Ciné Concert L’EMPIRE CONTRE-ATTAQUE

Retranscrire par de simples mots l’émotion ressentie à l’écoute d’une chanson ou d’un morceau de musique n’est pas une chose facile. Prenez l’ensemble de la presse musicale : il y a toujours ce moment ou l’auteur d’un article utilise les inévitables comparaisons – « du sous Hendrix », « une pincée de Pink Floyd », « la mélancolie d’un Erik Satie » – pour parvenir à ses fins.

En rédigeant cet article, je me suis promis d’éviter cette facilité. C’est vrai qu’un écrit publié sur le net permet l’utilisation d’exemples sonores et vidéos. Et je ne vais pas m’en priver. Mais avec la bande originale d’un classique tel que L’EMPIRE CONTRE-ATTAQUE, ma tâche s’avère d’autant plus simple que le film et sa musique sont connus du plus grand nombre.

Arrivée du public dans la salle du Nouveau Siècle à Lille…

Avant d’aller plus loin, petit rappel de ce qu’est un Ciné Concert, pour ceux et celles qui auraient un doute ou des lacunes sur la question : comme son nom l’indique, le Ciné Concert est un mélange de projection cinématographique et de concert musical. Alors qu’un film est projeté sur un grand écran, un orchestre joue en direct la bande originale du film en question.

2 groupes de fans costumés, la Rebel Legion French Base et la 501st Legion French Garrison, accueillent le public comme les membres de l’ONL.

Reprenant ainsi le principe de base du cinématographe, où un film était accompagné par les gammes d’un pianiste, le Ciné Concert est un concept qui s’est développé dans les pays anglo-saxons avant de lentement s’installer en France, encore trop occasionellement à mon goût. La musique de film n’est probablement pas encore considérée comme un art à part entière dans notre riante contrée faîte d’étiquettes et de faits établis…

La 501st Legion French Garrison inclue un impressionnant Dark Vador plus vrai que nature.

Interprétée par l’Orchestre Nationale de Lille sous la direction de l’américain Kevin Griffiths, un grand fan de la saga Star Wars, ce superbe concert autour de la musique de L’EMPIRE CONTRE-ATTAQUE, composée par le célèbre John Williams, m’a à nouveau confirmé combien cet épisode de la saga intergalactique était, sans aucun doute, le plus beau et le plus réussi de tous, toutes périodes confondues.

D’accord, je ne prends pas de risques en déclarant cela. Tout le monde ou presque vous dira la même chose : l’épisode V est une pièce maîtresse de l’univers Star Wars. De par sa beauté visuelle d’une part et de par son récit aux enjeux dramatiques, mélange étourdissant d’aventures, de romance, de drame et de révélations vertigineuses.

La Rebel Legion French Base et la 501st Legion French Garrison viennent saluer le public avant le début du ciné-concert…

L’EMPIRE CONTRE-ATTAQUE est l’épisode où apparaît pour la première fois le personnage de Yoda, admirable création de la sculptrice Wendy Froud d’après le visage du maquilleur Stuart Freeborn, animé et doublé par Frank Oz, un proche collaborateur de Jim Henson, le père du Muppet Show.

Yoda, Stuart Freeborn et le réalisateur Irvin Kershner.

C’est bien sûr l’un des films de la saga les plus dramatiques avec Han Solo prisonnier de la carbonite, après avoir déclarer son amour pour la Princesse Leia… à sa façon ! Une belle improvisation d’Harrison Ford alors qu’Irvin Kershner, le réalisateur, préféra changer des dialogues trop conventionels inadéquats – Leia : « Han, je t’aime ! »; Solo : « Moi aussi je t’aime ! » – pour mieux les adapter à la personnalité du contrebandier. Ainsi, lorsque Leia dit à Han qu’elle l’aime, celui-ci lui répond : « je sais ». Scène inoubliable, teintée de drame et d’ironie…

Han Solo, prisonnier de la carbonite…

L’EMPIRE CONTRE-ATTAQUE est enfin le volet crucial de la série où Dark Vador révèle à Luke Skywalker qu’il est son père – navré pour le spoiler, si certains d’entre vous n’étaient pas encore informés…- après que les deux protagonistes aient croisé leurs sabre-lasers dans un terrible combat.

Luke Skywalker vs Dark Vador : l’autorité paternelle remise en cause ?

La fourberie de Lando Calrissian dans les superbes décors de la cité de Bespin, le mystère glaçant autour du chasseur de primes Boba Fett, l’attaque sans répits des quadrupodes Impériaux sur Hoth la planète des glaces, la course-poursuite effrénée dans le champ d’astéroïdes, Yoda sortant le X-Wing de Luke des marais de Dagobah par le simple pouvoir de la Force…

L’arrivée à la Cité des Nuages de Bespin…

Le film d’Irvin Kershner regorge de séquences inoubliables que je ne me lasse de voir et revoir. Mais redécouvrir le film dans la salle immense du Nouveau Siècle de Lille, avec ce puissant orchestre retranscrivant en direct la belle partition de John Williams, cela reste un très grand moment dans mon existence de fan de la 1ère heure.

Est-ce encore nécessaire de rappeler qui est John Williams et son importance dans le cinéma de ces 40/50 dernières années ? Venu du Jazz et du Classique, ce brillant musicien et compositeur est aujourd’hui aussi célèbre que Steven Spielberg et George Lucas, les cinéastes liés à ses créations mondialement connues. Impossible d’oublier les thèmes des DENTS DE LA MER, de LA GUERRE DES ÉTOILES bien sûr, des AVENTURIERS DE L’ARCHE PERDUE, d’E.T. ou de JURASSIC PARK.

John Williams durant l’enregistrement de la BO de L’EMPIRE CONTRE-ATTAQUE.

Si L’EMPIRE CONTRE-ATTAQUE est à mes yeux le plus bel épisode de la saga, sa BO est très certainement la plus remarquable de tous les épisodes réunis. Alors que les influences classiques de Holst et Wagner se faisaient clairement entendre dans sa partition pour LA GUERRE DES ÉTOILES (ce qui n’enlève rien à sa grande qualité), Williams fait un remarquable exercice de composition symphonique originale avec l’épisode V.

Passant de l’inoubliable martialité de la « Marche de l’Empire » à la magie du thème de Yoda, sans oublier la mélancolie romantique illustrant l’attirance de Han et Leia, John Williams a probablement créé ici l’une de ses plus belles compositions pour le 7ème art. Et une œuvre idéale pour un Ciné Concert.

Une fin émouvante, ouverte à toutes les questions…

Totalement emporté par la magie de ce Ciné Concert, retrouvant mes premières émotions lorsque je découvris le film à l’âge de 12 ans, fasciné par l’implication de l’orchestre et de son chef, cette projection de L’EMPIRE CONTRE-ATTAQUE reste un moment fort de 2019 pour  le « Movie Freak » que je suis.

Comme vous vous en doutez, je ne peux vous faire partager ce moment rare en vidéo. Mais la longue « standing ovation » qu clotura la représentation vous donnera une petite idée de la force – sans mauvais jeu de mots- de ce beau concert.

 

Afin de vous replonger dans une galaxie lointaine (très lointaine), j’ai choisi 4 extraits de L’EMPIRE CONTRE ATTAQUE où la musique de John Williams s’intègre à merveille dans le récit et joue un rôle essentiel dans la magie du film. Il y en bien d’autres, c’est sûr, mais ces extraits sont très représentatifs.

 

• La Marche Impériale : Associé au personnage de Dark Vador (ou Darth Vader, pour les puristes…), ce thème inoubliable est devenu l’un des plus célèbres de la saga. Et du 7ème art !

 

• Yoda et la Force : Au cours de cette scène, Yoda prouve a Luke Skywalker que la taille et les muscles ne sont rien comparé à la Force. D’une simple main tendu, il sort le X-wing de l’apprenti Jedi du marais où il s’enfonçait. Devant Luke, médusé, qui reconnait ne pas y croire, Yoda lui répond : « Voilà pourquoi tu échoues ».

 

• Han et Leia : Un thème émouvant, teintée d’une douce mélancolie, prouvant que Star Wars est aussi une grande saga romantique…

 

Le champ d’astéroides : Grand moment de bravoure du film. Pour l’anecdote, certaines pierres étaient figurées à l’écran… par de simples pommes de terre !

3 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. princecranoir dit :

    Très émouvant retour sur cette expérience incomparable du ciné concert. J’ai eu l’occasion de la vivre à la Philharmonie de Paris devant La Guerre des Étoiles. Je retrouve à la lecture des scènes décrites les vibrants accents de l’orchestre qui sublimait l’élan romanesque du récit.
    Une expérience qu’on ne peut que conseiller à tout le monde.

    Aimé par 1 personne

    1. J’imagine que cela devait être également spectaculaire 👍

      Aimé par 1 personne

      1. princecranoir dit :

        Ça l’était, un véritable rêve éveillé de suivre le film et, de temps à autre, de jeter un œil sur l’orchestre qui jouait en se disant « la musique que j’entends là c’est celle produite par les musiciens ! »
        Grandiose.

        Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s