UN FRISSON DANS LA NUIT ne serait rien sans l’interprétation glaçante de l’actrice Jessica Walter. Dans le rôle d’Evelyn Draper, elle est tour à tour attirante et séduisante puis inquiétante et sans limites dans sa folie amoureuse.

La carrière cinématographique de Jessica Walter s’est essentiellement concentrée du début des années 60 au milieu des années 70. La carrière de l’actrice s’est tournée depuis vers des rôles au théâtre et à la télévision.

Mais le film de Clint Eastwood demeure le point culminant de son parcours, avec un rôle marquant et probablement difficile à égaler. Personnage fort et inquiétant, donnant l’occasion de toutes les nuances mais aussi de tous les excès, son interprétation d’Evelyn est très certainement devenue , malgré elle, un modèle pour de nombreux films qui ont suivi.

 

Pour la place importante de la musique

Comme il le fera pour ses films suivants, Clint Eastwood accorde une place essentiel à la musique dans UN FRISSON DANS LA NUIT. Si la bande originale comprend certains morceaux « pop » un peu datés aujourd’hui,

Comme déjà évoqué plus haut, l’acteur-réalisateur profite de cette première réalisation pour évoquer son amour de la musique, filmant ainsi le  Festival de Monterey sous un aspect resportage / documentaire.

Le film est également illustré par deux grands titres, irrémédiablement associés au récit. Comme pour atténuer la noirceur de l’histoire, les 2 chansons qui illustrent UN FRISSON DANS LA NUIT sont de grands morceaux romantiques. « The First Time Ever I Saw Your Face » de Roberta Flack « The First Time Ever I Saw Your Face » de Roberta Flack accompagne la promenade bucolique et intime de Dave Garver et Tobie sur les plages californiennes.

Quant au titre original du film, PLAY MISTY FOR ME, il fait référence à cet incontournable standard du pianiste Erroll Garner « Misty ». Superbe morceau de jazz, délicat et tendre, il s’oppose à la schizophrénie et la violence progressive d’Evelyn Draper. Mais Eastwood en fait le symbole de l’obsession de la jeune femme, demandant inlassablement à Garver de diffuser le classique de Garner chaque nuit.

Une façon pour Evelyn / Jessica Walter de témoigner son amour pour l’animateur radio. Une manière pour Eastwood de suggérer la folie de cette fan(atique).

 

PArce qu’EASTWOOD Y casse SON IMAGE

Ce qui surprend avec cette première réalisation, c’est qu’Eastwood cinéaste ne s’est pas donné le beau rôle en tant qu’acteur. Après LES PROIES de Don Siegel en 1970, il interprète à nouveau un personnage en demi-teintes, homme à femmes lâche et démuni devant le danger que représente Evelyn. Sans être totalement antipathique, Dave Garver n’est pas dénué de défauts.

Une manière pour Eastwood de casser son image qu’il reprendra de diffèrentes façons au cours de sa carrière, comme dans HONKY-TONK MAN (un chanteur de country miné par la maladie) ou L’ÉPREUVE DE FORCE (un flic alcoolique et mis sur la touche), sans oublier SUR LA ROUTE DE MADISON (un photographe solitaire touché par l’amour).

UN FRISSON DANS LA NUIT est ainsi l’un des premiers « chemin de traverse » d’Eastwood pour offrir au public une image plus contrasté, que les personnages de « l’homme sans nom » chez Leone ou Harry Callahan , le flic au Magnum 44,

Avec UN FRISSON DANS LA NUIT, Clint Eastwood fit son entrée en tant que réalisateur et auteur. Avec un budget de moins d’1 million de dollars et un tournage effectué dans les temps, le film rapporta plus de 5 millions de dollars et de bonnes critiques, rassurant le milieu hollywoodien sur ses compétences et ambitions personnels.

D’une certaine façon, Eastwood ouvrit la voie à d’autres acteurs-réalisateurs, comme Robert Redford : alterner les grosses productions des studios avec des films plus intimistes, plus personnels.

Devenant avec le temps une référence pour d’autres films – LIAISON FATALE, MISERY, JF PARTAGERAIT APPARTEMENT… – UN FRISSON DANS LA NUIT est aujourd’hui un classique de l’angoisse, provoquant toujours jusqu’au mot fin les mêmes… frissons.

 

UN FRISSON DANS LA NUIT (PLAY MISTY FOR ME) de Clint Eastwood (1971).
Avec Clint Eastwood, Jessica Walter, Donna Mills, Jack Ging, John Larch…
Scénario :  Jo Heims et Dean Riesner. Musique : Dee Barton et Ewan MacColl (chanson First Time Ever I Saw Your Face), Erroll Garner (Misty)

Crédits photos : © Universal Pictures et The Malpaso Company

 

BANDE ANNONCE
Publicités

5 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. princecranoir dit :

    Pour Don Siegel, qui y fait une apparition. Et qu’est-ce qu’on joue au cinéma du coin dans Inspecteur Harry ?

    Aimé par 1 personne

    1. Oui oui, merci, j’ai vu le film et je suis au courant 😉 Comme dit en début d’article, il y a plein de raisons de revoir le film. J’en sélectionne 5 pour un article lisible 😄

      Aimé par 1 personne

      1. princecranoir dit :

        En ce qui me concerne, je suis convaincu de la revoir dès la premières raison 😀

        Aimé par 1 personne

      2. princecranoir dit :

        De « le » revoir… 🙄

        Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s