Revoir INDIANA JONES ET LE TEMPLE MAUDIT

L’immense succès mondiale des AVENTURIERS DE L’ARCHE PERDUE conforte George Lucas et Steven Spielberg de poursuivre les péripéties à travers le monde d’Indiana Jones.

Les deux « wonder boys » vont alors précipiter l’archéologue au fouet dans sa plus sombre aventure…

 

Temple maudit pour sombre récit

En 1981, Steven Spielberg peut à nouveau respirer. L’échec critique et commerciale de 1941 avait quelque peu fragilisé son statut de jeune génie d’Hollywood. En lui confiant les rênes des AVENTURIERS DE L’ARCHE PERDUE, son complice et producteur George Lucas lui a permis de renouer avec le succès, de prouver qu’il pouvait finir un tournage dans les temps et pour un budget plus modeste.

Le célèbre réalisateur d’E.T. et de JAWS s’était promis un jour de ne jamais tourner de suite. Mais le succès internationale des premières aventures d’Indiana Jones lui fait changer d’avis.

Steven Spielberg et George Lucas sur le tournage d’INDIANA JONES ET LE TEMPLE MAUDIT (1984)

Pour le scénario de ce nouvel opus, George Lucas s’associe cette fois au couple Gloria Katz et Willard Huyck avec qui il a déjà travaillé pour AMERICAN GRAFFITI. La légende raconte que Lucas connaissait à cette époque un divorce compliqué et douloureux, influençant les aspects noirs et misogynes du film…

Au cours de l’écriture du récit, le film s’intitule encore INDIANA JONES ET LE TEMPLE DE LA MORT. Mais compte tenu du résultat final, le titre devient INDIANA JONES ET LE TEMPLE MAUDIT afin de ne pas provoquer un « rejet » du public.

Willard Huyck, Gloria Katz et George Lucas

Le trio de scénaristes va inclure plusieurs scènes des AVENTURIERS, abandonnées pour diverses raisons, au TEMPLE MAUDIT : la scène de bagarre du restaurant au début du film, la chute d’un avion en canot de sauvetage et la poursuite en wagonnets dans la mine.

 

 

Fortune et gloire

L’action d’INDIANA JONES ET LE TEMPLE MAUDIT se déroule en 1935 et commence en Chine, alors qu’Indy (Harrison Ford), accompagné de la chanteuse de cabaret Willie Scott (Kate Capshaw) et du jeune Demi-Lune (Ke Huy Quan), fuit un dangereux parrain de la pègre de Shangaï.

Demi-Lune, Willie et Indy découvrent le temple maudit…

Après d’autres périples en vol, le trio arrive en Inde, près d’un petit village où tous les enfants ont étrangement disparu. Intrigués, Indy et ses comparses vont à la rencontre du jeune roi de la région. Ils découvrent bientôt qu’une secte satanique se cache dans les dessous du palais royal et que d’horribles sacrifices humains y sont pratiqués.

Indiana, Willie et Demi-Lune sont vite capturés par les membres de la secte. Alors que Demi-Lune est envoyé comme esclave dans une mine où se trouvent déjà les enfants disparus, Willie s’apprête à être plongée dans la lave par Indy, drogué et passé du « côté obscur »…

Le village réclame de l’aide…

Le fait d’être une préquelle aux AVENTURIERS… n’amène aucun doute sur l’issue du film. Mais ce récit, très (trop ?) sombre, donne au personnage d’Indiana Jones l’occasion d’évoluer psychologiquement. Son obsession pour la quête d’objets archéologiques change pour une quête de la justice. Ainsi, le but d’Indy – récupérer les pierres  de Sankarah – n’est plus la recherche de la fortune et de la gloire (comme il est dit dans le film) mais la libération des enfants retenus comme esclaves.

 

Autour d’Harrison Ford

Si Harrison Ford revient sous le Fedora et le cuir d’Indiana Jones, le reste du casting n’a aucun lien avec LES AVENTURIERS DE L’ARCHE PERDUE.

Kate Capshaw, devenue Mme Spielberg après le tournage…

Succédant à Karen Allen dans le rôle de la « Indy Girl », Kate Capshaw interprète la chanteuse Willie Scott, devançant au passage Sharon Stone qui était un temps pressentie et qui rejoindra Richard Chamberlain dans ALLAN QUATERMAIN ET LES MINES DU ROI SALOMON, sous Indiana Jones mais vrai nanar !

Venue de la télévision où elle débuta dans un soap-opera, Kate Capshaw s’était fait remarquer dans le sympathique mais oublié DREAMSCAPE en 1983. Après LE TEMPLE MAUDIT, ses films les plus notables furent BLACK RAIN de Ridley Scott et JUSTE CAUSE avec Sean Connery. Mais son rôle le plus marquant reste celui de… Mme Spielberg puisqu’elle épousa le réalisateur à la suite du tournage du TEMPLE MAUDIT.

Ke Huy Quan devenu Jonathan Ke Quan

Incarnant le jeune et bondissant Demi-Lune, « sidekick » d’Indy, Ke Huy Quan – nommé aujourd’hui Jonathan Ke Quan – naît au début des années 70 au Vietnam. Sa famille se réfugie aux États-Unis quand il n’a que 4 ans. 10 ans plus tard, il est repéré par Spielberg qui l’engage pour LE TEMPLE MAUDIT. Son autre film le plus notable reste LES GOONIES de Richard Donner qu’il tournera en 1985. Parallèlement à sa carrière d’acteur, Jonathan Ke Quan est aussi cascadeur, comme sur X-MEN de Bryan Singer.

Amrish Puri est l’infâme Mola Ram…

Disparu en 2005, l’Indien Amrish Puri débuta sa carrière cinématographique sur le tard, au début des années 70, après un parcours dédié au théâtre et aux jingles publicitaires à la radio. En 1981, l’interprétation d’un personnage détestable dans le film HUM PAANCH est si marquante qu’il va enchaîner les rôles de méchants. Après GANDHI de Richard Attenborough en 1982,  il tourne à nouveau pour Hollywood en incarnant le maléfique Mola Ram dans ce 2ème volet des aventures d’Indiana Jones. Il enchaînera de nombreux tournages jusqu’à sa disparition.

Roshan Seth dans le rôle de Chattar Lal

D’origine Indienne et Britannique, Roshan Seth avait déjà croisé Amrish Puri dans GANDHI. Tournant pour la télévision et le cinéma, on a pu le voir, entre autres dans TERREUR SUR LE BRITANNIC, LA ROUTE DES INDES, MY BEAUTIFUL LAUNDRETTE ou JAMAIS SANS MA FILLE. Dans LE TEMPLE MAUDIT, il interprète le personnage de Chattar Lal.

David Yip est Wu Han

Le britannique David Yip, ici dans le rôle de Wu Han, a également tourné dans DANGEREUSEMENT VÔTRE, HAMLET de Kenneth Brannagh et HAUTE VOLTIGE avec Sean Connery.

Dan Aykroyd et Harrison Ford entre deux scènes…

À noter que Dan Aykroyd, plus connu pour THE BLUES BROTHERS et GHOSTBUSTERS, interprète ici un petit rôle en début de film, en jouant Art Weber, un officier britannique qui fournit un vol à Indy pour quitter l’aéroport de Nang Tao.

 

Tournage au Sri Lanka

Comme on peut l’imaginer, le scénario d’INDIANA JONES ET LE TEMPLE MAUDIT ne reçut pas le consentement du gouvernement indien. Pour les scènes d’extérieurs censées se dérouler en Inde, l’équipe de tournage se déplaça au Sri Lanka.

Profitant sur place de la construction d’un barrage par une société britannique, la production leur commanda la mise en place du pont suspendu de la fin du film. Lors de cette séquence, des mannequins animés et à taille réelle furent réalisés pour simuler les corps tombant du pont.

Bon appétit !

Les séquences intérieures furent tournées aux studios anglais d’Elstree. Pour la mythique scène du repas au palais de Pankot, de véritables anguilles vivantes furent placées dans les plats parmis de faux scarabées et têtes de singes.

Au cours d’une scène de combat contre un sbire de Mola Ram, le grand prêtre du Temple Maudit, Harrison Ford est victime d’une hernie discale, amenant Spielberg et son équipe à le rapatrier aux États-Unis pour être opéré d’urgence.

Un dessert inoubliable…

Le tournage se poursuivra durant six semaines sans l’acteur mais avec sa doublure. Puis quelques gros plans seront filmés à son retour et insérés dans le film afin de préserver une certaine continuité.

L’inoubliable scène de la poursuite en wagonnets dans la mine demanda une alternance de prises de vues avec les acteurs, avec leurs doublures et avec des miniatures (personnages et décors) réalisées par les magiciens d’ILM pour des plans filmés en Go-Motion.

Secoué et agité…

Enfin, la scène finale, voyant la mine engloutie sous les eaux, posa problèmes au tournage du James Bond A VIEW TO A KILL / DANGEREUSEMENT. Par le plus grand des hasards, le dernier film interprété par Roger Moore s’achevait par une séquence similaire. À sa sortie un an après celle du TEMPLE MAUDIT, de nombreux critiques et articles de presse signalèrent le fait sans toutefois conclurent à du plagiat, puisque les deux récits furent développés chacun de leurs côtés sans aucun liens ni relations directs ou indirects…

 

Influences et clins d’œil

Au cours de la promotion des AVENTURIERS DE L’ARCHE PERDUE en Europe, Steven Spielberg découvrit les albums des aventures de Tintin. Il intégra des références au jeune reporter belge dans LE TEMPLE MAUDIT en s’inspirant de L’OREILLE CASSÉE et de certains de ses personnages.

Le personnage de Demi-Lune serait également inspiré de Tchang, l’ami de Tintin des albums LE LOTUS BLEU et TINTIN AU TIBET.

Toute ressemblance avec un célèbre Maître Jedi…

Dans LES AVENTURIERS…, un clin d’œil est fait à l’univers de STAR WARS. Une autre allusion est placé dans LE TEMPLE MAUDIT dès le début du film avec le Club Obi-Wan.

 

Succès et nouvelle règle

Sortie en mai 1984 aux États-Unis puis en septembre de la même année en France, INDIANA JONES ET LE TEMPLE MAUDIT fut un succès internationale, tant l’attente du public était bien là après l’engouement du 1er film. En 1985, LE TEMPLE MAUDIT reçut l’Oscar et le BAFTA des meilleurs effets visuels.

Jones. Indiana Jones.

Toutefois, avec près de 180 Millions de Dollars engrangés pour le TEMPLE MAUDIT contre environ 250 Millions pour LES AVENTURIERS… sur le sol américain, et 1 million de spectateurs français en moins entre le 1er et le 2ème film, ces nouvelles aventures d’Indy marque un frein du public, probablement lié à la violence souvent crue du film.

Le sigle du PG-13…

À ce sujet, la sortie américaine entraîna une nouvelle réglementation de la Motion Picture Association of America quant à la diffusion des films aux États-Unis : le fameux PG-13 pour indiquer un film déconseillé aux moins de 13 ans, équivalant chez nous à l’interdiction aux moins de 13 ans et, aujourd’hui, aux moins de 12 ans.

Ce « frein » que n’avait peut-être pas anticipé le binôme Spielberg-Lucas n’empêcha pas les adolescents et geeks de l’époque d’apprécier le film. Mais le TEMPLE MAUDIT, au titre prémonitoire, entraîna les foudres de leurs parents.

 

Noirceur et responsabilité

Plus de 35 ans après sa sortie, INDIANA JONES ET LE TEMPLE MAUDIT traîne encore une « mauvaise réputation » auprès du public. Si LE ROYAUME DU CRÂNE DE CRISTAL est certainement celui que les fans de la première heure détestent le plus, ce 2ème volet fait encore grincer des dents chez certains spectateurs et certains critiques.

Au cœur des ténèbres…

En septembre 1984, j’avais été voir le film au cinéma avec des amis. Pendant la projection du film, à côté de nous, un couple, avec un petit garçon de 7/8 ans, est sorti précipitamment de la salle tant l’enfant pleurait et criait après la fameuse scène du cœur arraché… Un peu jeune peut-être pour voir un tel film. Mais comment le prévoir à une époque où le net, et ses infos à la seconde, n’existaient pas encore ?

Si on y regarde de plus près, LES AVENTURIERS DE L’ARCHE PERDUE contient lui aussi son lot de séquences violentes et horrifiques. Pourtant, même si certaines séquences du 1er film sont violentes comme le final qui voit certains personnages disparaître d’une horrible façon, la noirceur et le « gore » de certains moments du TEMPLE MAUDIT restent inoubliables.

L’hommage du film aux comédies musicales…

À cette noirceur physique, il y a les aspects sombres et psychologiques avec ces enfants traités comme des esclaves qui ont, eux aussi, provoqués une gêne certaine chez certains spectateurs et critiques.

Bien évidemment, la responsabilité de cet excès de noirceur retomba sur le dos de Steven Spielberg et George Lucas.

Après les ténèbres, retour à la lumière…

Dénigrant LE TEMPLE MAUDIT, Spielberg s’excusa presque auprès du public d’avoir réalisé ce film qu’il détestait par dessus tout ! Bientôt connu de tous, le divorce douloureux de Lucas finit par entretenir l’idée que le développement et le résultat du film était totalement le fait de Lucas et son couple de scénaristes.

 

Dr Spielberg et Mr Steven

Pourtant, avec Steven Spielberg, c’est un peu vite oublié qu’il fut le producteur (sans George Lucas) des GREMLINS, où le merveilleux et la comédie côtoient l’horreur et l’angoisse.

Et que dire de POLTERGEIST dont Spielberg fut aussi le producteur, film d’épouvante contenant plusieurs scènes d’horreur et de gore, dont celle d’un homme s’arrachant le visage devant un miroir ? Pour info, le papa d’E.T. participa activement à ce passage en « prêtant » ses mains au personnage !

Sur le tournage du film…

Pour JAWS, personne n’a forcé Spielberg à nous montrer un homme poussant des hurlements et crachant du sang alors qu’il est dévoré par un énorme requin…

Cela n’engage que moi bien sûr. Et ce que je viens de démontrer n’enlève en rien le fait que j’aime ces films, que ce soit GREMLINS, JAWS ou le TEMPLE MAUDIT. J’aime également le cinéma de Steven Spielberg. Mais ce deuxième opus d’Indy doit tout autant ses moments les plus noirs à Lucas qu’à lui.

Kate Capshaw, Steven Spielberg, George Lucas et Harrison Ford

La part des ténèbres du TEMPLE MAUDIT n’enlève en rien ses multiples qualités. Le film est un véritable « roller-coaster » sans aucun temps morts, un tourbillonnant film d’aventures dont on ressort le souffle coupé mais ravi comme un (grand) enfant

Ses scènes inoubliables, sa puissante BO toujours signée du grand John Williams et son récit haletant en font un très bon Indiana Jones, reconsidéré malgré tout à sa juste valeur près de 40 ans après sa sortie.

 

INDIANA JONES ET LE TEMPLE MAUDIT (1984) de Steven Spielberg.
Avec Harrison Ford, Kate Capshaw, Jonathan Ke Quan, Amrish Puri, Roshan Seth…
Scénario : Gloria Katz, Willard Huyck et George Lucas. Musique : John Williams.

Crédits photos : Paramount Pictures / Lucasfilm Ltd / Disney Pictures

 

Retrouvez les autres films de la série sur le blog :

• LES AVENTURIERS DE L’ARCHE PERDUE

• INDIANA JONES ET LA DERNIÈRE CROISADE

• INDIANA JONES ET LE ROYAUME DU CRÂNE DE CRISTAL

 

Bande-Annonce

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s