3 BO de Philippe Sarde

Ça n’est jamais simple d’évoquer la musique à travers des mots. Mais comment parler de cinéma sans mettre en lumière les plus belles des bandes originales ? Souvent indissociables de la réussite de certains films, elles nous amènent à ces compositeurs parmis les plus célèbres du 7ème art.

Le réalisateur Georges Lautner et le compositeur Philippe Sarde en 1981 (Photo : Jacques PRAYER)

Le français Philippe Sarde est l’un des grands noms de la musique de films. Âgé d’une vingtaine d’années, il réalise une bouleversante création avec sa 1ère bande originale pour LES CHOSES DE LA VIE de Claude Sautet, cinéaste avec qui il entamera une prolifique collaboration dès les années 70 avec des œuvres comme CÉSAR ET ROSALIE, VINCENT, FRANÇOIS, PAUL ET LES AUTRES, UN MAUVAIS FILS ou GARÇON!.

Philippe Sarde et Georges Lautner

On compte parmi ses plus mémorables BOs celles de LE JUGE FAYARD DIT LE SHÉRIF et d’UN TAXI MAUVE, 2 films d’Yves Boisset, ainsi que la superbe musique symphonique de LA GUERRE DU FEU de Jean-Jacques Annaud.

Bertrand Tavernier, Philippe Sarde et Jean Cosmos à Cannes en 2010.

Attaché à un cinéaste durant certaines périodes, Sarde composera 3 magnifiques BOs pour le réalisateur Georges Lautner (LES TONTONS FLINGUEURS, LA MAISON ASSASSINÉE…) entre 1977 et 1980. 3 œuvres à part où le compositeur révèlera son amour pour le Jazz par le biais d’une collaboration avec 3 artistes légendaires : Stan Getz, Chet Baker et Toots Thielemans.

 

MORT D’UN POURRI (1977)

Philippe Sarde et Georges Lautner ont déjà travaillé ensemble (LES SEINS DE GLACE ou PAS DE PROBLÈME, par exemple). Mais à l’occasion de MORT D’UN POURRI, efficace thriller politique mêlant « série noire » et « film complotiste », le compositeur va créer une partition mélancolique, proche du Blues, et s’adjoindra, pour l’occasion, les services du grand saxophoniste Stan Getz.

Alain Delon et Jean Bouise dans MORT D’UN POURRI.

Surnommé « The Sound », Getz était l’un des plus grands saxo ténor, dont les interprétations amples et chaleureuses ont fait le leader du « Cool Jazz ». Il est principalement connu pour sa mythique interprétation, au début des années 60, de THE GIRL FROM IPANEMA, le célèbre titre de Tom Jobim et Vinicius de Moraes, avec Astrud Gilberto au chant.

Il a déjà participé à la bande-originale du film français LES TRICHEURS de Marcel Carné en 1958 lorsque Philippe Sarde l’engage pour être le saxophoniste de la musique de MORT D’UN POURRI. S’éloignant du soleil et de la chaleur du Brésil, Getz se glisse dans la composition de Sarde pour s’adapter à l’ambiance ténébreuse du film de Lautner.

Stan Getz

Le thème principale de MORT D’UN POURRI donne le ton du récit, où le personnage d’Alain Delon se trouve pris au piège d’une machination politico-financière en voulant aider un ami. Polar sombre et réussi, le film de Georges Lautner est superbement illustré par la composition de Philippe Sarde et la puissance sonore du grand saxophoniste Stan Getz.

Filmé pour le générique d’introduction comme pour mieux souligné son importance dans l’ambiance du film, Getz offre ici une interprétation entêtance et d’une grande mélancolie, indéniable touche essentielle à la création de Philippe Sarde.

Pour écouter la BO de MORT D’UN POURRI, cliquez sur l’image ci-dessous :

 

FLIC OU VOYOU (1978)

Un an après MORT D’UN POURRI, Philippe Sarde participe à nouveau à un polar signé Georges Lautner. Mais avec FLIC OU VOYOU, le cinéaste s’oriente vers la comédie, agréable mélange d’intrigues policières et de quiproquos familiaux où le super-flic interprété par Jean-Paul Belmondo doit résoudre l’assassinat d’un commissaire ripou et s’occuper de son adolescente de fille.

Rythmé et plus léger que son film précédent, FLIC OU VOYOU est aussi l’occasion pour Lautner d’une première association avec Belmondo, entraînant plusieurs grands succès entre la fin des années 70 et le milieu des années 80.

Jean-Paul Belmondo dans FLIC OU VOYOU.

Pour FLIC OU VOYOU, Philippe Sarde va composer une partition bondissante et tendre, mêlant adroitement les titres propre au polar et emprunts de mystère à ceux plus tendres et romantiques, évoquant les relations amour / haine du « papa-poule » Bebel et de sa fille (Julie Jézéquel) en pleine crise d’adolescence.

Contre toute attente, Sarde va se tourner vers le trompettiste Chet Baker, plus connu pour sa tonaité mélancolique, pour l’accompagner sur cette nouvelle bande originale aux sonorités  tour à tour légères et graves. Comme si le compositeur cherchait volontairement à brouiller les pistes en s’adressant au lumineux Stan Getz pour une BO sombre et au taciturne Chet Baker pour une BO pleine de dynamisme.

Considéré comme le plus grand trompettiste de jazz vers le milieu des années 50 (provoquant la colère de Miles Davis…), Chet Baker traîna malgré lui une image de « beau gosse » romantique, magnifiée par les photos de William Claxton. Sa dépendance aux drogues durs et son intempérance légendaire lui vaudront de nombreux ennuis avec la justice et dans ses fréquentations, jusqu’à sa disparition en 1988.

Chet Baker

Mais l’alchimie se produit et la participation de Baker, artiste torturé, célèbre également pour les interprétations vocales de certains titres qu’il jouait à la trompette, aboutit à une magnifique partition.

La musique de FLIC OU VOYOU s’impose très vite comme l’une des grandes réussites de la musique de film et la touche de Chet Baker y contribue grandement. Entre polar, mystère, comédie et récit sentimental, le film bénéficie d’un très soutien musical. Un score que l’on peut apprécier d’écouter en dehors du film, amateur de musiques de films ou de Jazz.

Pour écouter un extrait de la BO de FLIC OU VOYOU, cliquez sur l’image ci-dessous :

 

LE GUIGNOLO (1980)

Polar aux reflets de comédie loufoque, LE GUIGNOLO n’est pas le meilleur film du duo Belmondo / Lautner, même s’il fut un grand succès commercial. Narrant les mésaventures d’un escroc à la petite semaine, manquant régulièrement ses arnaques les plus fumeuses et prit dans une intrigue d’espionnage, le film vaut principalement pour la grande forme de Bébel et les dialogues de Michel Audiard.

Sa bande originale, à nouveau créée par Philippe Sarde, est également l’un des atouts majeurs du film. Virevoltante, référence directe à Offenbach pour certains titres, la musique prend également de magnifiques envolées mélancoliques lors des scènes se déroulant à Venise.

Jean-Paul Belmondo dans LE GUIGNOLO

Comme pour les deux autres œuvres citées précédemment, le compositeur va se tourner vers un grand musicien de Jazz pour interpréter le score. Il va choisir le bruxellois Toots Thielemans dont les spécialités étaient la guitare et l’harmonica. C’est avec ce dernier instrument de musique que Thielemans a illustré LE GUIGNOLO.

Né Jean-Baptiste Frédéric Isidore Thielemans à Bruxelles en 1922, ce grand artiste a son premier contact avec le cinéma et l’harmonica grace à un film policier vu durant la Seconde Guerre Mondiale, alors qu’il se consacrait à l’accordéon. Après l’occupation, il débute dans de petites formations puis il entamera une carrière internationale, dès 1950, en tournée avec benny Goodman.

Toots Thielemans

Le ilm de Georges Lautner n’est pas sa première incursion dans la musique de film. Toots Thielemans fut soliste à l’harmonica sur les bandes originales de John Williams pour SUGARLAND EXPRESS de Steven Spielberg, SALUT L’ARTISTE d’Yves Robert ou sur celle de JEAN DE FLORETTE de Claude Berri.

Pour LE GUIGNOLO, l’harmonica de Thielemans marque sensiblement la partition de Philippe Sarde. La mélodie illustre à merveille les images d’une Venise au ciel couvert et vient jouer à contre-courant de l’atmosphère burlesque du film.

Pour écouter un extrait de la BO du GUIGNOLO, cliquez sur l’image ci-dessous :

 

Pour terminer cet article, quelques liens et recommandations…

– Un album pour retrouver toutes les compositions de Philippe Sarde pour les films de Georges Lautner :

– Le site officiel de Philippe Sarde :
http://www.philippe-sarde.com

– Le site officiel de Stan Getz :
https://www.stangetz.net

– Le site officiel de Chet Baker :
http://www.chetbakeronline.com

– Un lien vers la discographie de Toots Thielemans :
http://www.allformusic.fr/toots-thielemans/discographie

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s