Revoir LA MAIN AU COLLET

Retour sur l’un des classiques d’Alfred Hitchcock, intrigue policière matinée de romance et d’humour : LA MAIN AU COLLET.

La belle décennie

À mes yeux et  d’un point de vue professionnelle, les années 50 représentent une période magnifique pour Alfred Hitchcock.

Démarrée en 1951 avec L’INCONNU DU NORD-EXPRESS pour s’achever en 1959 avec LA MORT AUX TROUSSES, deux pépites tout comme VERTIGO en 1958, cette belle décennie est aussi celle qui vit les débuts de la série tv ALFRED HITCHCOCK PRÉSENTE.

Cary Grant, Grace Kelly et Alfred Hitchcock sur le tournage de LA MAIN AU COLLET.

En 1955, Hitchcock sort du succès critique et commerciale de FENÊTRE SUR COUR tourné un an plus tôt. Celui que tout le monde considère comme « le maître du suspense » choisit de s’offrir une parenthèse dans le polar à suspense.

Le réalisateur va trouver, dans l’adaptation du roman policier TO CATCH A THIEF de David Dodge, une bonne occasion pour mettre en scène une œuvre plus légère, ensoleillée et teintée de comédie.

Hitchcock aux côtés de Cary Grant, dans un caméo au début du film…

 

Attraper un voleur

À l’origine de LA MAIN AU COLLET, il y a donc ce roman de Dodge dont l’intrigue s’articule autour d’un gentleman cambrioleur. Hitchcock en confie l’adaptation pour le cinéma à John Michael Hayes, son scénariste de FENÊTRE SUR COUR.

Au milieu des années 50, sur la Côte d’Azur, une série de vols de bijoux, dans les plus beaux palaces de la French Riviera, alerte la police. L’auteur de ces cambriolages agit comme le célèbre voleur « le Chat », alias John Robie ou Georges Robert pour la VF (il faudra que je consacre un article à l’occasion sur les adaptations françaises 50’s / 60’s des films hollywoodiens…).

De son côté, Robie (Cary Grant, impeccable) a pris une retraite dorée dans l’arrière pays niçois. Il découvre qu’on lui a subtilisé son « savoir-faire » et, face aux autorités incrédules, prend la fuite pour mener sa propre enquête et démasquer le vrai coupable.

En échappant à la police, il est amené à replonger dans son passé et retrouve ses anciens complices, dont le restaurateur Bertani (Charles Vanel), Foussard (Jean Martinelli) et sa fille Danielle (Brigitte Auber).

Dans ses investigations, il est bientôt aidé par Hughson (John Williams), un agent d’assurance, et fait la troublante rencontre de Frances Stevens (Grace Kelly), une riche américaine…

 

Des français au casting

Lorsqu’il tourne LA MAIN AU COLLET, Cary Grant est la star du film. Il est déjà un acteur chevronné avec des classiques comme ARSENIC ET VIEILLES DENTELLES, CHÈRIE JE ME SENS RAJEUNIR, ELLE ET LUI ou L’IMPOSSIBLE MONSIEUR BÉBÉ. Avec Alfred Hitchcock, ce sont des retrouvailles puisque qu’il a déjà tourné avec lui SOUPÇONS et LES ENCHAÎNÉS.

Grace Kelly tourne ici son troisième et dernier film avec Hitchcock après LE CRIME ÉTAIT PRESQUE PARFAIT et FENÊTRE SUR COUR. Elle est alors une jeune actrice entamant une carrière à succès avec des films comme LE TRAIN SIFFLERA TROIS FOIS, MOGAMBO et UNE FILLE DE LA PROVINCE pour lequel elle obtiendra l’Oscar de la meilleure actrice. Malgré ce qu’il est répandu de lire aujourd’hui, ça n’est pas lors du tournage de LA MAIN AU COLLET qu’elle fit la rencontre du Prince Rainier de Monaco mais durant la présentation du CRIME ÉTAIT PRESQUE PARFAIT au Festival de Cannes de 1955, durant une séance photos qui les réunissaient. Son mariage princier mit fin à sa carrière jusqu’à sa disparition tragique en 1982.

L’acteur britannique John Williams est l’un des seconds rôles favoris d’Hitchcock, tournant sous sa direction dans LE PROCÈS PARADINE, LE CRIME ÉTAIT PRESQUE PARFAIT mais aussi dans plusieurs épisodes de la série tv ALFRED HITCHCOCK PRÉSENTE. Avec une longue carrière au cinéma et au théâtre, il a promené son allure « so british » dans SABRINA de William Wyler, LA BLONDE EXPLOSIVE avec Jayne Mansfield ou PIÈGE À MINUIT avec Doris Day.

Interprétant ici la mère de Grace Kelly, l’américaine Jessie Royce Landis tourna à nouveau avec Hitchcock dans LA MORT AUX TROUSSES où elle interprétait cette fois… la mère de Cary Grant ! Elle fut encore la partenaire de Grace Kelly dans LE CYGNE de King Vidor, puis joua dans AIMEZ-VOUS BRAHMS ? d’Anatole Litvak et AIRPORT de George Seaton.

Tournage dans le sud de la France oblige, Alfred Hitchcock engage plusieurs acteurs français dont le vétéran Charles Vanel, Jean Martinelli et la piquante Brigitte Auber qui incarne la fille de ce dernier.

Vanel a déjà derrière lui une longue carrière avec des films comme LES DIABOLIQUES, LA VÉRITÉ et LE SALAIRE DE LA PEUR d’Henri-Georges Clouzot, L’AÎNÉ DES FERCHAUX de Jen-Pierre Melville, SEPT MORTS SUR ORDONNANCE de Jacques Rouffio ou CADAVRES EXQUIS de Francesco Rosi.

Venant du théâtre, Brigitte Auber est l’une des rares actrices françaises à avoir tourné avec Alfred Hitchcock. Elle fut l’interprète de ANTOINE ET ANTOINETTE et RENDEZ-VOUS DE JUILLET pour Jacques Becker, et de SOUS LE CIEL DE PARIS de Julien Duvivier.

Issu lui aussi du théâtre avec de multiples pièces, Jean Martinelli tourna dans LE ROUGE ET LE NOIR de Claude Autant-Lara, SI PARIS NOUS ÉTAIT CONTÉ de Sacha Guitry ou LE PRÉSIDENT d’Henri Verneuil. Il fut également une grande voix du doublage, pour des acteurs comme Gary Cooper ou Burt Lancaster, mais aussi pour des films d’animation comme LE LIVRE DE LA JUNGLE de Walt Disney. Pour les plus vieux des lecteurs, il fut la voix de Nounours dans le programme pour enfants BONNE NUIT LES PETITS.

 

 

Comédie, glamour et sexe sans sexe

À sa sortie, LA MAIN AU COLLET surpris la critique, peu habitué à la comédie dans la filmographie d’Alfred Hitchcock.

Si FENÊTRE SUR COUR faisait déjà usage d’ironie et d’humour noir, ce nouveau projet amène le cinéaste à reléguer les côtés policiers du récit au second plan pour s’aventurer un peu plus sur les chemins du marivaudage et de la comédie sentimentale.

Après LE CRIME ÉTAIT PRESQUE PARFAIT et FENÊTRE SUR COUR, Hitchcock sublime la splendide Grace Kelly et ne dissimule plus son amour pour l’actrice. En lui offrant un rôle à la fois distant et (très) entreprenant – cette célèbre scène ou Frances / Grace Kelly embrasse fougueusement Robbie / Cary Grant alors qu’il vient de la raccompagner à sa chambre… – il magnifie la jeune femme à chacune de ses apparitions par un choix de tenues chics et élégantes, mais aussi en lui octroyant un personnage moderne pour l’époque.

Le couple formé par Grace Kelly et Cary Grant représente probablement l’intérêt principal du film, lui apportant un irrésistible charme et une élégance que l’on trouve difficilement dans le cinéma d’aujourd’hui.

Époque oblige, la suggestion était de mise lorsque le film fut tourné. L’une des scènes clés présente Cary Grant et Grace Kelly, assistant à une série de feux d’artifice du balcon d’une chambre d’hôtel. C’est une séquence de séduction intensive pour le personnage de Frances Stevens vis-à-vis du personnage de John Robbie.

Les dialogues y sont remplis de sous-entendus… alors que la musique s’intensifie, accompagnant les explosions colorées dans le ciel nocturne ! Si la scène prête à sourire aujourd’hui, force est de constater que Sir Alfred savait comment contourner la censure et rendre complice le public.

 

Champagne et soleil

On sait aujourd’hui qu’Alfred Hitchcock voyait, dans la réalisation de LA MAIN AU COLLET, une belle occasion pour tourner dans le sud de la France et plus particulièrement sur la côte méditerranéenne, région qu’il affectionnait tout particulièrement.

L’ambiance du film s’en ressent. Loin des aspects anxiogènes de L’INCONNU DU NORD-EXPRESS ou du suspense en huis-clos de FENÊTRE SUR COUR, LA MAIN AU COLLET se déguste comme une coupe de champagne bien frappé, pétillante et savoureuse.

À sa sortie durant l’été 1955 aux États-Unis (en fin d’année 55 pour la France), le film connaîtra un grand succès public mais sera vivement boudé par l’ensemble de la critique. On reprochera à Hitchcock une certaine facilité en comparaison de ses précédentes œuvres.

C’est pousser le reproche de la légèreté d’une façon exagérée, à mon humble avis. Si LA MAIN AU COLLET n’a peut-être pas le même impact que certains grands classiques du Hitch, il n’en demeure pas moins un film du grand cinéaste, dans cette manière stylisée de nous plonger dans une intrigue policière et de maintenir un certain suspense jusqu’à la fin.

Certes, il est plus facile ici de découvrir le fin mot de l’histoire. Et l’intrigue se focalise un peu trop, par moments, sur le jeu du chat et de la souris – sans mauvais jeu de mots – entre les personnages de Grace Kelly et Cary Grant.

Mais LA MAIN AU COLLET ne s’appréhende pas de la même façon que LE FAUX COUPABLE ou PSYCHOSE. Dès le début du film où le réalisateur nous présente un plan fixe sur une affiche publicitaire vantant les plaisirs de la Côte d’Azur… brusquement enchaîné par l’image d’une femme hurlant parce que l’on vient de lui voler ses bijoux, Hitchcock nous avertit : la comédie et le polar sont au menu !

L’affection que j’éprouve pour LA MAIN AU COLLET tient dans cette légèreté et dans le plaisir évident que prend Hitchcock à mêler comédie et intrigue policière. On y retrouve également tous les thèmes de prédilection du cinéaste : le faux coupable en quête de vérité même si tout l’accuse; l’irrésistible blonde fatale dissimulant le feu sous la glace; le point culminant du film sur les toits avec un double suspense : la révélation du vrai coupable et la crainte d’une chute mortelle…

Récréation réussie, œuvre ludique et délicieusement vintage, LA MAIN AU COLLET a pris une belle couleur patinée avec le temps. Comme le témoin d’une époque où les films se paraient d’une élégance aujourd’hui trop rare, dans le respect du public.

 

LA MAIN AU COLLET (1955) d’Alfred Hitchcock.
Avec Cary Grant, Grace Kelly, Charles Vanel, Brigitte Auber, John Williams, Jessie Royce Landis…
Scénario : John Michael Hayes, d’après le roman La Main au collet de David Dodge.
Musique : Lyn Murray.

Crédits photos : © Paramount Pictures

 

Bande-annonce

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s