GODZILLA vs KONG d’Adam Wingard

L’histoire

Contre toute attente, Godzilla, le roi des monstres, s’attaque aux hommes. Pour le contrer, King Kong, confiné et mis en observation sur Skull Island, reste la seule solution. Le « choc des Titans » trouvera sa conclusion dans la Terre creuse…


Match nul

Vous dire que j’attendais beaucoup de ce GODZILLA vs KONG serait un mensonge. Mais l’affrontement de ces deux créatures iconiques, dans une nouvelle version, disposant de la technologie actuelle en matière d’effets spéciaux, avait de quoi donner envie. Surtout si, comme moi, vous êtes amateur de ce genre de « colossal match de catch ».

Comme un gros soufflé au fromage qui se dégonfle trop vite, le film d’Adam Wingard est, en ce qui me concerne, une énorme déception. J’avais bien aimé le GODZILLA de Gareth Edwards et, dans une moindre mesure, KONG : SKULL ISLAND, film de monstres « parfumé » de napalm et de références aux films de guerre.

Le GODZILLA d’Emmerich m’avait plu pour ses aspects « bourrinades » plus ou moins assumés. Et si je n’ai pas vu toutes les productions de la Tōhō pour Godzilla, le premier de 1954 m’a longtemps marqué depuis sa découverte.

Le KING KONG de Peter Jackson est à mes yeux un bel hommage et la version de 1976 reste une madeleine d’enfance même si le classique de 1933 demeure indétronable. Pour résumer, sans être incollable sur le sujet, les films de monstres ont toute ma sympathie.

Comme beaucoup de cinéphiles et mordus de films de genres, j’ai du respect pour ces deux « légendes »  que sont Kong et Godzilla. Trop sans doute pour les voir traités comme dans GODZILLA vs KONG version 2021.

Ce que cet affrontement de titans a gagné en sfx à la pointe – malgré un traité des couleurs plutôt laid – ne lui a rien apporté en intérêt. Ni en réel plaisir quant au divertissement.

Les créatures se tatannent la tronche dans un déluge d’images virtuelles, perdant en poésie kitsch ce qu’elles semblent avoir gagné en « virtuosité ». Et la « magie » n’opère plus.

Rien à voir avec la sempiternelle plainte « c’était mieux avant ». Juste cette valeur ajouté, ce supplément d’âme vintage qui est ici aux abonnés absents sur toute la durée du film.

Pour couronner le tout, les séquences avec des acteurs n’ajoutent absolument rien au récit, si ce n’est de le rendre un peu plus inconsistant. Comme dans une compétition du jeu le plus outré et faux du 7ème art, le casting du film s’est donné le mot pour jouer le plus mal possible des scènes de dialogues sans intêret (si ce n’est celui de faire une petite pause entre deux rounds).

Surjouant l’ado impliquée et futée « qui sait » mieux que les andouilles d’adultes qui l’entourent, Millie Bobby Brown prend des airs concernés, visage tendu et sourcils froncés. C’est certain que ça n’est pas le film qui lui permettra de décrocher un Oscar. Mais pour ma part, j’attends toujours de la voir rebondir avec un personnage éloigné des clichés d’usage.

Ajoutez à tout cela une « connection » par langage des signes entre Kong et une petite fille et le retour de Mechagodzilla – du moins de sa version 2021… – comme pour mieux rattacher le wagon aux films des années 60 et vous aurez un aperçu du « panier garni » déséquilibré que l’on vous offre !

Au final, GODZILLA vs KONG ne m’a apporté aucune forme de plaisir, même coupable, que l’on peut être en droit d’attendre ici. Long, trop long, quelques moments spectaculaires vite noyés dans la masse, des scènes d’expositions / pauses comme autant de clichés…

Une déception, vite consommée, vite oubliée.


GODZILLA vs KONG de Adam Wingard (2021)
Avec Alexander Skarsgård, Rebecca Hall, Millie Bobby Brown, Kyle Chandler…
Scénario : Eric Pearson et Max Borenstein, d’après une histoire de Terry Rossio, Michael Dougherty et Zach Shields, d’après Godzilla créé par Tomoyuki Tanaka et Tōhō et King Kong par Merian C. Cooper, Ernest B. Schoedsack et RKO Radio Pictures.
Musique : Junkie XL

Crédits photos : Tōhō / Warner Bros

Film vu en avant-première. Sortie en VOD le 22/04/2021

GODZILLA vs KONG est édité par Warner Bros. Entertainment France : à découvrir et suivre sur le site, la page Facebook et la page Twitter.

GODZILLA vs KONG est à retrouver sur le site Cinétrafic.
Appartenant aux films fantastiques récents, GODZILLA vs KONG peut être classé aussi dans le genre du cinéma de science-fiction.


Bande-annonce

2 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. manU dit :

    La bande-annonce ne laissait rien présager de bon…

    J'aime

    1. Non, c’est sûr. Mais le Godzilla de 2014 contenait de bonnes choses, visuellement parlant. Après, une avant-première offerte avec lien de connexion, époque oblige, c’est toujours bon à prendre 😉 Mais c’est vraiment dommage de plonger aussi bas ces deux personnages iconiques.

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s