Revoir TONNERRE DE FEU

1984 est une date symbolique pour qui connait ses classiques de la littérature. Rendue célèbre par le romancier et journaliste George Orwell, avec son livre évoquant une société future basée sur un état policier et totalitaire (« Big Brother Is Watching You »), cette année est également celle des Jeux Olympiques de Los Angeles. Se basant sur ces deux éléments, le film TONNERRE DE FEU va s’imposer comme l’une des œuvres d’anticipation les plus marquantes des années 80.

La « bête » dans le ciel de L.A.…

PARANOÏA ET HÉROS SCHYZOPHRÈNE

À la fin des années 70, les scénaristes Dan O’Bannon (DARK STAR, ALIEN, TOTAL RECALL…) et Don Jakoby développent une idée que le ballet incessant des hélicoptères de la Police au dessus de Los Angeles leur suggère. Que se passerait-il si un psychopathe s’emparait d’un de ces appareils et menaçait les habitants de la Cité des Anges ? Associant action et film catastrophe, les deux auteurs y voient également l’occasion d’une critique des pouvoirs militaires et gouvernementaux, à la manière des thrillers politiques en vogue au cours de cette décennie.

Acquis par les studios Columbia Pictures, leur scénario est jugé trop sombre. Les deux auteurs, aidé de Dean Riesner (UN FRISSON DANS LA NUIT, SUDDEN IMPACT, DAS BOOT, STARMAN…), vont principalement faire évoluer le caractère principal, Frank Murphy, pour l’amener vers une direction plus héroïque.

Sous les yeux de Lymangood (Daniel Stern), Murphy (Roy Scheider) fait le « test de la montre ».

Murphy (Roy Scheider) devient alors un agent du LAPD, traumatisé par son expérience de la Guerre du Vietnam, et affecté à la section héliporté de la ville en raison de son passé de pilote. Alors qu’on lui adjoint une jeune recrue, Richard Lymangood (Daniel Stern), l’armée et le gouvernement le choisissent pour tester un tout nouveau type d’appareil ultra-perfectionné, le « Blue Thunder » (« Tonnerre de Feu » en VF, donc…), doté d’un arsenal et d’un équipement le transformant en une véritable machine de guerre et de surveillance. Murphy retrouve par la même occasion – et à contre-cœur –  le Colonel Cochrane (Malcom McDowell) avec qui il partage de douloureux souvenirs de guerre.

Le projet du « Blue Thunder » est mis-en-place dans un but sécuritaire, alors que les Jeux Olympiques de Los Angeles approchent. Mais alors qu’ils testent l’hélicoptère futuriste au dessus de Los Angeles, Murphy et Lymangood percent un secret qui met leurs vies en danger…

Murphy et son supérieur Braddock (Warren Oates) découvrent la puissance du « Blue Thunder ».
 UN CASTING SANS FAUTES

L’une des principales réussites de TONNERRE DE FEU est la grande pertinence de sa distribution. Aucune erreur de choix dans le casting du film, chacun est à sa place. Lui apportant l’humour et la droiture qui lui faisait parfois défaut dans le scénario, Roy Scheider personnifie Frank Murphy avec beaucoup de talent et de charisme.

Ancien pilote lui-même, ce qui fut un atout non négligeable lors des scènes filmés en plein ciel, l’acteur incarne ici un cousin pas si éloigné du Chef Brody des DENTS DE LA MER. Son personnage intègre, seul face à l’autorité, est du cousu-main.

Roy Scheider, crédible et charismatique dans le rôle de Frank Murphy.

À ses côtés, dans le rôle de Lymangood surnommé JAFO (pour « Jeune Andouille Faut Oser » en VF), Daniel Stern (vu entre autres dans MAMAN J’AI RATÉ L’AVION) est un partenaire idéal. Parfait opposé de l’expérimenté Murphy/Scheider, Stern  donne au personnage tout l’aspect candide et chaleureux nécessaire. Donnant la réplique à David Bowie dans L’HOMME QUI VENAIT D’AILLEURS, Candy Clark apporte malice et fraîcheur dans le rôle de la femme de Murphy, véritable garçon manqué débrouillarde et complice. Dans le rôle de Cochrane, personnage odieux et haïssable dès ses premières minutes à l’écran, Malcom McDowell incarne avec un évident plaisir une ordure qu’on aime détester.

Enfin,  TONNERRE DE FEU fut le dernier film de Warren Oates. On avait déjà eu l’occasion de voir son visage buriné dans LA HORDE SAUVAGE et APPORTEZ-MOI LA TÊTE D’ALFREDO GARCIA de Sam Peckinpah, 1941 de Steven Spielberg,  DANS LA CHALEUR DE LA NUIT de Norman Jewison ou LA BALADE SAUVAGE de Terence Malick. Bougon, râleur et paternel, son interprétation de Braddock, le supérieur de Murphy, est un régal dans ses scènes avec Roy Scheider et Daniel Stern. Décédé peu de temps avant la sortie du film, TONNERRE DE FEU lui est dédié.

Malcom McFowell, parfait en Cochrane, le méchant que l’on aimerait baffer.
 LA VALSE DES HÉLICOS

Un autre atout de TONNERRE DE FEU est sa grande véracité. À l’exception de très réalistes maquettes pour les séquences « explosives » et des tournages en studio pour certains  dialogues en plein vol, les scènes aériennes ont bien été filmées au dessus de Los Angeles avec les acteurs principaux. Situation qui ne pourrait plus se reproduire aujourd’hui…

Afin de donner au « Blue Thunder » un aspect différent des hélicoptères utilisés dans la police américaine à l’époque, la Columbia chosit un appareil français, la Gazelle SA-341G, qui fut bien évidemment transformé pour lui donner une apparence futuriste.

Un modèle de la Gazelle SA-341G, tel qu’utilisé pour le film avant transformation…

Les décorateurs et techniciens en effets spéciaux du film attribuèrent au « Tonnerre de Feu » des boutons et modules en parfait état de marche afin de renforcer auprès des acteurs et du public l’aspect réaliste du film. Les caméras infrarouge et les canons de l’hélicoptère n’étaient pas fonctionnels bien sûr. Mais chaque touche appuyée et écran de contrôle réagissaient lorsque les acteurs les utilisaient, dans le cockpit reconstitué en studio comme dans la Gazelle modifiée.

Cette dernière, impressionnante à l’image, s’avérait être en réalité un tel « char volant », lourd et difficilement maniable, que ses photogénique rapidité et vélocité étaient amplifiées à l’aide d’astuces techniques et du montage final !

Le « Blue Thunder » – ou « Tonnerre de Feu » en VF – en position d’attaque.

Enfin, si le tournage ne connut aucun incident majeur, il fut pourtant une réelle épreuve de force pour Malcom McDowell… qui n’avait pas précisé sa hantise du vol ! Souffrant de vertiges et du « mal de l’air », chaque sortie en hélicoptère – accompagné de l’équipe de tournage et d’un pilote – le voyait revenir malade et blanc de peur. Grand professionnel, il n’en laissa rien paraître à l’écran…

2 FILMS SINON RIEN

Les hasards de la programmation firent que TONNERRE DE FEU sortit au cours de l’été 1983, quelques mois seulement avant WAR GAMES, un autre film de John Badham jouant également sur les craintes des technologies futures.

Contrairement à ce qui est régulièrement répandu depuis plus de 30 ans, la série télé SUPERCOPTER (AIRWOLF en VO) n’était pas un dérivé plus ou moins direct de TONNERRE DE FEU. Faisant les beaux jours de la chaîne LA 5 vers la fin des années 80, SUPERCOPTER surfait sur une mode de programmes basés sur des avancées technologiques futuristes (souvenez-vous de K-2000 et de TONNERRE MÉCANIQUE…) en vogue à cette époque.

TONNERRE DE FEU devint une série tv avec, entre autres, James Farantino et Dana Carvey.

TONNERRE DE FEU fut cependant adapté pour la télévision, reprenant le même hélicoptère mais avec d’autres acteurs tel Bubba Smith (POLICE ACADEMY), Dana Carvey (WAYNE’S WORLD) ou James Farantino (NIMITZ, RETOUR VERS L’ENFER). La série fut annulée, faute d’audience, après une dizaine d’épisodes seulement. Elle fut rapidement diffusée sur TF1 le dimanche après-midi, durant l’année 1984.

Enfin, les plus âgés d’entre vous se souviennent probablement du Hors-Série du magazine STARFIX, publié en août 1983 pour correspondre à la sortie du film. Véritable collector aujourd’hui, ce numéro demeure encore une source d’informations remarquable sur TONNERRE DE FEU, me facilitant la tâche pour écrire cet article.

Pour conclure, sans avoir l’aura d’un TERMINATOR ou d’un RETOUR VERS LE FUTUR, TONNERRE DE FEU reste une excellente production des années 80. Le revoir m’a d’ailleurs permis de constater que le film avait bien mieux vieilli que bon nombre de réalisations de l’époque, difficilement regardables avec un œil contemporain.

Probablement moins célèbre auprès du jeune public, il mérite pourtant une séance de rattrapage.


TONNERRE DE FEU (1983) de John Badham.
Avec Roy Scheider, Malcom McDowell, Candy Clark, Daniel Stern, Warren Oates…
Scénario : Dan O’Bannon, Don Jakoby et Dean Riesner. Musique : Arthur B. Rubinstein.

Crédits photos : © Columbia Pictures


BANDE-ANNONCE

Cet article rentre dans le cadre du Ciné-Club de Potzina. Vous êtes mordu de ciné et vous possédez un blog traitant en partie ou en totalité de cette passion ? N’hésitez pas à nous contacter et/ou nous rejoindre !

Publicités

4 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. Isa Poitou dit :

    Pas trop mon style de film mais à tenter, pourquoi pas :)?

    J'aime

  2. Marcorèle dit :

    J’avais acheté le numéro de Starfix à l’époque. 🙂

    Aimé par 1 personne

    1. Un collector aujourd’hui 😉

      Aimé par 1 personne

      1. Marcorèle dit :

        L’ai-je encore ?

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s