Série TV : THE MANDALORIAN

L’histoire

Quelques années après les évènements du RETOUR DU JEDI, voyant la chute de l’Empire et la destruction de la 2ème Étoile Noire, une nouvelle République est progressivement mise en place. Cela n’empêche pas la Guilde des Chasseurs de Primes / Bounty Hunters de poursuivre ses activités dangereuses et lucratives. Parmi ces chasseurs, celui que l’on surnomme le « Mandalorien » est un redoutable guerrier. Mais sa nouvelle mission prend une tournure imprévue et mouvementée…

 

Telle est la voie

Après une « postlogie » – ou nouvelle trilogie – qui aura divisé le public et entraîné la « colère » des fans de STAR WARS (dans son ensemble), incapable de conserver une « ligne directrice », alternant entre les vieilles recettes et le besoin d’innover, nombreux sont ceux – dont votre humble serviteur – qui n’attendaient plus grand chose de la franchise rachetée par Disney.

Sans revenir sur les innombrables débats qui circulent sur le net, ni sur les envies mercantiles mal assumées des studios aux « grandes oreilles », il faut reconnaître que le temps où le nom STAR WARS était synonyme d’attentes et d’évènements semble quelque peu révolu.

THE MANDALORIAN vient redresser la barre en offrant un nouveau personnage principal, éloigné des pérégrinations Jedi des trois trilogies cinématographiques.

Et là où la prélogie et la postlogie se prenaient les pieds dans le tapis cosmique à trop vouloir raccrocher les wagons au train de la trilogie classique, THE MANDALORIAN y fait régulièrement référence en y plongeant sans s’y noyer pour autant.

Je m’explique. Dans STAR WARS / LA GUERRE DES ÉTOILES (l’épisode IV pour ceux du fond qui ne suivent pas…), l’une des références évidentes qu’utilisait George Lucas était le Western. Jon Favreau (IRON MAN, SPIDER-MAN HOMECOMING…), créateur de la série, a donc orienté THE MANDALORIAN dans un univers qui doit beaucoup aux mythes qui ont forgé la légende du Far West.

Ainsi, le personnage de Din Djarin, le Mandalorien du titre incarné par Pedro Pascal, évoque « l’homme sans nom » des westerns spaghettis de Sergio Leone, joué par Clint Eastwood. Mais dans une version plus humaine.

Si « Mando », comme on le surnomme dans la série, est un guerrier redoutable, solitaire et peu bavard, une rencontre inattendue va en faire un héros malgré lui : la découverte d’un être, à l’apparence bien connue des fans de la saga Star Wars puisqu’il s’agit d’un enfant de la même espèce que celle de Maître Yoda !

La rencontre de ce petit personnage et les liens qui se tissent entre lui et le Mandalorien sont donc au centre des deux saisons de la série. « L’enfant » va rappelé des souvenirs douloureux au mystérieux chasseur de primes et lui faire braver tous les dangers pour le ramener auprès des siens.

Loin d’étaler jusqu’à l’épuisement des stocks un récit somme toute simple dans son exposition, THE MANDALORIAN donne à chaque épisode l’occasion, sur une durée unitaire de 30 à 55 minutes, d’évoquer une partie méconnue de l’univers Star Wars, de faire allusion aux récits étendus connus des fans sans pour autant perdre les néophytes et de retrouver certains personnages bien connus de la saga.

Bien sûr, il y aura toujours les éternels insatisfaits, gardiens du temple et conservateurs, pleurant leurs mères que certains éléments de la série ne respectent pas totalement le mythe Star Wars ou qu’elle se perd trop dans le fan service. Ça n’est pas nouveau, les « jamais contents » n’existent que pour se plaindre…

THE MANDALORIAN est, pour ma part, une excellente surprise, soignée dans ses récits, dans ses personnages comme dans ses effets spéciaux. La série se dévore avec beaucoup de plaisir, alternant les morceaux de bravoure, l’action, l’humour et l’émotion sans temps mort, nous faisant découvrir de nouveaux éléments tout en évoluant dans un univers familier.

Parmi d’autres belles surprises, la série n’oublie pas ses personnages féminins avec des caractères puissants et contribuant grandement à l’évolution du récit – dont « Cara » Dune (Gina Carsento), Bo-Katan Kryze (Katee Sackhoff) ou la Jedi Ashoka Tano (Rosario Dawson) – jusqu’à l’épisode final où elles n’ont rien à envier aux héros les plus « badass » de la saga Star Wars !

Là où les nouveaux films n’ont pas réussi à renouveler la magie de la trilogie classique, THE MANDALORIAN relève le niveau et laisse espérer du meilleur pour la suite, en souhaitant juste que l’avalanche de nouvelles séries annoncées ne devienne pas une fausse bonne idée.


THE MANDALORIAN (2020)
Série de 16 épisodes de 30 à 55 minutes en 2 saisons créée par Jon Favreau et diffusée sur Disney +
Avec Pedro Pascal, Gina Carano, Nick Nolte, Carl Weathers, Giancarlo Esposito, Katee Sackhoff, Werner Herzog, Temuera Morrison, Ming-Na…
Production : Jon Favreau, Dave Filoni, Kathleen Kennedy et Colin Wilson. Musique : Ludwig Göransson.

Crédits photos : © The Walt Disney Studios / Lucasfilm


Bande-annonce

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s