10 BOs de Bernard Herrmann

Impossible de parler de musique de film sans évoquer Bernard Herrmann. Éternellement associé au réalisateur Alfred Hitchcock, ce compositeur et musicien américain d’origine russe débuta à la radio, média en vogue dans les années 30, où il fit la rencontre d’Orson Welles.

Ce dernier le convainc de l’accompagner à Hollywood et l’engage pour la bande originale de CITIZEN KANE en 1941. Suivront les scores de LA SPLENDEUR DES AMBERSON ou de L’AVENTURE DE Mme MUIR avant d’entamer une fructueuse collaboration avec Hitchcock en signant la BO de MAIS QUI A TUÉ HARRY ? en 1955.

Alfred Hitchcock et Bernard Herrmann

En 1966,  Herrmann se brouille avec Hitchcock et les studios américains  après que son travail fut rejeté sur LE RIDEAU DÉCHIRÉ. Il part vivre à Londres et travaillera avec François Truffaut sur FARENHEIT 451 et LA MARIÉE ÉTAIT EN NOIR, ce dernier film formant pour ainsi dire une « boucle » entre Hitchcock qu’admirait le cinéaste français et pour lequel le compositeur créa ses plus belles musiques de films.

Le début des années 70 marque un renouveau dans la carrière d’Herrmann avec les musiques de SŒURS DE SANG (1973) puis d’OBSESSION (1976) de Brian De Palma. Cette même année 1976, TAXI DRIVER de Martin Scorsese sera sa dernière bande originale : Bernard Herrmann s’éteindra après avoir bouclé l’ultime journée d’enregistrement.

Redécouvert par une nouvelle génération de cinéphiles dans les BOs / compils des films de Quentin Tarantino (dont un passage du film de 1968 TWISTED NERVE sur le score de KILL BILL), l’œuvre de Bernard Herrmann compte parmi les plus mémorables du 7ème art.

Voici une liste de 10 extraits parmi les meilleurs créations de ce grand compositeur, à écouter et réécouter sans modération.

 

CITIZEN KANE (1941)

Début d’Herrmann en tant que compositeur de musiques de films et première association cinématographique avec Orson Welles. On trouve déjà la prédilection du compositeur pour les cuivres, les sonorités sourdes et inquiétantes qui seront l’une de ses marques de fabrique. Bien sûr, si l’on évoque encore le film aujourd’hui, devenu entretemps l’un des chefs d’œuvre classiques du cinéma, c’est avant tout pour son réalisateur et acteur principal. Mais commencer une carrière dans la BO de films avec CITIZEN KANE, il y a pire comme débuts !

 

LE JOUR OÙ LA TERRE S’ARRÊTA (1951)

Autre genre mais toujours un chef d’œuvre d’un grand réalisateur, Robert Wise, qui travaillait sur le montage de CITIZEN KANE 10 ans plus tôt. Wise y rencontra Herrmann et l’engagea pour ce film de SF au message humaniste, fable inquiète sur la montée de la politique de la terreur avec la crainte de la bombe atomique. Inspiré, Bernard Herrmann créa une sublime partition « d’outre espace » en utilisant le thérémine, instrument qui donne à cette composition une atmosphère étrange et venu d’ailleurs.

 

VERTIGO (1958)

Une musique inoubliable pour un film inoubliable. Boudé à sa sortie, il fallut plusieurs décennies avant que VERTIGO / SUEURS FROIDES ne fut enfin reconnu comme l’un des meilleurs films d’Hitchcock. Et comme l’un des chefs d’œuvre du cinéma. L’envoutante partition de Bernard Herrmann, entre cauchemar et romantisme tragique, contribua grandement à immortaliser le film.

 

LA MORT AUX TROUSSES (1959)

Après le récit dramatique de VERTIGO, Hitchcock et Herrmann vont enchaîner avec le thriller, l’aventure et la comédie teintée de romance de LA MORT AUX TROUSSES. Course-poursuite en train, dans un champ de blé mitraillé par un avion ou sur les visages sculptés du Mont Rushmore, le film donne l’occasion à Bernard Herrmann de composer une œuvre tourbillonnante, comme pour mieux illustrer le souffle du danger qui pousse le héros Roger Thornhill / Cary Grant à échapper à ses meurtriers. À cette œuvre virevoltante vient s’opposer l’accalmie romantique, à peine teintée de mélancolie, illustrant les scènes du train.

 

THE TWILIGHT ZONE (1959)

Avant le célèbre thème connu de tous, le générique de THE TWILIGHT ZONE / LA 4ème DIMENSION  fut illustré pour sa 1ère saison par un thème créé par Bernard Herrmann. Mystérieuse et angoissante, cette création rejoignit d’autres compositions qu’Herrmann réalisa pour certains épisodes de l’anthologie. Une parenthèse dans l’œuvre cinématographique du compositeur, mais  une musique marquante, signant merveilleusement le climat de peur et de mystère dans lequel étaient plongés les spectateurs.

 

Psychose (1960)

La BO de Bernard Herrmann pourrait illustrer une étude sur l’importance de la musique de film. L’idée n’est pas ici de minimiser l’exceptionnel talent d’Alfred Hitchcock. Mais force est de reconnaître que la fameuse scène de la douche ne serait pas aussi traumatisante sans les violons stridents de la bande originale du film. Dès le générique créé par Saul Bass, l’inquiétante musique d’Herrmann nous plonge tête baissée dans la terreur. Maître étalon du film d’épouvante moderne qui influença grand nombre de « slashers » tels HALLOWEEN de John Carpenter, le film d’Hitchcock demeure un grand moment de terreur sur grand écran, 60 ans après sa sortie. Et sa musique y contribue grandement.

 

LES NERFS À VIF (1962)

Devenu le  « compositeur de la peur » après le grand succès de Psychose, Bernard Herrmann est engagé pour la musique de CAPE FEAR (LES NERFS À VIF en VF) de Jack Lee Thompson. C’est un nouveau tour de force pour Herrmann qui créé une fois de plus un sommet de la terreur. Thriller angoissant narrant l’affrontement du cruel et violent Max Cady / Robert Mitchum contre son avocat Sam Bowden / Gregory Peck qu’il juge coupable de son incarcération, LES NERFS À VIF demeure un classique du 7ème art, magnifié par son noir et blanc et son impressionnante bande originale.

 

JASON ET LES ARGONAUTES (1963)

L’association du producteur Charles H. Scheer et de Ray Harryhausen – génial inventeur de la « dynamation », une forme d’animation en stop-motion – donna lieu à d’inoubliables bijoux du film fantastique et d’aventures comme LE 7ème VOYAGE DE SINDBAD ou L’ÎLE MYSTÉRIEUSE d’après Jules Verne. Bernard Herrmann fut choisi ainsi pour composer la bande originale de ces deux films. Et le trio se réunit à nouveau pour JASON ET LES ARGONAUTES de Don Chaffey, certainement le meilleur film incluant les créatures animées de Harryhausen. Inspiré de la mythologie grecque et de la légende de la toison d’or, JASON ET LES ARGONAUTES reste un incontournable du cinéma de genre, comprenant des scènes mémorables comme l’attaque du titan Talos ou la bataille contre les squelettes. La composition d’Herrmann, tantôt puissante et ténébreuse, prend des envolées lyriques, illustrant le souffle de l’aventure et des légendes.

 

La Mariée était en noir (1968)

En 1966, Bernard Herrmann avait composé et enregistré une nouvelle BO pour LE RIDEAU DÉCHIRÉ d’Alfred Hitchcock. Mais sa création est rejetée par le cinéaste et les studios Universal. Touché par cette décision, Herrmann choisit de s’éloigner d’Hollywood et part vivre en Grande Bretagne avec sa famille. À la même époque, François Truffaut tourne à Pinewood et dans les environs de Londres FARENHEIT 451 d’après Ray Bradbury. Herrmann est engagé pour écrire et jouer la musique du film. 1 an plus tard, le compositeur et le réalisateur français travailleront à nouveau ensemble sur LA MARIÉE ÉTAIT EN NOIR d’après un roman de William Irish. Polar au casting prestigieux – Jeanne Moreau, Claude Rich, Michael Lonsdale, Charles Denner, Michel Bouquet, Jean-Claude Brialy… – le film connaîtra un succès critique et public à sa sortie en 1968. La participation d’Herrmann, l’héroïne assoiffée de vengeance, le suspense dramatique et le culte que voue Truffaut à Hitchcock fait planer l’ombre du maître du suspense…

 

TAXI DRIVER (1976)

Dernière création de Bernard Herrmann avant sa disparition, TAXI DRIVER fut un énorme succès critique et commerciale pour un faible budget. Palme d’Or à Cannes en 1976, nommé 4 fois aux Oscars, ce thriller urbain désespéré rendit célèbre le cinéaste Martin Scorsese et son acteur principal Robert De Niro. On doit probablement à la grande cinéphilie de Scorsese la participation d’Herrmann à la BO du film. Soutenu par un superbe thème principal, mélancolique et jazzy, la partition du compositeur se fait également sourde et sombre, illustrant parfaitement les errements de Travis Bickle / Robert De Niro, ex marine revenu du Vietnam et confronté à la violence urbaine du New York des années 70. TAXI DRIVER sera dédié à Bernard Herrmann. En 1991, lorsque Martin Scorsese réalisera le remake des NERFS À VIF, il réintégrera la BO d’Herrmann, ré-orchestrée pour l’occasion par Elmer Bernstein.

2 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. manU dit :

    Comme tu t’en doutes, j’adore !

    Aimé par 1 personne

    1. Grand merci m’sieur 😉 Oui, l’univers musical de Bernard Herrmann est l’un des plus formidables de la musique de films 👍

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s