JAWS 2, 3 et 4 : les dents de l’amer

Lorsqu’un film est un succès, une suite est inévitable. Voire plusieurs. Le public en redemande et les producteurs se frottent les mains.

Rien de bien nouveau sous le soleil d’Amity : le phénoménale engouement pour JAWS / LES DENTS DE LA MER en 1975 – considéré depuis comme le premier véritable « blockbuster » du cinéma – entraîna la mise en chantier d’une suite puis de deux autres opus, entre 1978 et 1987.

Le retour du Grand Requin Blanc…

Si le film de Steven Spielberg demeure un modèle du cinéma de genre (et du cinéma tout court), les épisodes 2, 3 et 4 sombrèrent dans les abîmes des suites inutiles les uns après les autres.

Retour sur 3 séquelles qui laissent encore des traces…

 

LES DENTS DE LA MER, 2ème PARTIE (1978) de Jeannot Szwarc

Soyons franc, ce JAWS 2 ne démérite pas même s’il n’atteint pas l’excellence de son modèle. Suite honnête, fidèle au film de Spielberg  – même casting, même décor, même scénariste et même compositeur à la BO – cette séquelle directe de JAWS se suit sans déplaisir et procure encore son lot de frayeurs et de suspense même si l’effet de surprise est passé.

Roy Scheider, fidèle au poste pour JAWS 2…

Produit pour surfer (oui, bon…) sur le succès du 1er film, cette suite devait un temps évoquer le drame de l’Indianapolis relaté par Quint (Robert Shaw) dans le 1er film. Après plusieurs hésitations et afin d’amoindrir les « risques » d’échec, il fut décidé de retrouver le cadre et les principaux personnages de JAWS. Le français Jeannot Szwarc – capable du meilleur avec QUELQUE PART DANS LE TEMPS et du pire avec LA VENGEANCE D’UNE BLONDE – prit la suite (écrasante) de Steven Spielberg pour un tournage effectué dans l’urgence.

Découverte d’une orque en partie dévorée sur la plage : Bruce est revenu !

4 ans après les dramatiques évènements survenus dans la petite station balnéaire d’Amity Island, un nouveau grand requin blanc vient semer la terreur et faire plusieurs victimes. Le chef de la police Martin Brody (Roy Scheider, toujours impeccable) est le seul à croire aux méfaits d’un nouveau squale face au maire (Murray Hamilton) et ses conseillers.

Devant le maire incrédule, le chef Brody sait que le cauchemar a déjà recommencé.

La trame ne change pas vraiment. Pour ce 2ème opus, les ressorts de l’intrigue tournent à nouveau autour de l’opposition Brody / Vaughn, le bon sens de l’un se confrontant à l’âppat du gain de l’autre.

Une expédition de voiliers qui va tourner au cauchemar…

Alors que le requin faisait son apparition en dernière partie du film dans JAWS (« Ils nous faudrait un plus gros bateau… »), le squale montre rapidement ses dents dans cette suite. Sa « gourmandise » est sans limites et les victimes s’accumulent : des plongeurs sous-marins, une skieuse nautique, un épaulard, de jeunes amoureux sur un petit voilier et même un hélicoptère, pilote inclus !

Quand le requin a faim, il mangerait même un hélicoptère !

Également produit par Richard D. Zanuck et David Brown, JAWS 2 est en grande partie sauvé par la présence efficace de Roy Scheider, alors sous contrat avec les studios Universal. Obligé de rempiler sous l’uniforme du chef Brody et désireux de sortir de l’échec commercial de SORCERER / LE CONVOI DE LA PEUR de William Friedkin, Scheider sera forcé de refuser le rôle tenu par Robert De Niro dans THE DEER HUNTER / VOYAGE AU BOUT DE L’ENFER de Michael Cimino. De quoi ruminer…

Sans atteindre les sommets de son prédecesseur, JAWS 2 réalisera un score honorable à sa sortie américaine durant l’été 1978, puis en décembre de la même année en France. Le film sera pourtant éreinté par la critique. Ce qui, encore une fois, est tout de même exagéré compte tenu du résultat correct, bien meilleur que les deux autres suites…

Enfin, une anecdote amusante à propos de la traduction du titre en français : placez le chiffre 2 à la suite des DENTS DE LA MER… et vous obtenez LES DENTS DE LA MERDE ! Afin d’éviter les railleries d’usage, un « 2ème PARTIE » fut choisi pour la distribution du film en France.

 

 

LES DENTS DE LA MER 3 (1983) de Joe Alves

En 1975, on ignorait que Bruce le « Grand Blanc » avait fait des petits. Et pourtant… 8 ans après le film de Steven Spielberg, 5 ans après le 2ème opus, un JAWS 3D débarquait dans les salles.

Oui, vous avez bien lu : un DENTS DE LA MER 3 en relief ! Distribué en salles avec les lunettes d’usage, le film sortit au cinéma durant l’été 1983 aux États-Unis puis il fut distribué en France en décembre de la même année. Réalisé par Joe Alves, le chef décorateur de JAWS 1 et 2 mais aussi de RENCONTRES DU 3ème TYPE ou STARMAN, JAWS 3-D fut scénarisé par Carl Gottlieb, à qui l’on devait déjà les récits des deux premiers films, et Richard Matheson, célèbre scénariste et auteur de SF avec entre autres L’HOMME QUI RÉTRÉCIT et JE SUIS UNE LÉGENDE.

L’histoire se déroule environ 10/15 ans après les faits relatés dans LES DENTS DE LA MER. Michael Brody (Dennis Quaid), le fils aîné du Chef Martin Brody, travaille avec son amie le Dr Kathryn Morgan (Bess Armstrong) au Seaworld, un immense parc aquatique en Floride, dirigé par le richissime Calvin Bouchard (Louis Gossett Jr).

Lou Gossett Jr, Dennis Quaid et Bess Armstrong vont au parc aquatique…

Mais Seaworld est situé près de l’océan. Et un grand Requin Blanc femelle et son petit parviennent à s’introduire dans les bassins du parc, semant bientôt la mort et la destruction…

Au vu du résultat obtenu, on a du mal à croire que deux talents comme Matheson et Gottlieb aient pu pondre un récit pareil ! JAWS 3-D n’est au final qu’un film catastrophe (dans tous les sens du terme), arrivant un peu tard puisque le genre n’attirait déjà plus les foules dans les années 80.

« Réveillez-vous les humains ! Y a un gros requin dans le bassin !! »

Si le début parvient à attirer la curiosité, le reste du film est une suite de clichés et de séquences surjouées, Aux côtés de Dennis Quaid, Bess Armstrong et Louis Gossett Jr, la jeune Lea Thompson (la mère de Marty dans RETOUR VERS LE FUTUR) y interprète son premier rôle… et rencontre Dennis Quaid qui devient son compagnon durant quelques temps. Disparu en 2010, le britannique Simon MacCorkindale s’est fait connaître dans MORT SUR LE NIL puis dans la série MANIMAL où il jouait un scientifique pouvant se transformer en aigle ou en panthère !

Lea Thompson et John Putch sont sur l’eau…

Le scénario, la 3-D gadget (une grenouille qui saute vers l’écran, un harpon dirigé vers la caméra…) et les effets spéciaux médiocres du film laissent aussi à désirer. Outre les invraisemblances comme la mère requin coincée dans un tuyau qui fait « marche arrière » pour se dégager, les plans larges des squales nous les présentent fonçant droit comme des torpilles, dans des incrustations visuelles dignes d’un mauvais téléfilm.

C’est un avion ? C’est un oiseau ? C’est un bateau ? Non, c’est un requin-torpille !

Avec JAWS 3-D, on a définitivement quitté l’excellence et l’ambiance du 1er film. À noter toutefois que cette suite avait été envisagée comme une parodie nommée JAWS 3 – PEOPLE 0 ! Il devait certainement en rester quelque chose…

 

 

LES DENTS DE LA MER 4, LA REVANCHE (1987) de Joseph Sargent

La saga du vilain squale atteint des summums de ringardise avec ce 4ème (et dernier ?) chapitre. Considéré à juste titre comme l’un des pires films du cinéma (si si si si si), JAWS 4 tente vainement de renouer avec le chef d’œuvre de Steven Spielberg en plaçant Ellen Brody / Lorraine Gary au centre du récit, Roy Scheider ayant refusé catégoriquement de revenir dans cette suite déplorable.

Sean Brody (Mitchell Anderson) s’apprête à boire la tasse…

Retour à Amity donc, où Ellen Brody, veuve de Martin Brody, voit la fatalité s’abattre sur elle lorsque son fils cadet est tué par un grand requin blanc ! Michael (Lance Guest), le fils aîné, l’invite à prendre du recul aux Bahamas où il effectue des recherches océanographiques sur les mollusques (si si si si si) avec sa charmante épouse Carla (Karen Young), leur fille Thea (Judith Barsi) et son collègue Jake (Mario Van Peebles). Mais aux Bahamas, le jumeau de Bruce le requin a suivi Ellen et sa petite famille. Et sa vengeance sera terrible !

Ellen (Lorraine Gary) et Hoagie (Michael Caine), ensemble dans l’adversité…

Or donc, tel Charles Bronson le justicier, le grand requin blanc a une vengeance. Comble de l’absurdité qui ferait bondir tous les océanographes de la planète, le Carcharodon Carcharias ne s’attaque ici qu’aux membres de la famille du Chef Brody. Ben voyons ! Résumons l’idée fumeuse des producteurs : le requin du 1er film fait partie d’une famille nombreuse et l’un d’entre eux veut venger son frère / cousin par alliance / tonton en s’attaquant aux Brody et à leurs amis !

Cap sur le nanar !

Bien évidemment, ça n’est jamais expliqué de la sorte mais JAWS 4, sans donner aucune raison aux actes du requin, laisse sous-entendre que celui-ci n’en veut qu’à Ellen et ses garçons ! On croit rêver…

Jake (Mario Van Peebles) et Michael (Lance Guest) vont à la pêche au gros…

LES DENTS DE LA MER 4, LA REVANCHE pourrait être présenté, lors de conférences, comme le sacrilège à employer pour couler un film culte et une franchise qui n’était pas nécessaire.

« Vous savez Lorraine, avec mon cachet, je vais m’acheter une nouvelle maison… »

Les scènes indigentes et improbables se suivent, les acteurs n’y croient pas plus que les spectateurs et les rires involontaires s’accumulent au fur et à mesure du récit.

Après l’hélico, Bruce dévore un avion…

L’acteur Mario Van Peebbles – un habitué des nanars et des DTV, qui tourna plusieurs bouses avec Christophe « Hin hin hin » Lambert comme HIGHLANDER III ou DEUX DOIGTS SUR LA GÂCHETTE – est un signe évident de cette descente en eaux profondes.

Attention Mario ! Derrière toi ! C’est affreux !!

Son rôle de sidekick du héros, faire-valoir sympathique et souriant même dans les pires moments, n’apporte aucune crédibilité au film. Le requin n’en fera qu’une bouchée, le coinçant dans sa gueule… pour le relâcher peu après, saignant mais vivant !? Quand je vous disais qu’on dépasse ici l’absurdité la plus totale…

Cerise sur ce gâteau indigeste : Michael Caine (IPCRESS, L’HOMME QUI VOULUT ÊTRE ROI, THE DARK KNIGHT…) est venu cachetonner en interprétant un vieux baroudeur, avion-taxi aux Caraïbes, dont les répliques stupides et convenues lorsqu’il s’agit de séduire la veuve Brody seraient refusés par Jean-Claude Dusse ! L’acteur britannique confiera plus tard, avec son flegme légendaire, que le tournage avait des allures de vacances dorées, lui permettant de s’offrir une nouvelle maison…

Cherchant à raccrocher les wagons avec les deux premiers films, JAWS 4 se présenta comme une suite directe de JAWS 2, JAWS 3-D n’ayant pas rencontré le succès. Mais le 4ème film fut un échec commercial et critique justifié, sonnant le glas d’un éventuel 5ème opus. On peut au moins lui reconnaître cette utilité.

 

Retrouvez l’article sur JAWS / LES DENTS DE LA MER en cliquant ce lien.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s