Revoir INDIANA JONES ET LE ROYAUME DU CRÂNE DE CRISTAL

Vers la fin des années 2000, le projet d’un 4ème opus des aventures d’Indiana Jones prend une sérieuse tournure pour se concrétiser, en 2008, par la sortie d’INDIANA JONES ET LE ROYAUME DU CRÂNE DE CRISTAL. Retour sur l’épisode le moins apprécié des fans de la série.

Être ou ne pas être Indiana Jones

 

 

Le retour du Dr Jones

Après INDIANA JONES ET LA DERNIÈRE CROISADE et son succès, les aventures cinématographiques du célèbre archéologue-baroudeur semblent bel et bien terminées.

L’excellente série tv YOUNG INDIANA JONES CHRONICLES n’attire pas les spectateurs et les seules possibilités pour retrouver Indy dans des récits inédits restent les romans, comics et autres produits dérivés.

Steven Spielberg et Harrison Ford sur le tournage…

Steven Spielberg a poursuivi sa carrière de cinéaste avec des hauts (LA LISTE DE SCHINDLER, JURASSIC PARK, LA GUERRE DES MONDES…) et des bas (HOOK). George Lucas est revenu à STAR WARS avec une prélogie qui divise les fans. Quant à Harrison Ford, sa côte de popularité est au sommet. Il alterne alors les succès mérités (PRÉSUMÉ INNOCENT, JEUX DE GUERRE, LE FUGITIF…) comme les échecs tout aussi mérités (SABRINA, HOLLYWOOD HOMICIDE…).

La légende dit que c’est ce dernier qui va relancer Spielberg et Lucas pour mettre en chantier un nouvel épisode des aventures du Dr Jones, ce qui ne serait pas si étonnant compte tenu du contexte…

On prend les mêmes… ou presque !

Le « trio magique » s’apprête donc à se reformer. Mais il reste encore à trouver la bonne histoire, validé par tous et surtout par l’acteur vedette.

 

Indy contre les extra-terrestres

De multiples pistes sont alors proposées par de nombreux scénaristes / auteurs dont Jeffrey Boam (L’ARME FATALE 2 et 3), Frank Darabont (LES ÉVADÉS, LA LIGNE VERTE) et M. Night Shyamalan (LE 6ème SENS, INCASSABLE, SIGNES).

C’est finalement David Koepp qui signera le scénario de ce Indy 4, après avoir déjà œuvré pour Spielberg sur JURASSIC PARK et LA GUERRE DES MONDES, sur la base d’une histoire de George Lucas et Jeff Nathanson.

Harrison Ford, éternel Indiana Jones !

Plus de 20 ans ont passé, dans la réalité comme dans la fiction. En 1957, en pleine Guerre Froide, Indiana Jones (Harrison Ford) est contacté par un jeune blouson noir, « Mutt » Williams (Shia LaBeouf), pour l’aider à retrouver le Professeur Oxley (John Hurt), disparu alors qu’il faisait des recherches en Amérique du Sud sur la légende des Crânes de Cristal.

Face à de redoutables espions soviétiques menés par Irina Spalko (Cate Blanchett), Indy retrouve Marion Ravenwood (Karen Allen), détenue par les Russes et qui s’avère être la mère de « Mutt »… dont le père n’est autre qu’Indiana Jones !

Indy et les Soviets…

Le mystère des Crânes de Cristal devient bientôt une quête de la Cité d’Or d’Akator, perdue en pleine jungle amazonienne…

 

Contexte et mythes

Une fois n’est pas coutume, ce 4ème volet des aventures d’Indiana Jones s’appuie sur des lieux et sites existants, ainsi que sur d’anciennes légendes.

Au cœur de la Cité d’Or…

Ainsi, la légende des Cités d’Or – oui oui, celles du célèbre dessin animé – s’est répandue avec la découverte du « Nouveau Monde » à la fin du XVème siècle et l’arrivée des conquistadors en Amérique du sud. Mêlée au mythe de l’Eldorado, l’histoire de 7 cités recouvertes d’or a fait rêver plus d’un explorateur.

Dans le film, Indy et « Mutt » débarquent au Pérou, près du désert de Nazca où sont situés d’immenses géoglyphes, représentant des animaux stylisés et de longues lignes tracées dans le sol par un peuple antérieure aux Incas. Ces tracés, découverts en 1927, ne sont lisibles qu’en hauteur, vu d’un avion par exemple. D’où les légendes mêlant cultures ancestrales et civilisations extra-terrestres…

Un géoglyphe du désert de Nazca…

Longtemps, on prêta aux Crânes de Cristal – représentations du crâne humain créés dans du cristal de roche – des origines aztèques ou mayas. Des études récentes ont certifié depuis le début des années 1990, qu’ils auraient été réalisé en Europe au cours du XIXème siècle.

Plusieurs croyances infondées donnèrent à ces mêmes crânes des pouvoirs ésotériques. On peut voir l’un d’entre eux au Musée du Quai Branly à Paris. un autre au Smithonian de Washington et un 3ème au British Museum de Londres.

Le crâne de cristal du British Museum

Situé dans les années 50, LE ROYAUME DU CRÂNE DE CRISTAL se déroule en pleine Guerre Froide. Commencée dans l’immédiate après seconde guerre mondiale, cette période de tension géo-politique s’est achevée entre 1989 et 1991 avec la chute du Mur de Berlin puis la dislocation de l’ex URSS.

Si la Guerre Froide a engendré une période de terreur tout à la fois souterraine et au grand jour, entraînant de multiples conflits dans le monde et des situations dramatiques telles la création du Mur de Berlin en 1961, elle a donné lieu à de nombreuses « créations » dans les domaines littéraire, télévisuelle et cinématographique. Les romans de John Le Carré, les séries DESTINATION DANGER ou MISSION : IMPOSSIBLE et les films de James Bond ou d’Harry Palmer (avec Michael Caine) sont tous issus de la Guerre Froide.

 

On prend les mêmes… (ou presque)

LE ROYAUME DU CRÂNE DE CRISTAL est l’occasion de retrouvailles entre Harrison Ford et Karen Allen, respectivement dans les rôles d’Indiana Jones et Marion Ravenwood, après LES AVENTURIERS DE L’ARCHE PERDUE.

Shia Labeouf, Harrison Ford et Karen Allen

Après une série de choix malheureux quant aux films qu’elle a tourné (FRENCH LOVER, TERMINUS…) et malgré certaines réussites artistiques (comme STARMAN ou LA MÉNAGERIE DE VERRE, Karen Allen a mis sa carrière entre parenthèses en 2004 pour se consacrer essentiellement à sa société de stylisme.

Sean Connery ayant décliné l’offre de reprendre son personnage d’Henry Jones Sr, il est simplement mentionné au début du film que le père d’Indy est décédé. De même pour Marcus Brody interprété par Denholm Elliott. Réellement disparu en 1992, l’acteur britannique est évoqué, à travers son personnage, par la présence d’un portrait peint et d’une statue dans l’établissement où enseigne Indy.

Cate Blanchett est la redoutable Irina Spalko

D’origine australienne, très appréciée du public et de la critique, Cate Blanchett est révélée en 1998 dans le film en costumes ELIZABETH. Elle alterne depuis entre blockbusters (LE SEIGNEUR DES ANNEAUX, THOR : RAGNAROK, MONUMENTS MEN, OCEAN’S 8…) et films d’auteurs (BABEL, BLUE JASMINE, KNIGHT OF CUPS…). Lauréate de deux Oscars, elle fut la présidente du Festival de Cannes en 2018 et endosse à nouveau ce titre pour le Festival de Venise en 2020. Elle dirige avec son mari la Sydney Theatre Company en Australie.

Disparu en 2017, John Hurt demeure encore l’un des acteurs préférés des geeks pour sa participation à des films comme ALIEN, HELLBOY ou HARRY POTTER. D’origine britannique, son impressionnante carrière cinématographique comprend des films phares comme MIDNIGHT EXPRESS, LA PORTE DU PARADIS, OSTERMAN WEEK-END, DEAD MAN, CONTACT, V POUR VENDETTA ou LE TRANSPERCENEIGE.

Shia Labeouf, John Hurt, Karen Allen et Harrison Ford

Révélé par la série de films TRANSFORMERS produite par Spielberg, Shia Labeouf a également joué dans PARANOIAK, L’ŒIL DU MAL, SOUS SURVEILLANCE ou BORG McENROE.

Parmi les autres nouveaux venus dans la série, on trouve le britannique Ray Winstone (RETOUR À COLD MOUNTAIN, LES INFILTRÉS) et le russe Igor Jijikine (CRÉANCE DE SANG, SAFE).

Igor Jijikine est le Colonel Dovchenko

 

Lieux de tournage, vols et première

LE ROYAUME DU CRÂNE DE CRISTOL fut tourné en studios à Los Angeles puis au Nouveau-Mexique, à Hawaï et dans le Connecticut.

Époque 2.0 oblige, la production du film fit l’objet de plusieurs fuites sur le net, quant au déroulement du scénario. Ainsi, un figurant révéla quelques secrets de tournage sur son site personnel… avant d’être remercié puis condamné à une forte amende par Lucasfilm.

Sur le tournage du film…

Des vols de photos du tournage et d’ordinateurs eurent lieu chez Paramount Pictures. Le coupable fut toutefois vite retrouvé grâce à sa traçabilité sur la toile et condamné à plus de deux ans de prison !

Une autre « boulette », liée directement aux responsables du film, fut la sortie de la BO, toujours composée par John Williams, avant la sortie du film. Plusieurs titres révélaient en effet certaines secrets (de polichinelle) de ce 4ème opus ! Ça n’est pas la première fois que ce genre de gaffe se produit chez Lucasfilm puisque l’album de la musique de LA MENACE FANTÔME comprend le morceau « Qui-Gonn’s Funerals ». Merci John Williams !

Considéré à sa sortie comme un évènement après 19 ans d’absence sur le grand écran, INDIANA JONES ET LE ROYAUME DU CRÂNE DE CRISTAL eut droit à une première mondiale au Festival de Cannes 2008.

Steven Spielberg et Harrison Ford à Cannes en 2008

 

Nouveaux clins d’œil et références

Dans ce 4ème volet, Indiana Jones est soupçonné par le FBI d’être un agent communiste alors que les Soviétiques sont ses nouveaux ennemis. Il échappe de façon hautement improbable à un essai nucléaire au début du film, peu de temps après une course poursuite dans l’enceinte de la Zone 51… où se trouve la caisse contenant l’Arche d’Alliance du 1er film !

Rencontres du 3ème type pour Tintin…

On peut à nouveau y trouver un lien avec les aventures de Tintin, et en particulier avec l’album VOL 714 POUR SYDNEY où une référence est faîte entre certaines civilisations d’Amérique du Sud et un contact extra-terrestre.

Tintin et les OVNIS de VOL 714 POUR SYDNEY

Enfin, le début du film, présentant un groupe de jeunes gens roulant à vive allure en décapotable, n’est pas sans rappeler AMERICAN GRAFFITI réalisé par George Lucas en 1973…

 

Succès et rejet

Si la sortie du CRÂNE DE CRISTAL rencontre un certain succès commercial, la critique fait la fine bouche, principalement en France où la presse fait part de sa déception.

Au fil du temps, cet Indy 4 est considéré par une majorité de personnes comme le pire des films de la série. Certains iront même jusqu’à rejeter purement et simplement le film, considérant que les aventures cinématographiques du Dr Jones forment une trilogie !

Quand Mutt « Brando » interpelle « Papy » Jones…

Si à 65 ans à l’époque Harrison Ford tient toujours la forme (plusieurs clins d’œil y font d’ailleurs références…), l’usage pas toujours heureux des images de synthèse a profondément déplu aux intraitables fans, regrettant un certain « esprit vintage » que les 3 premiers films avaient apporté.

On reprochera également au CRÂNE DE CRISTAL un humour balourd… oubliant au passage que LA DERNIÈRE CROISADE ne faisait pas toujours dans la subtilité !

Réunion de famille mouvementée…

Qu’en est-il au final de ce dernier volet – pour le moment – d’Indiana Jones ? Pour ma part, je me souviens de mon enthousiasme initiale lorsque j’ai découvert le film en salle. Enthousiasme provoqué par une longue attente mais progressivement retombé avec le temps.

À nouveau, après Indy 2 et 3, cette aventure est déséquilibrée, ne parvenant à retrouver l’équilibre parfait des AVENTURIERS DE L’ARCHE PERDUE. Si le premier tiers du film tient la rampe, la suite s’étire en longueur et ne suscite pas vraiment l’intêret. Certaines séquences – la course poursuite dans la jungle – et personnages – « Mutt » et Mac – n’ont ni intêret ni consistance.

Shia LaBeouf dans la jungle…

Quant aux aliens du film – ou « intra-terrestres » – ils paraissent quelque peu déplacés dans une aventure d’Indiana Jones, même si la référence aux films de SF des années 50 est une suite logique des allusions aux serials des années 30.

LE ROYAUME DU CRÂNE DE CRISTAL, sans être le « ratage du siècle » à mon humble avis, est une déception. Des retrouvailles manquées avec un héros iconique qui marque toujours le cinéma et la pop culture près de 40 ans après sa création.

Que penser alors de l’annonce d’un 5ème volet circulant sur le net depuis plus d’un an ? De quoi frémir face à cette volonté acharnée à Hollywood de tirer sur le lasso jusqu’à l’usure…

 

INDIANA JONES ET LE ROYAUME DU CRÂNE DE CRISTAL (2008) de Steven Spielberg
Avec Harrison Ford, Karen Allen, Cate Blanchett, John Hurt, Shia LaBeouf…
Scénario : David Koepp sur une histoire de George Lucas et Jeff Nathanson. Musique: John Williams.

 

Crédits photos : Lucasfilm / Paramount Pictures

 

Bande-annonce

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s